Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 novembre 2007 6 10 /11 /novembre /2007 16:53
Une journée de samedi qui s'écoule tranquillement ...

Après un réveil quelque peu embrumé, ma motivation n'est pas extrême pour mettre le nez dehors. Temps gris et froid, personne pour partager un moment de sport avec moi (Et oui, Seb mon voisin m'ayant lâchement abandonné, préférant aller flâner en ville!!), thèse à terminer en urgence, bref...  pas la "top extase" pour aller s'entraîner

d--motiv-.jpg
Mais, la carotte n'a pas dit son dernier mot !

motiv-.jpg

Un bref élan de dynamisme s'empare de moi vers 9h... et, avant qu'il n'ait le temps de retomber, j'enfile mon bonnet et ma tenue de rameuse. 30 minutes plus tard, me voilà sur mon skiff, profitant d'un lac d'huile pour faire prendre l'air à mon cheval de course.

Une bonne sortie en skiff qui me permet de remettre le nez sur mon écran d'ordinateur avec les idées claires, prête à affronter le gros M&M's que représente la rédaction de ma thèse professionnelle (... une histoire de méthapores sur le chocolat qui enrobe la cacahuète... bref, mon voisin comprendra!).

Mais j'avoue qu'au bout de 4H de réflexion, la nuit tombe et j'arrive au bout de mes capacités de concentration, alors voilà, en vagabondant dans les tréfonds de mon blog, je suis retombée sur un article de mes débuts que j'ai décidé de remettre en ligne...

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2007 2 02 /10 /octobre /2007 20:48
Y participera ou y participera pas?saint_lyon_1.jpg


Voilà 10 mois, je vivais un des moments les plus incroyables de ma vie de sportive. Deuxième course à pied de ma vie (à 2 semaines de la première), la Saintélyon aura été tout à la fois :

- Un Difficile défi : celui de boucler 68km de nuit quand on n'a jamais fait de cap
- Un évenement unique: une farandole de plus de 8000 lumières dans la nuit à travers les chemins de la Loire
- Une Découverte de soi : dans les moments difficiles, ne rien lâcher..., quoiqu'il arrive...
- Un résultat à peine croyable : une place sur le podium féminin juste derrière Corine Favre - une légende - et une 150è place au scratch alors que je venais "juste pour finir"
- Un point de départ d'une une année fantastique, ponctuée de raids, de trails, de découverte mais surtout d'aventures humaines inoubliables


Alors oui, cette Sainté a une saveur particulière pour moi et il m'est difficile d'imaginer ne pas la faire, ne pas retenter l'aventure. D'autant que cette année, l'arrivée se fait au pied de chez moi, à peine 50m!

Pourtant, à peine remise de ma cheville, le physique n'est plus là et je sens bien que le défi sera de taille.

Quelques semaines de réflexion et d'entraînement avant de prendre une décision....

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2007 3 19 /09 /septembre /2007 21:02
les-feux-de-l-amour.jpg


Après l'épisode 1 : "médecin + compresses de synthol"

.... Puis l'épisode 2 : " échographie + radio",

....J'avais RV aujourd'hui pour l'épisode 3 : "injection + scanner" (épisode le moins drôle de la série)

Après 60' de stress sur la table de torture où j'attendais le bourreau qui devait me faire une injection d'iode et d'adrénaline dans l'articulation.... L'intéressé est arrivé, face à moi, en blouse blanche prêt à me planter une seringue ENORME dans la cheville!...

Apparemment, une anxiété extrême se lisait sur mon visage. Après un interrogatoire succinct et à la lecture de mes précédentes radios, le doc m'annonce 1 bonne et 1 mauvaise nouvelle :

La bonne c'est qu'il ne va pas procéder à l'injection...

La mauvaise, c'est qu'il ne va pas non plus me faire passer ce fichu scanner, qu'il estime inadapté... Il me faudra revenir pour passer un IRM!!!!! Pfff, franchement, moi... la médecine et les avis de "spécialistes " qui divergent sans cesse, ça commence à me gonfler sérieusement....
Partager cet article
Repost0
19 septembre 2007 3 19 /09 /septembre /2007 20:13
Comment ne pas succomber à ces instants simples, uniques et inoubliables?

Un immense merci à Corinne et à la famille Dubouloz qui nous ont convié à un des meilleurs week end que j'ai jamais passé!

Un chalet d'alpage en pleine montagne, coupé des turbulences de la vallée, bercé par le tintement les cloches des vaches et le bêlement des chèvres qui attendent la traite.

essert-1.jpg
Le chalet de Corinne... Un rêve à peine imaginable!

Pas d'électricté, juste la fontaine pour se rincer après des heures de marche au Pic de la Corne et garder les bouteilles de vin blanc au frais en attendant la fondue qui chauffe sur le poêle...

ESSERT-3.jpg

ESSERT-7.jpg

Un carpaccio de bolets tout juste ramassés dans le bois et préparé de main de maitre par le Chef Claude.. A tomber par terre!!  Des charcuteries "maison", des fruits du jardin, du lait tout frais...La musique chablaisienne qui va bien... Un festival de saveurs et de souvenirs qui resteront gravés à jamais!

ESSERT-5.jpg

Non vraiment..... L'essentiel est là.... 

ESSERT-2.jpg
Et puis notre petit nid d'amour, dans la grange à foin...
Digne de la Suite Président de l'Evian Royal Palace!
Partager cet article
Repost0
8 septembre 2007 6 08 /09 /septembre /2007 08:52
Qu'il était bon le temps où je gambadais avec insousciance dans la montagne...

Après avoir décliné une première invitation alléchante : Faire l'ascension du Mont Bischorn en Suisse (4150m),
Puis une seconde proposition hier pour aller marcher dans la montagne toute la matinée ce matin...

...J'ai craqué...

Mon corps et ma tête réclament (que dis-je... hurlent) en permanence ces instants de plénitude totale, où essouflée mais réjouie, je parviens au sommet en ayant étanché ma soif de montagne et de nature.
Voilà 7 semaines que je m'encroûte à Evian à cause de ma cheville et que je vois mon entourage s'éclater et vivre des moments extraordinaires (Mondiaux d'aviron, Ultratrail du Mont Blanc , raids...). Plus qu'une simple question de sport, c'est tout un mode de vie, celui que j'aime, qui est mis entre parenthèse.

Tout me manque terriblement, alors hier soir, 19h30, j'ai mis mes baskets et je suis allée admirer les tons rougoyants de la Dent d'Oche au coucher du soleil, au milieu des pâturages. Une petite touche de nature dans ce monde de sédentaires urbains qui me rappelle sans cesse que je ne veux pas finir comme ça...

dent-d-oche-coucher-de-soleil-002.jpgdent-d-oche-coucher-de-soleil-004.jpg

Vendredi, c'est finalement un arthroscanner qui m'attend, car ma blessure est certainement plus importante qu'une déchirure ligamentaire. Affaire à suivre...

radio-002.jpg
Partager cet article
Repost0
9 juin 2007 6 09 /06 /juin /2007 07:00
C'est en visitant le site internet de l'Ultra Trail du Mont Blanc que je suis tombée sur un texte intéressant...
Un point de vue sur cet univers si particulier qui m'a bien plu...

"Mon royaume pour une lettre."

 

On se dit tous forcément un jour que l’ultra est un sport ingrat, qu’on est un incompris. On se demande pourquoi les collègues de bureau nous traitent de fada et pourquoi nos familles sont inquiètes. Si nous en retirons une certaine solitude, elle est aussi, parfois, teintée de fierté. Je ne parle pas ici de cette fierté ahurie d’arriver à bout d’épreuves apparemment difficiles. Je parle de cette fierté de le faire en restant toujours lucide et toujours attentif au monde qui nous entoure.

Car courir un ultra, n’est pas juste un moment privilégié d’introspection. Courir un ultra, c’est aussi une aventure qui nous guette, des sourires qui s’esquissent, des rencontres qui nous marquent et même parfois, des rencontres qui changent notre vie. Et voilà que l’ultra nous offre son plus beau paradoxe. Il passe du statut de sport solitaire, aride, ascétique, mal compris, à celui de pratique solidaire, ouverte à l’autre et qui sait faire fi de soi pour l’intégrer dans sa sphère personnelle.

C’est là que toute la magie des kilomètres opère, comme si le bien être des premières foulées rendait égoïste, jaloux de son plaisir.

Puis peu à peu, on devient faible, on se replie, on souhaite que plus personne ne nous adresse la parole pour pouvoir souffrire en silence. Trente-cinq kilomètres. Quarante kilomètres. Cinquante kilomètres. Trois heures de course. Quatre heures de course. Huit heures de course. Peu à peu, on se prend à regarder autour de soi, à espérer un petit encouragement, un petit applaudissement.

Il n’y a plus d’adversaire, on vit la même expérience intense que ses compagnons de route. Peu à peu, on devient aimable en ressentant cette bouffée d’énergie à chaque encouragement d’un frère ou d’une sœur d’armes. Les liens se resserrent et ces coureurs avec qui l’on fait le yo-yo depuis des heures deviennent des amis.

Conscients de ce qu’ils nous apportent à ce moment là, il devient bientôt impossible de les abandonner là, alors qu’ils affrontent un terrible coup de barre. Le solitaire devient solidaire et c’est juste une seule petite lettre qui change, comme un équilibre instable qui nous aide à affronter l’adversité ou au contraire, à apprécier le moment présent.

Le plaisir de changer à satiété le « d » en « t », puis le « t » en « d » à nouveau, je l’échange contre mon royaume en friche de bonheurs inutiles.

 

Philippe Billard, rédacteur UFO.
Partager cet article
Repost0
8 juin 2007 5 08 /06 /juin /2007 12:00
Rappelons le, les océans recouvrent près des 2 tiers de notre petite planète.

Autant dire que leurs rôles dans la régulation des climats, la qualité de l'air, l'apport en ressources alimentaires, etc... est plus que déterminant pour notre survie.

Mais aujourd'hui, les océans sont sales et pollués par notre bêtise et notre inconscience. Plus de 90% des espèces de poissons les plus pêchées sont en voie de disparition.

oceans-3.jpg

En ce 8 juin, nos océans sont donc mis à l'honneur à travers une journée mondiale qui a 4 objectifs principaux:

oc--nas.jpg
  • Encourager chacun d'entre nous à réfléchir à ce que l'eau signifie et aux raisons de lui attacher une grande valeur;
  • Sensibiliser un grand nombre de personnes qui ne réalisent pas la profusion de créatures vivantes et d'habitats dont la beauté n'a d'égale que la diversité, que renferment nos rivières et nos océans et qui ne voient pas l'impact de nos actions sur ces ressources;
  • Changer nos habitudes et devenir les gardiens de nos eaux afin de les préserver pour les générations futures;
  • Que nous habitions à l'intérieur des terres ou sur la côte, célébrer, organiser ou participer à des événements sur le thème de l'eau.
 
LE SITE OFFICIEL:

oceans-2.jpg


Bien que je ne sois pas spécialement convaincue de l'intérêt d'organiser des "journées de ceci, de celà" (penser aux océans une journée par an ne suffira pas à sauver la planète), je profite de ces "mises en lumières médiatiques" pour évoquer des thèmes qui me tiennent à coeur...
Vous aurez donc bientôt droit à quelques lignes sur le don d'organes à l'occasion de la journée mondiale qui y est consacrée le 22 juin prochain....

Partager cet article
Repost0