Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 14:23

Voici en images quelques clichés pris au vol à l'occasion d'un petit week-end trail dans l'arrière pays niçois... Parfois le mauvais temps a du bon, nous plongeant dans une ambiance hivernale et mystérieuse.

juillet-2012-1986.JPG
Passages en crête sur la montagne du Cheiron avec vue plongeante sur la vallée de Gréolières

juillet-2012-1994.JPG
Au loin, dans la brume, la mer...

juillet-2012-2004.JPG
Passage au milieu des lapiaz et plateaux calcaires enneigés

P1020401.JPG
Une vue panoramique depuis les antennes de Jérusalem jusqu'à la mer (cliquer sur la photo pour l'agrandir)

juillet-2012 1915
Point de départ de la balade : le village de Coursegoules (cliquer sur la photo pour l'agrandir)

Repost 0
Published by Carotte pour tous - dans Mes compte-rendus d'aventures
commenter cet article
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 11:04

Il est 3h du matin quand le réveil sonne dimanche matin. Dehors le thermomètre affiche -3° et des rafales à plus de 75km/h. Le sol est blanc et gelé... et aujourd'hui, tout va bien car... je vais parcourir 70km à pied (en courant plus précisément) !

Je refais rapidement l'historique dans ma tête pour tenter de comprendre ce qui m'a poussé à m'inscrire aux Templiers 2 semaines plus tôt, juste histoire d'être bien certaine que tout va bien dans mon cerveau... Les souvenirs reviennent : c'est encore une histoire d'apéro chez l'ami Francky (Solforosi) qui m'annonce qu'il s'aligne sur le 70km. "Si tu le fais, pourquoi pas moi?" Qu'est-ce qu'on en dit des bêtises autour d'une bière...

Il est temps de s'équiper chaudement et de rejoindre le départ, Seb, Sylvain et moi, emmitouflés dans le camion, prêts à en découdre avec les éléments...

photo.JPG

Dans le sas de départ, je retrouve plein de têtes connues et pas mal de figures du trail mondial, notamment chez les filles... La lutte risque d'être âpre en tête de course entre des Hawker, Frost, Gobert, Picas, Forsberg et tant d'autres... Je me sens bien petite dans cet univers.

5H15, le départ est donné sous les fumigènes.

temp-depart-a.jpg
Photo extraite du site des Templiers

Je ne sais pas encore ce qui m'attend, mais je suis quand même bien contente d'être de la partie. Ca faisait bien longtemps que je n'avais pas gouté à l'ambiance d'une course longue.

Les premiers kilomètres sont très roulants jusqu'à la première bosse, 500m de positif avalés en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. La suite... une loooongue portion de piste toute plate en forêt dans la nuit. Un vent glacial souffle sur le plateau, mais pour moi, ce n'est pas un problème, j'ai ce qu'il faut pour lutter (il faut bien que mes kilos superflus me servent à quelque-chose de temps en temps) ! Vivement que le jour se lève car, courir la nuit sur le plat,, il n'y a rien de plus monotone, pour restée polie...

Depuis le départ, je suis embêtée par ma ceinture porte bidon et par différentes petits éléments matériels qui me déconcentrent et m'agacent. Résultat, j'arrive au premier ravitaillement, au 22ème kilomètre avec la mine des mauvais jours. Je dois bien l'avouer, je suis de mauvais poil (oui oui ça peut arriver). Pas d'arrêt au stand puisque je n'ai quasiment rien bu ni rien mangé depuis le départ. Mes fidèles assistants JC et Jérémy n'ont même pas le temps de me parler...

Je m'attendais à devoir courir mais là quand même.. pas autant ! Au bout de 3 heures, je commence à me dire que ces 70km vont mettre à très rude épreuve mes muscles et mes articulations qui n'ont plus du tout l'habitude de ce type d'effort. Moi qui, devenue montagnarde, préfère dorénavant les grandes ascensions et les longues descentes... et là, il faut galoper galoper... galoper sans cesse.

Ravitaillement du km 34,5, juste le temps d'attraper au vol une gourde pleine, préparée avec amour par mes 2 assistants de choc, et je poursuis ma route sans m'arrêter puisque les sensations sont encore là. Je me dis "quitte à courir, aurant arriver le plus vite possible". Je sais que je ne m'alimente pas assez. Juste un demi gel avalé depuis le départ, mais je n'arrive pas à me motiver. Je mâche sans grande conviction une barre énergétique, histoire de remettre un peu de carburant dans la machine.

KM 45 : les genoux tirent et les hanches aussi. Le sol gelé est si dur que mes articulations en souffrent. Je me sens ralentir... J'arrive au ravitaillement avec les traits tirés. J'arrête de courir quelques minutes, le temps de dire aux garçons que je suis dans le dur. Seb est là, il a abandonné, tout comme Sylvain (je l'apprendrai un peu plus tard). Je ne cherche pas à savoir pourquoi, histoire de ne pas me déconcentrer.

Je repars sous les encouragements des copains, Jérémy me lance "Ca va revenir Caro!, accroche toi". Je retiens cette phrase et me la repète souvent. Après tout, je suis toujours dans le top 10 derrière 9 nanas qui envoient. On m'aurait dit ça avant de partir, j'aurais signé tout de suite. Je m'accroche par la pensée aux amis, ce qui vont bien, ce qui vont moins bien et auxquels je pense fort, ceux qui aimeraient être là mais ne le peuvent pas. Je pense à tous ces coureurs qui sont derrière moi et qui eux, franchiront la ligne bien plus tard.

Tout ça me pousse à mettre un pied devant l'autre... Parce que dorénavant il n'y a plus que ça qui compte. J'ai arrêté de penser à ma vitesse de progression. Tout ce que je veux maintenant, c'est franchir la ligne et en finir. Chaque section de plat et chaque descente sont un calvaire pour le bas de mon corps, avec, comme pour ajouter un peu de piment, certains singles devenus vraiment glissants, recouverts d'une sorte de glaise visceuse.

KM 64,5, c'est le dernier ravitaillement. J'ai le moral dans les chaussettes même si je sais qu'il ne reste plus que 8km à parcourir et seulement une bosse. Mais je suis allée au bout du bout et je perds ici ma 10ème place... J'ère comme une âme en peine devant le ravitaillement, cherchant quelque-chose pour me remonter un peu le moral. Rien... juste 2 tucs salés. Je croise le regard des garçons qui voient en moi la difficulté et la lassitude. Nul besoin de parler.

Je repars en marchant, tête baissée, puisque je ne peux pas faire mieux. J'ai beau connaître la fin du parcours, la dernière bosse me parait interminable. Même les vautours planent au dessus de ma tête, ca sent la fin ! Hop, encore une place perdue avant de basculer dans la descente. En me doublant, Christiane Grosjean m'encourage gentiment et me dit que c'est bientôt la fin. Je le sais, mais rien n'y fait. A ce niveau de la course, ce n'est plus une question de mental mais de physique... Mes muscles, mes ligaments et mes os n'en peuvent plus. 2km de l'arrivée, hop ! dépassement par la droite de Christiane Lacombe... ou "comment plonger dans le classement à la vitesse de l'éclair"... Il est vraiment temps que j'arrive !

Quelques virages, j'aperçois au loin Guillaume Lenormand qui m'encourage et me félicite. Ca faisait longtemps que je n'avais pas souri a quelqu'un dis donc... Il reste 500m, je ressens le soulagement de quelqu'un qui va bientôt en terminer avec la souffrance.

Encore quelques foulées et je franchis la ligne après 70,6km, 3691m D+, 8H53 de course, en 13ème position chez les femmes, 176ème position au scratch (sur 2006 arrivants et 2500 inscrits au départ). Le tout sous les applaudissements des copains Jérémy, JC, Tony, Francky, tout juste arrivé 25mn avant moi, Guigui...

Finalement, au delà du résultat sportif (qui me laisse une petite pointe d'amertume tout de même), je retiens le fait d'être allée au bout de mon objectif, celui de refaire un trail long. Pour le reste, évidemment il me manque beaucoup de préparation spécifique et notamment de la course à pied mais... je suis trop bien dans mes montagnes avec mon sac à dos et mon appareil photo pour changer quoi que ce soit... Et puis, de toutes façons, il y aura toujours meilleur que soi alors autant ne pas trop se prendre la tête!

Mille mercis à mes assistants, amis, team, bravo aux bénévoles qui ont bravé le grand froid pour nous encourager la nuit et le jour. Et je n'ai pas dit mon dernier mot, reste à se fixer de nouveau objectifs et surtout vivre de nouvelles aventures !

Repost 0
Published by Carotte pour tous - dans Mes compte-rendus d'aventures
commenter cet article
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 10:38

Nous sommes dimanche, et c'est vraisemblablement une des dernières sorties en montagne de cet automne... Car oui!!! il faut bien laisser un peu de temps aux gambettes pour se remettre d'aplomb ... (en prévision des 72km de course qui m'attendent aux Templiers ce dimanche du côté de Millau)

Alors pour être sûre de finir en beauté, mon choix se porte sur un des plus beaux endroits de la terre ...Non je ne suis pas objective, et alors ? La Pierra Menta, sommet beaufortain fort connu des alpinistes amateurs et des randonneurs contemplatifs.

juillet-2012-1822.JPG

Un rocher un peu mystérieux à vrai dire, attéri là sur un coup de colère de Gargantua (oui, la légende voudrait que notre géant, ne parvenant pas à traverser le Mont Blanc et pris de colère, donne un coup de pied dans les Aravis ...Le rocher casse, donnant lieu à l'actuelle "Porte des Aravis", ricoche... et rebondit jusque là, tout simplement).

La Pierra Menta... une pointe en forme de molaire lorsqu'on l'admire du côté du Beaufortain, comme ici vue du col du Coin.

juillet-2012-1828.JPG
Et qui prend étrangement la forme d'une incisive aiguisée du côté de la Tarentaise.

P1020325.JPG

Une belle boucle de 30km et 1800m D+ nous ramène à Plan Mya, un de mes endroits préférés pour admirer le barrage de Roselend. Le temps d'une petite pause incontournable, de quelques photos d'ambiance et il est déjà l'heure de rentrer au bercail.

P1020350-copie-1.JPG
Le lac depuis Plan Mya

P1020359-copie-1.JPG
Roselend depuis l'Outard

P1020361.JPG
Vue générale depuis les hauteurs du col du Pré

Place maintenant au repos et à la préparation finale avant d'attaquer les sentiers des Causses !

Repost 0
Published by Carotte pour tous - dans Mes compte-rendus d'aventures
commenter cet article
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 11:45

Encore un samedi magique en montagne sur les contreforts du Beaufortain... Impossible de raccourcir les sorties, impossible de manquer le spectacle, et tant pis (tant mieux) si ca fait mal aux jambes !!

juillet-2012-1810.JPG
Bien petite sur cette crête

P1020297-copie-1.JPG
Mais qu'est-ce qui nous fait courir si loin, si souvent? La réponse est là... sous nos yeux.

juillet-2012-1806.JPG
Une belle grimpette depuis le bas pour atteindre le domaine des chamois (Megève en contrebas de l'arête de Leutellet)

juillet-2012-1814.JPG
Tous ces efforts méritent bien une petite pause panorama et pique nique face au Mont Blanc tout proche.

Miam miam on en redemande!

Repost 0
Published by Carotte pour tous - dans Mes compte-rendus d'aventures
commenter cet article
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 11:36

Depuis samedi, je comprends encore un peu mieux pourquoi ma copine Lydie est un vrai petit cabri !

De bon matin, c'est en allant "démontagner" les jeunes génisses du troupeau familial que j'ai pu constater qu'une vache... c'est pas si docile que ça! C'est qu'elle nous a donné du fil à retordre la petite "Gitane" pour sortir de son champs! Mieux vaut courir vite !

juillet-2012-1799.JPG

Reste plus qu'à conduire la petite troupe des alpages vers la vallée en attendant de les rentrer bien au chaud à l'étable à l'arrivée des premières neiges... Prochaine fois, je serai plus opérationnelle promis !

Repost 0
Published by Carotte pour tous - dans Mes compte-rendus d'aventures
commenter cet article
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 12:03

Une rage de dent me contraint à lever le pied depuis hier... heureusement pour se consoler, il reste toujours les photos de ces derniers jours !

juillet-2012-1787.JPG
Reliefs particuliers et formes arrondies entre le barrage de la Girotte et les nuages qui semblent vouloir lui ressembler. Beaufortain, 17 octobre.

juillet-2012-1748.JPG
Contrastes saisissants entre la moyenne montagne (celle des myrtilliers et des alpages) et la haute montagne (celle des glaciers et des neiges éternelles). Chard du Beurre, Beaufortain, 14 octobre

juillet-2012-1756.JPG
Calme et douceurs des paysages entre deux foulées. Lezette, Beaufortain, 14 octobre

juillet-2012-1745.JPG
Derniers espoirs de goûter les myrtilles et de s'en mettre plein les doigts!

P1020259.JPG
Le trail en octobre, c'est aussi... ca...

P1020261.JPG
Pin Cembro avec vue plongeante sur le lac de la Girotte, Beaufortain, 17 octobre

Repost 0
Published by Carotte pour tous - dans Mes compte-rendus d'aventures
commenter cet article
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 14:54

Il aura fallu une petite nuit pour laisser la nature opérer sa métamorphose et revêtir un beau manteau blanc.
C'est sur les crêtes de Bellecombe que je décide d'aller m'entraîner ce matin pour profiter du spectacle.

juillet-2012-1768.JPG

Horizon dégagé sur les cîmes environnantes, ambiance hivernale et solitude de mise pour cette belle balade panoramique.

juillet-2012-1776.JPG

juillet-2012-1780.JPG

juillet-2012-1781.JPG

Dans ces moments, il est toujours aussi difficile de redescendre...

juillet-2012-1783.JPG

Mais le chemin est encore long et enneigé et il faut bien revenir à la vie réelle ! Une chose est sûre... bientôt les peaux de phoques seront de sortie !

Repost 0
Published by Carotte pour tous - dans Mes compte-rendus d'aventures
commenter cet article
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 14:15

Profitant d'une proposition de longue date de mon ami Fred, je choisis ce week-end pour emprunter les clefs de son paradis : un petit chalet d'alpage aux Ayères des Pierrières, site magique au pied des falaises des Fiz et de la réserve naturelle de Passy, faisant face au Mont Blanc et à tous ses glaciers.

Le soir tombe et l'épais brouillard nous envahit lorsque JC et moi atteignons le chalet... Ambiance sombre et mystérieuse, attirante aussi... car la montagne c'est aussi ça : ces moments bruts et un peu rudes, où il fait bon passer sa soirée devant le vieux poele à la lumière de la bougie, un morceau de fromage au bout du couteau et un verre à la main à refaire le monde.

juillet-2012-1656.JPG

Mais je sais à quel point l'environnement est magique par beau temps et je sais aussi que demain, la météo sera de la partie. Alors il est temps de se rouler au fond du duvet en écoutant le bois craquer car demain, la journée s'annonce sportive! Au programme un tour des Fiz avec quelques petits détours pour profiter encore plus !

7H15, un épais givre recouvre la végétation environnante. Le soleil fait miraculeusement son apparition réchauffant les cîmes une à une, en commençant par celle du Mont Blanc recouverte d'une belle couche de neige fraîche. Le charme opère...

juillet-2012-1663.JPG

Puis c'est au tour des falaises qui nous dominent de s'illuminer. Il est temps de prendre le large (et de la hauteur) pour profiter de cette belle journée!

juillet-2012-1666.JPG

Nous commençons la balade par l'ascension du Dérochoir, qui comme son nom l'indique est un endroit plutôt escarpé (bien plus évident à franchir à la montée qu'à la descente! j'ai testé !).

juillet-2012-1676.JPG

Une fois la première montée avalée, nous choisissons d'aller rendre visite au col de Portette en aller-retour, avant de redescendre vers le refuge de Sales à travers les lapiaz, le vallon du Grand Pré ... et les troupeaux de vieux bouquetins mâles...

juillet-2012-1732.JPG

S'ensuit une longue descente jusqu'à la Sauffaz accompagnés du bruit tonitruant des cascades gorgées d'eau, de la course effrennée d'un chamois et du vol silencieux d'un gypaete... Une nature en pleine ébullition avant les premiers signes de l'hiver.

juillet-2012-1692.JPG
Curiosité géologique que ces formations rocheuses au pied de la Pointe de Platé, donnant son nom au "Désert de Platé", plateau calcaire recouvert par un des plus vaste lapiaz d'Europe

juillet-2012-1689.JPG

Puis nous contournons la Pointe de Sales pour remonter en direction de la Montagne d'Anterne et du refuge Alfred Willis. Il est temps de faire une rapide pause ravitaillement avant de reprendre le chemin en direction du petit Col d'Anterne face aux impressionnantes parois du Buet.

juillet-2012-1706.JPG
La cîme enneigée du Buet (ou communément appelé Mont Blanc des Dames)

Encore un effort et nous atteignons le lac d'Anterne puis le col d'Anterne. Les couleurs et les contrastes de cette saison nous en mettent plein la vue et nous font presque oublier le froid et les 25km / 2000m D+ déjà parcourus (mes jambes sont quand même là pour me le rappeler!)

juillet-2012-1717.JPG

Fatiguée mais heureuse je suis... Alors, au lieu de boucler la boucle par le chemin le plus court, nous choisissons de faire un dernier détour par le lac de Pormenaz., histoire d'en profiter encore un peu !

juillet-2012-1722.JPG

Une belle descente agrémentée de quelques petits passages d'échelles nous ramènent vers les Ayères. L'après-midi est déjà bien avancée et je suis fourbue ! 30km et 2300m D+ d'une belle balade technique autour des Fiz... Il est temps de redescendre vers la civilisation, la tête pleine d'images et de souvenirs.

Repost 0
Published by Carotte pour tous - dans Mes compte-rendus d'aventures
commenter cet article
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 13:18

Et pour le prouver en images... voici quelques clichés pris ce week-end sur le glacier du Géant entre l'Aiguille du Midi et la Pointe Helbronner à l'occasion d'une rando glaciaire.

P1020188.JPG
Entre les séracs et les crevasses, il est bon d'avoir l'oeil et le pas léger... et d'être accompagné d'un bon guide!

P1020197.JPG
Petit passage d'un pont de glace au milieu d'une crevasse. Ici, la cordée prend tout son sens.

P1020131.JPG
Immensité glaciaire sur les hauteurs du Mont Blanc.

P1020101.JPG
L'arête de l'Aiguille du Midi : un passage toujours délicat pour les novices.

Impossible de rester insensible face à autant de beauté !

Repost 0
Published by Carotte pour tous - dans Mes compte-rendus d'aventures
commenter cet article
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 18:31

Les jours se succèdent et ne se ressemblent pas ! En ces belles journées d'automne, je profite d'un moment de relatif répis professionnel pour tenter d'étancher ma soif insatiable de montagne et de nature sauvage. Il semble que ce soit peine perdue... Chaque sortie vers les hauteurs amène son lot d'émotions et d'émerveillement et me pousse à en vouloir toujours plus.

Et aujourd'hui, encore un peu plus encore que d'habitude, car, à la beauté des éléments naturels, s'est mêlée celle de la nature humaine. Une nature humaine à l'état brut, simple... comme j'aime. Récit :

Le temps est menaçant ce matin au réveil (réveil difficile d'ailleurs) mais qu'importe ! J'ai rendez-vous avec mon amie Lydie pour une virée dans les montagnes et ça, ça efface tous les nuages ! Notre projet du jour : grimper au col du Tricot au pied du glacier de Bionnassay et redescendre au point de départ par Miage, un petit hameau d'alpage niché au fond d'une vallée perdue et dominée par le glacier de Miage.

Nous montons d'un pas vif (c'est qu'elle avance la collègue!), émerveillées par les couleurs qui nous entourent : l'herbe dorée contrastant avec le vert des épineux et le gris / blanc des glaciers et des parois rocheuses du Mont Blanc.

juillet-2012-1602-copie-1.JPG

Impossible de ne pas s'arrêter pour observer, écouter. Un cerf nous fait même l'honneur de son brame à notre passage. Petits passages d'échelles et le col nous attend. Le vent fort et les nuages noirs donnent à cet instant, une ambiance à la fois menaçante et attirante.

juillet-2012-1604.JPG

Il est temps d'entamer la descente vers Miage au pas de course. Nous arrivons au hameau et les premières gouttes nous balayent le visage... Comme tombé du ciel, nous découvrons un récent abri posé là, comme s'il était fait juste pour nous !

juillet-2012-1606.JPG

De quoi prendre le temps de se restaurer du bon beaufort embarqué dans le sac ! C'est justement ici que nous faisons la rencontre d'un montagnard du coin, descendant de nulle part, dans sa tenue de camouflage. Nous voyant là (avec nos têtes sympas), il nous invite en toute simplicité à boire le café chez lui, dans son petit chalet d'alpage. Loin de nous faire prier, nous acceptons l'invitation et y découvrons un abri chaleureux et authentique. Le café auprès du poêle s'éternise ... agrémenté d'une belle part de gateau et d'un verre de Chamousset (en patois) dont la recette restera secrète... Lydie comprendra pourquoi !

juillet-2012-1608.JPG

Nous sommes si bien, comme si le temps s'était arrêté... René (c'est son prénom), en faisant chauffer son café au bain marie comme la tradition locale le veut, nous raconte la vie aux alpages, nous explique qu'ici avec sa vieille maman, jusqu'à il y a peu, il faisait de la tomme, élevait des cochons, fabriquait le beurre. Ces histoires qui vous font briller les yeux et qui vous font rêver de ce temps où l'homme avait la vie dure mais évoluait simplement avec son milieu...

Nous prenons congé de notre hôte à regrets mais le coeur plein d'émotion, et plus riches de ces choses qui ne s'achètent pas et qui ont pourtant une valeur inestimable...  Une chose est sûre : rendez-vous est pris pour lui livrer le bon miel de Lydie avant les premières neiges !

Repost 0
Published by Carotte pour tous - dans Mes compte-rendus d'aventures
commenter cet article

BLOG-copie-1

Recherche

Sans titre 6

Pages