Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 16:18

Assurément, la Goretex Transalpine Run 2014 fut une course de haut niveau à tous les égards…

10535725_780339078692377_2483724289655365402_o.jpg

10562517_779310048795280_5045628608455170639_o.jpg

Par l’exigence extrême de l’enchaînement des étapes (entre 30 et 50km par jour en montagne et dans les vallées) ce qui demande un engagement total, par le niveau des équipes de tête dans lesquelles figurent des pointures du trail mondial, par la qualité de l’organisation made in « PLAN B », par les émotions qu’une telle course procure…

10575266 781695545223397 6317308018352322148 o

10659007_778877845505167_2593288366615795981_o.jpg

8 jours de partage et de dépassement avec son équipier, ses adversaires et le reste du peloton.

8 jours de découverte de lieux magiques, notamment lors de la dernière étape dans les Dolomites aux pieds des Tre Cime di Lavaredo.

8 jours de joie et de souffrance mêlées … ce qui donne une saveur toute particulière à cette épreuve et décuple les émotions.

1492176_779310345461917_1630761645886955130_o.jpg

Décidemment, ma tête est encore quelque-part entre Rupolding et Sexten …

10590486_10152727711016812_2818663708378930955_n.jpg

1559455_781696341889984_6812693934587947903_o.jpg

Pour résumer, nous avons donné notre maximum chaque jour, s’assurant chaque jour un peu plus la 2ème marche du podium derrière les espagnols du team Buff. Tout au long de la semaine, nous sommes montés sur la boite, même sur le Vertical Sprint, épreuve un peu spéciale car très courte et intensive (7km, 1000m D+), où nous avons réussi à faire partie du trio de tête.

10423915_777677188958566_6876458050308306583_n.jpg

10646858_780151238711161_8974837969670301475_n.jpg

Malheureusement, de gros soucis d’inflammations aux tendons m’ont fait souffrir chaque jour jusqu’à devenir insupportables lors de la 7ème étape. Le dernier et huitième jour a ainsi sonné le glas de mes tendons. Je ne savais même pas si je pourrais prendre le départ, mais nous avions toujours 43mn d’avance sur nos poursuivants alors il fallait tenter le tout pour le tout…

JAN-14-9404.JPG

Nous nous sommes donc élancés pour ces 33 derniers kilomètres, moi boiteuse et JC tentant de m’aider comme il pouvait. C’est dans la toute dernière descente que notre espoir de conserver le podium s’est envolé définitivement. Impossible pour moi d’avancer tellement la douleur était vive, JC a bien tenté de me porter sur son dos mais le sentier était trop raide et trop technique. Nous avons donc fini les 11 derniers kilomètres en marchant, le cœur serré.

JAN-14 9687

Nous terminons donc 4eme de cette 10ème édition de la Goretex Transalpine Run. Les sentiments s’entrechoquent entre profonde déception d’avoir échoué si près du but (11 tous petits kilomètres sur les 290 parcourus…) et sensation d’avoir tout donné jusqu’au moment de franchir cette ligne d’arrivée.

JAN-14-9709.JPG

La compétition est ainsi faite … il faut savoir accepter ses échecs, regarder le chemin accompli tout en levant les yeux vers l’avenir, garder les bons souvenirs et se fixer de nouveaux objectifs.

Plus que des mots, les photos parlent d’elles-mêmes sur la beauté et la qualité de cette course, malheureusement encore trop peu connue en France ! En tous cas, mille mercis à mes parents pour l’assistance de professionnels, à nos partenaires du team Garmin Adventure, à Terre d’Aventures, Adidas et Cargo qui nous soutiennent et grand BRAVO à nos amis du team SCOTT Pascal Giguet et David Pasquio avec qui nous avons partagé cette aventure et qui terminent 3eme au général et leader chez les Masters !

JAN-14-9706.JPG

Enfin, merci à Plan B de nous permettre de vivre de telles émotions, vivement l’année prochaine !!!

Crédit photos : Goretex Transalpine Run et mes parents !

Published by Carotte pour tous - dans Mes compte-rendus d'aventures
commenter cet article
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 15:06

Les jours d'enchaînent à une vitesse incroyable en cette fin de printemps.

Après ma victoire au trail du Gypaète, pas le temps de souffler, je file direction Champex, ce joli petit village Suisse niché au coeur des montagnes et célèbre pour son lac.  J'y retrouve mon équipe de choc, Seb Chaigneau et Jules Henri Gabioud pour encadrer 2 jours de trail pour le compte des marques Petzl et The North Face.

JAN-14-7356.JPG
L'équipe d'encadrement!

JAN-14-7343-copie-1.JPG
Une harde de traileurs affutés

JAN-14-7361.JPG
Au programme : test des lampes sur une sortie de nuit et parcours sur les hauteurs du lac le lendemain. C'est qu'il faut les suivre les 29 gars, affûtés comme des lames, quand les jambes disent STOP !

Après ce sympathique week-end, me revoila dans le Bargy, cette fois pour encadrer 4 jours de stage trail en montagne. Un séjour extra, dans une ambiance conviviale avec une cuisine de chef (merci maman).

JAN-14-7371.JPG
Notre chalet niché au milieu des montagnes

JAN-14-7405-copie-1.JPG
Le Carmel du Reposoir

JAN-14-7463-copie-1.JPG
Ambiance en crête après la Tête des Muets

JAN-14 7505-copie-1
Le Lac de Lessy

Samedi, juste après la dernière sortie du stage, RV était pris à Saint Gervais, à 1 heure d'ici, pour fêter l'union sacrée de mon ami Jean Marc ! A peine le temps de quitter les baskets qu'il faut enfiler les talons hauts et la jupette ! Ni vu ni connu, on ouvre la porte de l'église pour le "OUI" tant attendu "just on time"!

photo-copie-1.JPG
Félicitations à vous deux Karine et Jean-Marc!

Après la noce et les festivités, la fatigue commence à s'accumuler et j'hésite à m'aligner sur la Comblorane (15km) mais la tentation est trop grande ! A peine levée, je parviens à convaincre JC et Jérémie de prendre un dossard ! L'occasion de se confronter aux meilleures mondiales (Emelie Forsberg et Anna Frost) venues faire un tour dans le coin en ce dimanche matin ! Je termine à une honorable 5eme place étant donné l'état de fraîcheur tandis que JC se perd et Jérémie remporte l'épreuve !

10411798 10152469596222486 9141570427587103344 n-copie-2

Bref ! maintenant place à quelques jours de repos bien mérités !

Published by Carotte pour tous - dans Carotte pour tous
commenter cet article
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 16:23

Avant de commencer, un peu de culture générale, histoire de ne pas mourir idiot !

Bartgeier_Gypaetus_barbatus_front2_Richard_Bartz.jpg

Mais qui est-il donc ce Gypaète ? Il s'agit d'un magnifique vautour, le plus grand d'Europe (son envergure peut atteindre 285cm!). Disparu de nos Alpes du Nord au début du siècle, grâce, encore une fois grâce à la bêtise des hommes, le Gypaète Barbu a été réintroduit dans la vallée du Reposoir en Haute Savoie en 1987. Aujourd'hui, dans ce secteur, il n'est pas rare de le voir planer au dessus de nos têtes de ses ailes majestueuses ... un moment toujours très émouvant !

Contrairement à ses congénères les vautours fauves, le Gypaète se nourrit principalement d'os, de tendons et de ligaments. Il attend ainsi patiemment que ses amis charognards finissent leur festin pour récupérer la carcasse et se délecter à son tour de la moelle! Galant ce beau barbu n'est-ce pas?

Information faite, revenons à nos moutons (bien vivants eux) ! Je participais donc samedi dernier au Trail du Gypaète version 41km et 2850m D+ et 3460m D- : un joli parcours ralliant le Chinaillon à Marnaz par les sommets. Le principal défi du jour : supporter la chaleur accablante : 30°c au compteur de la voiture en plein après-midi! Je décide donc de m'arroser avant le départ pour limiter les dégats et mettre toutes les chances de "survie" de mon côté. C'est décidé ! aujourd'hui, je ferai des pauses "arrosage" à chaque ruisseau et à chaque fontaine quitte à perdre du temps et des places. Sous les encouragements de mes copains Dawa Sherpa, Seb Chaigneau et de mes 2 fidèles stagiaires Bernard et Jean Emile, je m'élance parmi un peloton de 200 coureurs. Rapidement, je me retrouve en tête chez les filles et tâche de maintenir un rythme soutenu dans la montée. Nous atteignons le pied de l'Aiguille Verte, 700m D+ plus haut.

JAN-14-7492.JPG

Ici, un sentier en crête nous permet d'admirer la vue sur le lac de Lessy. Le parcours se fait plus technique sur petit single alternant neige, cailloux, terrain gras, lapiaz ... Il faut avoir le pied sûr pour ne pas se retrouver par terre mais ça "tombe" bien j'aime ça !

JAN-14-7501.JPG

J'atteins rapidement le col de Sosay où je retrouve mon ami Filou - qui attendra les derniers participants pour fermer la course -. Ma poursuivante n'est pas loin alors pas le temps de trop bavarder ... il faut avancer ! Les kilomètres défilent, je m'amuse et prend du plaisir à gambader dans ces terrains variés. A Solaison, je retrouve Seb et Dawa qui me font l'assistance... (la classe non?). A peine la poche à eau remplie, c'est reparti direction la Pointe d'Andey et ses 400m D+, un sacré morceau car nous sommes en plein milieu de journée et la chaleur devient franchement accablante. Je sens parfois le coup de barre pointer le bout de son nez mais j'ai toujours dans la tête la Transalpine Run, cette course incroyable qui m'a permis de repousser mes limites, et je me dis que de toutes façons, mon corps à toutes les ressources nécessaires pour tenir bon ! En fait, il le faut, car je suis talonnée de près par la seconde féminine ! Après une douzaine de kilomètres en sous bois, nous attaquons la dernière bosse jusqu'au lac Bénit. Je m'accroche encore à ces souvenirs de passages difficiles à la Transalpine, quand le corps a envie de dire non mais que le coeur vous pousse à avancer coûte que coûte. Curieusement, je sens que mon rythme se maintient alors qu'autour de moi, tout le monde avance à vitesse réduite et tête baissée. Une longue descente glissante et boueuse nous mène jusqu'à Marnaz pendant environ 8km ... finish line !

JAN-14-1237.JPG

Je franchis la ligne en 1ère position chez les filles et en 6ème position chez les hommes! Une sacrée surprise !!

JAN-14-7313.JPG

Merci aux copains pour les encouragements, merci à Fred Excoffier pour la séance d'"arrosage" bienvenue après Malatrait, bravo à mes stagiaires qui ont tous bouclé leur parcours de très belle manière et mention spéciale à Bernard qui grimpe sur le podium V3 ainsi qu'à JC qui termine 2ème sénior!

Published by Carotte pour tous - dans Mes compte-rendus d'aventures
commenter cet article
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 10:01

Deuxième participation à la Grimpée du Ruisseau après une expérience malheureuse l'an passé ... (en effet, en 2013, j'ai dû finir le parcours en marchant, complètement à plat, ayant même eu droit à un petit malaise après course). Mais la course à pieds c'est comme l'équitation, après une chute il faut savoir remonter sur le canasson !

Cette année, j'ai donc remis les baskets sur ce parcours à profil ascendant de 15km et 1000m D+. Une course locale, conviviale et bon enfant, à l'heure où les débats houleux font rage au sein des grandes courses et où l'essence même du trail tend à se faire reléguer au second plan (et oui! l'argent est souvent source de bien des maux ... mais il ne tient qu'à nous, coureurs de choisir nos courses et de garder à l'esprit ce qui nous anime : la passion de l'effort et l'envie de nature).

La grimpée du Ruisseau, c'est l'occasion de retrouver les copains un dimanche matin, de faire une bonne séance de sport en montagne et de partager un repas autour de la buvette, tout simplement ...

10353103_10152453513301798_4158768846318422899_n.jpg

Après un départ dré dans l'pentu, je me retrouve en tête chez les filles. Je ne chôme pas et pourtant, je me fais dépasser à 2km du sommet par ma poursuivante. Je sens les cuisses qui chauffent et mon estomac qui fait des siennes... Sans compter qu'un "ancien du cru" avait décidé de monter en 4X4 dans son chalet d'alpage PILE POIL pendant la course et de me faire respirer son pot d'échappement pendant 1km... Bref, pas l'idéal pour relancer...

La troisième est à mes trousses et me double juste avant le point culminant de la course. Pas le temps de boire un coup au ravitaillement sinon je perds le fil !

Je m'accroche et la redouble quelques minutes plus tard, la malheureuse ayant semble-t-il, des soucis de point de côté. Malheureusement, quelques secondes plus tard, c'est à mon tour d'être pliée en 2 à cause d'une satanée crampe d'estomac... Pas de chance ! Hop, une autre concurrente me double tandis que moi je suis scotchée sur place avec une boule dans le ventre !

10361597_10152120008393803_6113136825130527381_n.jpg

Ca ne chôme pas aujourd'hui dis donc ! Me voici donc 3ème dans la descente. Je ralentis l'allure, attend de voir si mon noeud se détend. Quelques minutes plus tard, j'arrive à me redresser et à reprendre une allure "normale". Il reste 6km, c'est le moment ou jamais de lâcher les chevaux si je veux tenter de revenir.

Je vois la deuxième au loin mais les écarts semblent se reserrer. Il reste 2km, je m'accroche et reviens sur la tête de course... Le panneau des derniers 1000m se rapproche, je lance une accélération et double la seconde. Plus que 500m, je vois la première mais ce sera trop juste pour revenir dessus. L'arrivée se fait en montée et je suis carbonisée!

Je termine donc seconde à 22 secondes de la première et juste 8 secondes devant la troisième, bien contente de voir que le mental est toujours là et que j'ai encore du jus physiquement pour m'aligner sur des courses rapides !

Published by Carotte pour tous - dans Mes compte-rendus d'aventures
commenter cet article
20 avril 2014 7 20 /04 /avril /2014 19:45

Pas évident d'enchaîner un trail à Madère et un triathlon montagne en 8 jours, mais je suis tout de même bien contente d'avoir tenté l'expérience en participant ce dimanche à la deuxième édition du Dynafit X3 de Courchevel !

Le Dynafit X3 c'est un enchaînement de 3 disciplines : Vélo de route (montée sèche de 930m D+) + trail sur neige (6,3km) + ski alpinisme (montée sèche de 950m D+). Autant dire que la course est exigeante, que l'effort est intense et qu'il n'y a quasiment aucun moment de relâche...Je le sais pour avoir déjà participé à la première édition l'an dernier dans des conditions dantesques (cf compte-rendu http://carottepourtous.over-blog.com/article-dynafit-x3-a-courchevel-une-belle-experience-117258327.html) MAIS je décide de remettre le couvert ! (mon petit côté "autoflagellation" qui refait sans doute surface).

A l'inverse de l'année dernière, les conditions sont clémentes et le soleil s'invite à la partie le temps de la course.

10H le peloton s'élance depuis la vallée. C'est parti pour la section vélo, qui n'est pas du tout ma spécialité ! je parviens toutefois à limiter la casse en arrivant à la transition vélo / course à pied en deuxième position, 2mn environ derrière ma copine Marion qui tient la tête de course, mais je suis déjà bien entamée...

Le temps de poser le vélo, d'enfiler les baskets et je m'élance pour la section trail. Je rattrape Marion après quelques minutes de course et reprends ainsi la tête de course. Le parcours roulant me permet de récupérer un peu du vélo et j'atteins la transition course à pieds / ski quelques minutes devant ma poursuivante (je détiendrai d'ailleurs le meilleur temps TRAIL à l'issue de la course, c'est déjà ça !).

Après un chaussage rapide des chaussures de skis (grâce aux conseils avisés de Nico Lebrun, LE spécialiste du triathlon et des transitions efficaces...), je m'élance pour les 1000m d'ascension. Une autre paire de manches! Je suis sèche et un peu en manque de sucres ... malheureusement, je n'ai rien à me mettre sous la dent. Tanpis, il faudra tenir quand même !

JAN-14-1503.JPG

J'ai la désagréable sensation d'être à l'arrêt, même sur la première partie la plus facile - sauf que ce n'est pas qu'une impression.... Il fait très chaud et je suis "très cuite"... Qu'est-ce que ca va être dans les prochains murs ! Marion me double rapidement et s'envole vers les hauteurs sans que je puisse réagir, mais de toutes façons, je le savais, car elle avance la copine, en ski alpinisme ! (membre de l'Equipe de France et toujours très bien placée sur les coupes du monde cette année, bref un avion de chasse monté sur spatules).

Les murs raides de la Saulire s'avèrent redoutables pour mes petites jambes et mon petit corps qui a déjà bien donné... Je me hisse tant bien que mal et rejoins Hugo, un copain que je n'avais pas revu depuis bien longtemps. De quoi me donner du baume au coeur, mais pas aux jambes... Apparemment, il est dans le même état que moi le pauvre ! Malgré ses encouragements, je suis obligée de m'arrêter pour reprendre un peu mon souffle, appuyée sur mes bâtons, la tête baissée comme une âme en peine. Le sommet n'est pas loin mais semble pourtant inaccessible !! La pente s'accentue, je décide de déchausser pour passer la difficulté à pieds, ce qui me donne l'occasion de me retourner.

photo.JPG
(photo Benjamin Dunand)

Et là, j'aperçois, juste derrière moi, à mes trousses la 3ème féminine. Ce n'est pas le moment de craquer ! Je rechausse illico les skis et m'élance pour les derniers mètres de course sous les encouragements de JC, Jérémie, Ben, Fred et Cédric puis les copains Benjamin Rondeau et Seb Rieth (nos 2 rameurs sont venus spécialement de Verdun pour découvrir cette épreuve impitoyable !).

JAN-14-1505-copie-1.JPG

JAN-14-1507.JPG

Je franchis l'arche à bout de force au bout de 2H45 de course, en ayant conservé ma deuxième place... Bien contente !

Encore une belle expérience et l'occasion de tester mes qualités de résistance !

JAN-14-1508-copie-1.JPG

photo--3-.JPG
(Photo Fred Bousseau)

Un grand bravo aux copains qui ont (re)tenté l'expérience du X3, un grand merci à Benjamin Rondeau pour l'assistance de choc et à tous ceux qui m'ont encouragé sur le bord ou dans le peloton, à Hervé Franchino, grand manitou de l'événement, au Chabichou qui a encore concocté un repas de clôture version grande classe, aux copains speakers Ludo et Stef ... Et Merci à mon copain Bam qui m'a prêté ses peaux porte-bonheur :) Vraiment une belle édition 2014 du X3 que je conseille vivement à tous les amoureux de l'effort et des disciplines combinées !

photo3.JPG

Les résultats des garçons : JC : 11ème, Jérémie (Gachet) : 5ème, Nicolas (Raybaud) : 18ème, Cyrille (Gardet) : 22ème, Seb (Rieth) : 41ème

Published by Carotte pour tous - dans Mes compte-rendus d'aventures
commenter cet article
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 20:28

La saison de ski touche à sa fin, les alpages se parent de couleurs verdoyantes et la douceur printanière reprend doucement la main dans nos montagnes... il est temps de ressortir les baskets du placard après des mois d'hibernation ! Je ressens toujours un brin de nostalgie à l'idée de délaisser mes skis, mais c'est ainsi... il faut composer avec les humeurs de la nature.

Je reprends donc la casquette de traileuse, l'occasion d'aller découvrir de nouveaux terrains de jeux en ce début de saison. Et cela commence par le trail de Madère (42km, 1100m D+ et 1800m D-)

Madère est une petite île portugaise située au large du Maroc. Cela faisait quelques temps que l'idée me trottait dans la tête d'aller visiter cet archipel volcanique aux paysages si singuliers. Mes équipiers du team Garmin : Seb, Sylvain, René et JC, m'emboitent le pas.

Le premier contact avec l'île se fait dans le brouillard et avec peu de visibilité. Mais la grisaille se fait vite oublier lorsque nos hôtes, Rémi et Patricio nous accueillent chaleureusement à l'aéroport et nous conduisent à Porto Da Cruz, notre lieu de résidence. Nous y découvrons notre chambre d'hôte : : la Quinta da Capela ... ou plutôt notre "château" devrais-je dire ! En effet, à notre grande surprise, nous séjournerons dans manoir datant du XVIIeme siècle, monument classé ayant appartenu à la noblesse portugaise ...

JAN-14 6082

A l'intérieur c'est un véritable musée : des chambres avec lits à baldaquin, une cuisine d'époque, un coffre fort datant de 1500 ... et même une chapelle au coeur de la maison ! De quoi être totalement dépaysé ...

233571 1112150743005129032 STD quinta-da-capela

Vendredi, nous nous réveillons toujours sous la grisaille ... Peu importe, nous décidons de découvrir les hauteurs de Madère sur les conseils de Rémi. C'est parti pour 1800m D+ avec notre petite clio essence avec autant de chevaux dans le moteur qu'il y en a sur mon vélo ! En bref, une vraie aventure pour arriver au Pico do Arieirio. A quelques mètres du sommet, miracle ! nous sortons de la brume pour découvrir un grand soleil et la mer de nuages qui s'étend à nos pieds. Une merveille : les pics volcaniques s'étendent à perte de vue, laissant apparaître des aplombs vertigineux et une forêt dense au loin tout en bas.

JAN-14 6074

Nous cheminons le long d'un sentier incroyable, étroit et abrupt. Nos phrases sont ponctuées de "WAAAAA", "OHHHH", "LA VACHE!", j'en passe et des meilleures... Tellement beau que, malgré mes jambes qui faiblissent déjà (et oui 6 mois sans courir ça fait des dégâts), je décide de suivre mes équipiers jusqu'au bout. Nous parcourons ainsi 8km et 600m D+ sur un sentier de toute beauté.

JAN-14 6075

Samedi : départ matinal à 4H pour le centre de Machico en bord de mer. De là, une navette nous conduit jusqu'au départ sur une route étroite et pentue (comme toutes les routes à Madère en fait...). Le start est donné à 8H, laissant s'échapper un peloton réduit de coureurs (120 au départ je crois). Le rythme est plutôt tranquille et je me retrouve en tête de course pendant les premiers mètres.A quelques km du départ, je double René qui semble en difficulté. Il n'arrive pas à courir et a mal aux jambes... Il abandonnera dans la foulée.

La suite du parcours est une succession de singles étroits et techniques avec une majorité de descentes bien glissantes. Il faut gérer mes petits genoux et mes cuisses qui sont encore en mode "ski de rando" ! Les sensations sont bonnes et je laisse défiler les kilomètres sans encombre.

1901803_10152361403451798_4994310987245106971_n.jpg

Au second check point (17km environ), je découvre avec surprise que mes équipiers (Seb, Sylvain et JC) sont juste devant moi.... Ils ont été orientés par les bénévoles sur le mauvais parcours... S'en étant aperçus au bout d'un moment, ils feront demi-tour pour aller pointer et reviendront en tête de la course à la force des jambes et de la tête (soit 5km et 500m D+ en rab)... Résultat, ils seront disqualifiés pour avoir manqué le premier CP. Pas très cool de la part de l'organisation !(même si on sait que ce genre de situation est toujours délicate à gérer)

Quant à moi, je continue mon petit bonhomme de chemin en attendant le coup de mou qui, inévitablement, va arriver un jour ou l'autre. D'après mes estimations, il devrait survenir vers le 30eme km de course (un savant calcul me faisant dire qu'après 3 heures de course je devrait commencer à en chier !)....

JAN-14-6090.JPG

30ème kilomètre, j'ai l'impression de faire mon footing du dimanche. Je me sens légère et vraiment à l'aise. Le calme avant la tempête... 31eme kilomètre, ca y est nous y sommes ! Mes jambes se durcissent et la légèreté à disparu ... Je visualise vite fait mon petit papier indiquant le profil de course : plus que 11km, une descente raide, une bosse et re une grande descente. Il faut tenir l'allure, histoire de finir sur une bonne note. La dernière ascension nous fait déboucher le long d'immenses falaises dominant la mer, il ne faut pas mettre un pied de travers sinon la chute peut être longue, mais que c'est beau !

10175998_657927097612781_1988019524885014577_n.jpg

Dommage qu'on soit en course, sinon j'aurais bien fait une pause pour admirer le paysage. Je double encore quelques coureurs et me voilà dans la dernière descente qui nous ramène à Machico. Je franchis la ligne en 4H52, en tête chez les filles et en 7eme position chez les hommes. (officiellement 4ème après disqualification de mes équipiers...)

En tous cas, une belle course de début de saison qui fait plaisir, d'autant plus que les compétitions seront rares pour moi cet été ! Et surtout une belle île qui donne envie de revenir, pour les paysages, pour les gens si accueillants, pour le poisson frais, le bolo do caco (pain à l'ail et au persil) et pour les anones !!

JAN-14-1436.JPG

Pour plus d'infos sur les chambres d'hôtes et gîtes à Madère : http://www.madeirarural.com/madeira-accommodation/

Published by Carotte pour tous - dans Mes compte-rendus d'aventures
commenter cet article
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 11:25

Retour côté Savoie pour une belle balade au Croisse Baulet sous un soleil de plomb !

4-copie-1.jpg

 

5-copie-1.jpg

 

6-copie-1.jpg

Published by Carotte pour tous - dans Mes compte-rendus d'aventures
commenter cet article
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 11:16

Souvenir d'une magnifique journée dans les Aravis, qu'on aimerait voir ne jamais se terminer

1622132_10152259398396798_2064606975_n.jpg

 

3-copie-2.jpg

 

dec-13-5386.JPG

Published by Carotte pour tous
commenter cet article
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 18:36

N'ayant pas encore eu l'occasion de pointer ma frontale sur une des montées sèches organisées chaque mercredi soir par le club Courchevel Sport Alpinisme depuis le début de saison, je profite de la visite de mes amis luxembourgeois Stéphane, Cécile et leur fils Hugo pour leur faire découvrir l'ambiance de cette épreuve au succès grandissant...

C'est aussi pour moi l'occasion de me "défouler" un p'tit coup après mon abandon à la Cenise Bargy dimanche dernier pour cause de neige qui collait trop sous mes skis... Dommage car j'aurais vraiment aimé aller au bout de cette course et défendre ma victoire de l'an passé... Mais enfin ! on ne choisit pas toujours !!

J'embringue donc Stéphane avec moi ainsi que notre petit club de supporters Cécile et Hugo à Courchevel.

1-copie-3.jpg

Le temps de prendre le dossard, s'échauffer, et nous voilà lancés à toute allure dans la montée parmi la centaine de concurrents présents ce soir là.

Comme d'habitude, le départ n'étant pas mon fort, je me fais rapidement enfermer, mais parviens à m'échapper pour prendre mon rythme "de croisière". C'est parti pour un peu plus de 30mn d'effort intense pour rallier Courchevel 1850, 500m plus haut. Je me retrouve en tête assez rapidement, malheureusement... A 1,1km de l'arrivée, je sens de nouveau la neige coller sous mes peaux de phoque!! Stoppée nette dans mon élan, mes skis ne glissent plus un caramel dans la montée.

2-copie-1.jpg
(De la neige collée sous les skis, photo à l'appui...)

Je me retourne, pas de fille en vue derrière moi. Je tente le tout pour le tout et me mets à courir avec mes skis aux pieds. Faute de glisser, on va trottiner ! Je ne vais pas me faire avoir 2 fois en 4 jours non !!! Je conserve ce style "peu catholique" jusque dans la dernière descente avant la ligne d'arrivée, que je franchis de justesse en tête, tout juste 4 secondes devant ma poursuivante. Ouf, l'honneur est sauf mais quelle plaie ces peaux !!!

3-copie-1.jpg
Un podium aux côtés de grands noms du ski alpinisme comme Yann Gachet ou Florent Perrier

Une petite dizaine de minutes derrière, arrive l'ami Stéphane pour qui l'expérience aura été "intense" et enrichissante ! Sans doute le 1er luxembourgeois du peloton !! Bravo à lui !

Published by Carotte pour tous - dans Mes compte-rendus d'aventures
commenter cet article
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 12:59

Voilà quelques années que j'ai l'honneur de faire partie de l'équipe de testeurs officiels désignés par le magazine Trails Endurance dans le cadre du désormais très reconnu Big Test Shoes Trail.

1.jpg

Un test grandeur nature et de terrain qui se déroule sur 3 jours. Le but : tester, comparer, évaluer une grande partie des chaussures de trail du marché. Au fil des années, j'ai pu constater l'évolution des chaussures et le travail des marques pour gagner des parts de marchés et attirer les traileurs, de plus en plus nombreux.

6.jpg

 

2.jpg

Des modèles qui se multiplient, des chaussures qui se "spécialisent" (tous chemins, sentiers techniques, courses longues, coureurs débutants, confirmés, légers, lourds, coureurs médio-pieds ou attaque talon etc), des looks qui évoluent chaque saison, et pour la plupart, des performances qui s'améliorent !

3.jpg

Trois jours durant lesquels les chaussures sont mises à nues par une équipe de testeurs objectifs (7 garçons et 3 filles). Cette année, malgré notre migration dans le Sud du côté de Fréjus, la météo n'aura pas été très clémente ... Mais cela ne nous a pas empêché de travailler sérieusement sans se prendre au sérieux !

5 

Merci à Endurance de me faire confiance depuis les premières éditions de ce test et merci à toute l'équipe pour se beau week-end enrichissant et convivial. De quoi avoir un aperçu global des chaussures qu'il faut porter cette année et conseiller au mieux les stagiaires de 5eme ELEMENT dès ce printemps !

4.jpg

Le test sera disponible dans un numéro spécial de Trails Endurance courant avril. En attendant, motus et bouche cousue !

Crédit photos : Franck ODDOUX

Published by Carotte pour tous - dans Mes compte-rendus d'aventures
commenter cet article

BLOG-copie-1

Recherche

Sans titre 6

Pages