Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juillet 2007 2 10 /07 /juillet /2007 16:45
trail-caroline-1-re-7-juillet-2007-copie-1.jpg
Une belle surprise que cette victoire samedi sur ce trail de 32km et 1300m D+ au regard de mon état de forme physique et moral actuel… En effet, un nouvel environnement de vie (nouvelle ville, nouveau travail, déménagement, etc…) ont entraîné chez moi beaucoup de stress et de fatigue.

Ainsi, c’est le ventre vide et les yeux cernés que j’ai pris le départ de cette course sans prétendre à une quelconque performance. Après une petite heure, me voilà déjà en train de souffrir de la chaleur, je me résigne alors à lever le pied et à profiter des paysages grandioses qui s’offrent à moi.

La seconde me rejoint dans une montée. Je décide de rester à son contact, histoire de ne pas être toute seule et de taper la discute durant quelques km... Petit moment bien sympa qui me redonne un peu de baume au cœur. Nous sommes sous les arbres, ce qui me permet en même temps de retrouver un brin de forme et de dégonfler un petit peu des doigts.

Nous arrivons ensemble au 1er ravito, puis je prends progressivement un petit rythme qui me permet de reprendre de l’avance et même de rattraper quelques coureurs  (eh oui….j’ai un petit bout de papier accroché à mon T-Shirt avec un n° dessus… et je n’arrive décidément pas à l’oublier…pfff).

Le 2è ravito me paraît bien loin et je souffre vraiment de la fatigue et de la chaleur… Mais je tiens. Une fois passé, il reste un graaaaaande montée qui achève tout le monde et me provoque de nouveau des crampes d’estomacs qui me poursuivront jusqu’à 2 km de l’arrivée et m’empêcheront une fois encore de m’exploiter en descente….

Les 500 derniers mètres me paraissent interminables mais quel bonheur de passer la ligne d’arrivée aux termes de 3h43mn de course !!! Elodie, ma poursuivante arrivera 10 mn plus tard.

Mon bilan : une très belle course, avec des vues incroyables (Aravis, Mont Blanc, etc…), très bien balisée et de beaux lots Salomon à l’arrivée… Dommage que je n’ai pas été au mieux de ma forme pour profiter pleinement de ces moments « nature » !

J’en profite pour remercier de tout mon cœur Arlette et Pierrot qui m’ont reçu comme une reine ce week end à Cusy... Vraiment, ça fait plaisir de se ressourcer de la sorte et de manger une bonne fondue après un tel effort !

Prochain défi: 100 km à l'Ultra Trail "Tour du Beaufortain!

Partager cet article
Repost0
22 juin 2007 5 22 /06 /juin /2007 08:49
1h18mn44s, c'est le temps qu'il m'aura fallu pour venir à bout de ces 12km et 750 D+!

Thou-Night.jpg
Après avoir joué au chat et à la souris avec Patricia Maréchet (ASPTT Grand Lyon), me voilà la première fille à inscrire mon nom au palmarès de la première édition de Thou Night!

Une édition, qui, semble-t-il, va en appeler d'autres étant donné son succès et les commentaires enthousiastes à l'arrivée...

Le résumé de l'histoire en quelques lignes:

Après un départ en tête dans la montée de St Romain, me voilà déjà dépassée par ma poursuivante en haut du Mont Cindre (aux environs du troisième km). Des crampes d'estomac m'empêchent de relancer et je dois prendre mon mal en patience. Elle file, je l'ai en ligne de mire pendant un bon moment mais, au fil des km, toujours en train de me tenir le ventre, elle disparait...

La douleur va me persister jusqu'aux 3/4 de la course. Accélérer accentue les crampes, mais tanpis... En haut du Mont Thou, je suis 2è et il ne me reste plus qu'une solution: jouer ma carte de descendeuse....
Alors je décide d'y aller coûte que coûte. Il fait nuit, les cailloux sont glissants, mais je galoppe, j'accélère et saute de cailloux en cailloux, relâchée et relativement sûre de mes appuis.

Je me revois en train de descendre de nuit du refuge de la Grande Montagne, sans frontale aux côtés de Laurent...

C'est un vrai régal! Là commence le plaisir! ...Dommage que mon estomac soit aussi dur que les cailloux sur lesquels je rebondis!

Première chute sur un chemin qui ressemble plus à une patinoire en dévers qu'autre chose... J'ai du mal à repartir car mes pieds glissent... Quelques centaines de mètres plus loin, repartie à fond de cale, j'aperçois Patricia Maréchet en train de peiner dans la descente. Hop, je double et reprend la première place, ça fait du bien au moral! Je sais qu'il reste une grimpette et après, une belle descente technique avant l'arrivée. "Que du bonheur"

Je m'amuse vraiment dans cette course à l'aveuglette et au feeling. Une 2è belle chute sur un cailloux me vaudra un beau bleu sur l'arrière train ce matin! La dernière descente est bien glissante... Je me retourne, un coureur est juste derrière moi et nous finissons les derniers mètres au sprint.

Je termine à la 35è place au général parmi un peu plus de 200 fous, qui, comme moi avaient décidé de passer cette soirée au pas de course. (dont une partie a réussi à se perdre malgré un balisage bien visible....).


Je retiendrai de cette soirée, non pas mes crampes d'estomac mais plutôt:
- L'ambiance hyper conviviale de cette première édition, où tout le petit monde des coureurs s'est retrouvé un soir de fête de la musique pour partager une bonne suée et une excellente paëlla,
- La belle 3è place de Flo qui avait pourtant fait un gros entraînement la veille,
- La 6è place de Franck qui, un jour, descendra comme une trombe lui aussi pour rester au contact! Hein Francky?
- Le temps de fou de Pascal Balducci, vainqueur masculin, qui termine Thou Night en 1h02mn06!
- Tous les gens sympa qui m'ont encouragé durant la course! Merci vraiment!

Vivement l'année prochaine, qu'on remette ça!





Partager cet article
Repost0
17 juin 2007 7 17 /06 /juin /2007 13:51
Après une petite sortie de récup' en VTT pour détendre les jambes, voici mon récit en bref du Raid Urbain:


SAMEDI SOIR: Un début en trombe

22h30... Départ de la CO de nuit dans les rues de St Priest. Les consignes sont données: il s'agit d'une course au score, nous avons 1h30 pour pointer un maximum de balises sur les 20 posées à travers la ville.
Top chrono, c'est parti! Mes trois compères partent comme des fusées après avoir analysé la carte. Le ton est donné... Il va falloir s'accrocher! 

Une balise puis deux puis trois.. Tout va bien, mais je réfléchis 2 secondes et me dit que si je veux assurer pendant deux jours, il ne faut pas que je grille toutes mes cartouches dès cette nuit, d'autant que nous avons pris un rythme de semi-marathoniens... Hop, j'attache l'élastique derrière Flo et c'est parti pour 15km et 1h23 de course folle.

Lo assure comme un pro sur l'orientation et nous enchaînons les 20 balises à vitesse grand V. Tant et si bien que nous sommes les seuls à être de retour avec toutes les balises bipées avant le temps limite! 

Un très bon début de raid qui nous permet dès le lendemain de posséder 6' de handicap par rapport aux seconds.

NUIT DE SAMEDI A DIMANCHE: Une nuit épique


Il est minuit, un raid d'un autre genre m'attend...Je dois maintenant me préoccuper de cette foutue porte d'appart' qui est fermée et dont je n'ai pas les clefs... Pas d'affaires pour demain et surtout pas de VTT!! Je suis donc obligée de trouver une solution. 2h du mat', tout le monde dort profondément sauf! Flo et moi qui nous escrimons à ouvrir ma porte comme 2 voleurs... sans succès (une chose est sûre, on ne pourra pas se reconvertir en cambrioleurs professionnels!) Tanpis, je dors chez lui le peu de temps qu'il nous reste et on avisera... (Au fait, merci Flo pour le T-shirt et le caleçon! Voyez jusqu'où va l'esprit d'équipe en raid...)

9h: un petit passage à l'appartement (toujours fermé), je sors mon dernier Jocker: Jean-Pierre, non! pas Foucault, le gardien de mon immeuble. Un tournevis, la radio mammaire de sa femme et le tour est joué! Il ouvre miraculeusement la porte après 20' d'essais infructueux!  Je lui saute au cou, le remercie du fond du coeur et attrape au vol mon casque, mes chaussures, mes gants et mon VTT (crevé bien sûr, puisqu'un malheur n'arrive jamais seul...).

DIMANCHE: une journée d'éclate totale

11h: Nous sommes en place. Départ de la 2ème journée avec 70km dont
- Une première section VTT Orientation,
- Puis une section CO,
- Une nouvelle section VTT O' (où Franck crève et où j'en profite pour faire une hypoglycémie)
- Une dernière section CO agrémentée de missions sportives diverses et variées le long du parcours:
    - Foot (grande spécialité du team qui possède environ 2 pieds gauche par personne),
    - Force basque (ah là par contre... Quand il s'agit de bourrer, on est forts!),
    - Piscine (la meilleure section du raid.. aucun de nous 4 n'avait l'air pressé de sortir, du coup, on a vraiment nagé à 2km/h)
    - Fitness (pendant que moi je faisais du step' avec la musique à fond, les gars montraient leurs muscles saillants sous les barres de muscu!)
    - Tir à l'arc,
    - Tir à la carabine, (au passage Francky n'oublies pas que tu nous dois une tournée!)
    - Kayak,
    - Escalade et parcours accrobranche,
    - Hydrospeed pour Lo et Francky (pendant que Flo et moi nous sommes dévoués pour une mini CO)

16h30:
Arrivée sous les applaudissements et les encouragements de Tom, si fier de son papa Francky ! Un peu plus d'une heure nous sépare des seconds.

Raid-Urbain-St-Priest-juin-2007-007-copie-1.JPG

Pour ma part, cette 2ème participation au Raid Urbain aura été une nouvelle fois une belle aventure, je me suis vraiment éclatée grâce à 3 coéquipiers de choc qui ont cultivé l'esprit d'équipe et la bonne humeur en permanence! Je garde une petite pensée pour Jean-Yves qui n'était pas là, mais avec qui j'espère refaire un raid très bientôt...



Vivement l'année prochaine!
Partager cet article
Repost0
16 juin 2007 6 16 /06 /juin /2007 21:51
A l'issue de 85km et environ 7h d'épreuves enchaînées entre hier soir et aujourd'hui, nous voilà désignés "Vainqueurs de l'édition 2007 du Raid Urbain" avec plus d'une heure d'avance sur nos poursuivants.

raid-urbain-2.jpg

Cette victoire est avant tout celle de l'amitié et de l'esprit d'équipe, celle de 4 potes qui ont tout fait pour mettre forces et qualités individuelles au service de l'équipe.

Une complémentarité vraiment bien mise à profit:

Lo, digne capt'ain Planète Tonique a maîtrisé de main de maître l'orientation tout au long de l'épreuve, aussi bien en VTT qu'à pied, de jour comme de nuit, et ce malgré l'extême concentration que celà demande.
Flo et Franck ont fait la démonstration de leurs qualités de coureurs de haut niveau, de leur endurance à toute épreuve mais aussi et surtout de leur esprit d'équipe en me soutenant et en me tractant dès que possible.

Leur bonne humeur et leurs encouragements ont fait de ce raid un moment de pur bonheur pour moi. Merci à vous mes coéquipiers! une fois de plus cette épreuve me motive à devenir meilleure et à refaire partie de l'aventure l'an prochain!

Compte rendu  du parcours demain, quand j'aurais repris du poil de la bête après mes mésaventures...

(car il s'avère que j'ai eu le désagréable statut de SDF durant 2 jours ayant claqué la porte de mon appart' en laissant les clefs à l'intérieur...)
Partager cet article
Repost0
10 juin 2007 7 10 /06 /juin /2007 16:18
Il est parfois dur d'admettre qu'on n'est pas infaillible. Et il est encore plus difficile de laisser tomber son coéquipier.



Alors forcément, cet abandon au Saucona me reste en travers de la gorge et me laisse perplexe.

Une crise d'allergie couplée à la chaleur est à l'origine de cet incident.

1ère section - trail: la chaleur nous étouffe déjà mais nous prenons notre train jusqu'à la balise de pointage.
2ème section - CO au score: j'ai très chaud et mes doigts gonflent à vue d'oeil, c'est désagréable mais j'ai l'habitude. Flo me tracte et nous parvenons a progresser dans les bois bien que pentus et très glissants. Une balise oubliée et une autre bien cachée nous font perdre un temps précieux. J'en profite pour égarer un verre de lunettes auxquelles je tenais vraiment... Dommage mais tanpis, on continue.
3ème section - trail court où je sens déjà que je ne suis plus en possession de tous mes moyens. Je serre les dents et fais en sorte que ça passe.
La 4ème section - CO me sera fatale. Après avoir jardiné et joué les sangliers dans les orties, les ronces et autres herbes folles, me voilà bien mal en point. Je suis bouillante, j'ai le souffle coupé et irrégulier, mes jambes me brûlent et en jetant un petit coup d'oeil, je constate qu'elles ont doublé de volume. ... 16, 17, 18ème balise... Me voilà en train de ralentir le pas, j'ai des vertiges et des crampes d'estomac... à cet instant, nous voilà partis depuis 3 heures environ et je m'en veux à mort de faire subir ça à mon coéquipier.

La suite, c'est l'arrivée au stade de Fontaine, où je m'écroule.

Un petit tour au poste de secours où les infirmières sont impressionnées du volume de mes jambes, de mes joues et de mes bras... Le doc m'administre "une dose de cheval" de cortisone selon ses termes et d'anti-istaminiques, en me précisant une fois tout cela avalé, que je n'ai pas intérêt à me faire contrôler anti-dopage avec ce que je viens de m'enfiler....

L'histoire s'arrête là, je n'ai plus le goût ni la force de continuer. Il reste toute une nuit de trail, VTT, canoé et le lendemain s'annonce encore plus rude. Alors je décide d'arrêter là, hyper décue de moi-même et vraiment désolée pour Flo qui avait, lui, une patate d'enfer....

La chaleur? Cette foutue rétention d'eau qui me handicape à chaque fois? Les allergies? Ou alors, pas le goût pour me remettre une dose après le Grand Raid 73?? Peut-être un peu de tout ça.... Espérons en tous cas que le jus va revenir vite et que Flo acceptera de recourir avec moi...Moi-5.jpg
Partager cet article
Repost0
29 mai 2007 2 29 /05 /mai /2007 11:26
Trail---Grand-Raid-73-26-05-2007.jpgLes données de ma montre GPS Garmin 305
En haut à gauche: un bout du lac du Bourget et Aix les Bains
A gauche: Chambéry
A droite: Montmélian

Voici donc le résultat officiel, trois jours après...

10h58'24'' de course,
...une 3è place chez les filles,
... et une 45è place sur 143 finishers (180 partants)

Les deux premières auront fait le doublé "Trail du Nivolet Revard + Grand Raid 73" à deux semaines d'intervalle! Alors Chapeau bas les filles!

Pour ma part, je m'étonnes moi-même de la vitesse à laquelle je récupère de cet ultratrail... Les nuits sont agitées, pleines d'images, de sensations,de souvenirs, de pensées... mais mes jambes reprennent du poil de la bête chaque jour (au sens figuré bien sûr... je ne suis pas encore un yéti!).

Voici quelques réflexions en vrac:

- je suis partie trop vite, la prochaine fois sera mieux gérée, je m'en fais la promesse!
- je suis fatiguée mais heureuse et "apaisée"
- je ne pourrais jamais m'éloigner des montagnes (j'en suis déjà trop loin à mon goût)
- que c'est bon d'aller au bout du bout de soi...
-  mais comment font les premiers???
- je tâcherai de retourner au col du Mont, ca avait l'air vraiment sympa même en passant vite fait....
Partager cet article
Repost0
27 mai 2007 7 27 /05 /mai /2007 11:03
Le Grand Raid 73 m'a permis de découvrir le monde de l'ultra... un univers qui porte vraiment bien son nom!

gr-raid-73-1.jpg
Mon carton de validation des points de contrôle


Une impression domine à l'issue de cette aventure: c'est un peu comme un mariage ... "Pour le meilleur comme pour le pire".


Le pire:


En effet, cette course m'a fait souffrir physiquement :

- Pendant l'ascension des Monts Charvet et Pelat puis, dans la montée du Colombier, 2043m, quand mes pulsations sont montées à 180 et que mes jambes commencaient déjà à me rappeler à leur bon souvenir, alors que nous n'étions qu'au 28è km,

- Dans la grimpée qui nous a conduit au Chalet de la Buffaz (km 42) ou j'ai dû descendre l'eau de mon Camelback plus vite que mon ombre,

- Pendant l'ascension de la pointe de la Galoppaz au 50è km, où bon nombre d'entre nous ont eu LE coup de bambou (c'est ici que j'ai cédé ma deuxième position sans pouvoir réagir)

- Dans la dernière montée, celle du Col du Mont, glissante et paraissant bien longue quand on a déjà 60km de montagne derrière soi,

- Et ... dans l'interminable dernière descente jusqu'à Cruet (6km), où les muscles des cuisses vont chercher les dernières ressources, là où on se soupçonne même pas qu'elles existent, pour résister à la chute et arriver coûte que coûte.

Mais c'est aussi le mental qui prend des coups...

Quand le corps dit "stop", il faut résister dans la tête, se dire que ça va passer.

Pendant 3 ou 4h, même 6, c'est possible... Mais au bout de 8 ou 10h d'efforts, quand on ne peut plus mettre un pied devant l'autre, même sur les faux plats, quand on trébuche sur chaque cailloux, que les genoux sont usés, les jambes tremblantes, qu'on est seule depuis le départ... Là ça devient un combat de tous les instants entre le corps et l'esprit!

Une seule chose comptait pour moi après le dernier ravitaillement... Arriver au terme de cette course et maintenir ma place sur le podium dans les 15 derniers km.

C'est chose faîte... Mission accomplie après plus de 11h d'efforts.

Le meilleur:

- Faire corps avec la nature, évoluer au milieu des montagnes avec des vues magnifiques, et ça... je vous assure que ça vaut tout l'or du monde!

- Se promettre de passer la ligne d'arrivée et y parvenir malgré les difficultés,

- Partager cette expérience avec des potes à l'arrivée: Flo, Lo, Laurent, Jean Michel.

J'en profite pour féliciter Flo pour sa magnifique 3è place derrière le célèbre Dawa Sherpa, Bravo à Laurent, 4è et à Jean Michel, 9è à l'arrivée! Lo n'ayant pas récupéré du Raid Edhec a dû abandonné, faute de jus, à 38km.

- Avoir la bonne surprise d'avoir la visite d'Arlette et Pierrot, les parents de Fabien, venus spécialement assister au podium (heureusement que je suis dessus dis donc...)

- Avoir la chance et l'honneur de taper la discute avec son idole...car parler avec "Dawa Sherpa",maître incontesté de la discipline, c'est recevoir une vraie leçon d'humilité et de simplicité. Un garçon abordable malgré sa notoriété, qui ne se prend pas la tête ... comme j'aime quoi!

Voilà mon histoire... celle d'une fille ordinaire qui essaie de vivre des choses "un peu" extraordinaires!
gr-raid-73-2.jpgDonnées GPS: L'altitude (en vert) et mes pulsations (en rouge)
Partager cet article
Repost0
30 avril 2007 1 30 /04 /avril /2007 11:59

C'est au terme de 5h19 d'efforts (sans communes mesures en ce qui me concerne) que Lo et moi montons sur la deuxième marche d'un podium mixte composé de raideurs de hauts rangs...

Une 7è place au scratch et la satisfaction de se placer devant des équipes comme "les Arcs Quechua, Raiders 74, etc..."

En voici le résumé:

Après un départ en trombe, nous donnons le tempo en arrivant en tête à la 1ère section kayak. 

Une première place qui ne durera pas car nos poursuivants, Sandrine et Sylvain, font une vraie démonstration de l'art du maniement de la pagaie et creusent ainsi l'écart dès le début. Nous ne les reverrons d'ailleurs plus par la suite.

6,5km sur le lac du Bourget, d'huile pour l'occasion. Mes épaules brûlent déjà mais, comme je dis toujours.... "La douleur n'est qu'une information"!

Débarquement à Aix les Bains pour enchaîner sur la section course d'orientation. Environ 15km et D+ 500m à travers la forêt. Lo tient la forme des grands jours.... Il faut que je m'accroche pour rester dans la course. 1 balise puis 2 puis 3... Mon coeur bat fort... Une montée à la grotte aux fées, une descente où je trépigne un peu derrière un coureur peu assuré, puis ... une remontée... Aie, j'ai des frissons, mon coeur s'emballe... Allez, je ne lâcherai rien! Un gel et ça devrait repartir....

Ca tient....

Retour à la plage d'Aix les Bains, nous sommes 5è au scratch, nos rivaux Sandrine et Sylvain sont déjà loin là-bas, je les apercois... Pas de répis, c'est reparti pour 4km de kayak à fond les ballons...

Débarquement à la plage du Bourget, nous avons 10mn de retard sur nos poursuivants, il faut vite rejoindre la section VTT en courant, à 1,5km d'ici.

Hop! On enfile casque, chaussures, sac et c'est parti pour 30km de VTT orientation à travers le massif de l'Epine. La 14è balise m'est fatale... La montée est vraiment raide et me semble interminable, Lo me tracte mais mon souffle ne suit plus, je dois être à plus de 190 de pulsations. Je pose pied à terre, il pousse les 2 engins... Après quelques minutes, je parviens à reprendre le dessus, je me retourne et que vois-je? "Ooh malheur" une mixte à nos trousses! Impossible de les laisser nous passer!!

Rappel: "la douleur n'est qu'une information, la douleur n'est qu'une information...."

Nous voici en haut: la fille n'est plus à portée de vue et la satanée balise 14 est là! Ouf... Pointage puis descente technique où je tombe puis fini à pied. Plus que 3 balises à fond de cale, un dernier effort et nous voilà à Technolac... Fin du parcours!

A l'arrivée Sandrine et Sylvain sont là depuis.... 50 mn!!!! Impressionnants ces deux là!

Une bien belle deuxième place pour Lo et moi en tous cas!

Bilan, mes pensées d'aujourd'hui: 

1. J'ai mal aux jambes mais je pensais que ce serait pire, (je peux même descendre un escalier!)

2. Ca peut paraitre bizarre comme réflexion mais... "Ok, ca fait mal mais qu'est-ce que c'est bon!"

3. Lo, t'es vraiment infatiguable comme garçon.

4. Sandrine.... Mais comment fais-tu????

5. Beau papa et belle maman: Merci d'être venus m'encourager... Ca change de l'aviron non?

6. Bravo Erwanito, le roi du bike sans roulettes!

7. Sympa d'avoir fait ta connaissance Sylvain. Promis, si un jour tu me doubles en AX, je te laisse passer...

8. Alex: cette fois, c'est à mon tour d'avoir perdu un poumon!

Partager cet article
Repost0
9 avril 2007 1 09 /04 /avril /2007 08:07

6h dimanche matin... Après avoir passé la nuit dans les toilettes parce qu'elle n'avait pas supporté la sauce pesto dans les pâtes de la veille, c'est avec grand regret que Sandrine  prend la (sage) décision de ne pas s'aligner sur le raid avec moi. Et quand on sait que sa mine avait pris les mêmes tons que son pull (vert), et que même le smecta à fait un aller retour direct dans l'autre sens, à peine avalé... Il vallait mieux en rester là!

C'est finalement avec Alex Dimitriou (Raid Nature 01) - celui-là même qui m'a vendu le fameux VTT Commencal - que je prends le départ! On peut dire que ça, c'est du SAV de qualité! Sandrine, quant à elle, prend le rôle d'assistante malgré son état!

9h, remontés comme des pendules, nous voilà partis pour 12km de trail où le rythme imposé dès les premières foulées en dit long sur le niveau des raideurs présents ce jour là! Un grand plat pour se mettre en jambe avant l'ascension. A 15km/h de moyenne, ça part vraiment fort pour un raid qui fait 71,5km! Puis chacun prend son rythme... 

C'est vers le 10ème km, au sommet, que survient la bourde! Un groupe de raideurs prend la mauvaise direction, et comme chacun est occupé à anticiper les pierres et regarder les pieds de celui devant lui, personne ne voit le changement de direction! Et nous voilà tous en train de descendre "à toutes berzingues" en direction de notre seul point de repère... l'Ardèche en contre bas pour atteindre le départ du kayak.

A l'arrivée de cette section c'est environ 2km et un bon quart d'heure perdus qu'Alex et moi sommes bien décidés à rattraper en kayak grâce à la dextérité de mon coéquipier par intérim dans cette spécialité! En effet, j'ai le luxe d'embarquer avec un freestyler, ex-membre de l'équipe de France, qui a également participé aux JO d'Athènes pour la Grèce en slalom! Autant dire que durant les 5,5km de descente de l'Ardèche, je n'ai qu'à l'écouter, pagayer et constater avec plaisir que nous rattrapons pas mal d'équipes!

La suite des réjouissances s'annonce "rafraichissante" après le débarquement où toute la petite famille Valette nous attend de pieds fermes. (désolée Erwan je n'avais pas le temps de m'arrêter!). C'est reparti pour 10km de trek, à commencer par la traversée de l'Ardèche, histoire de se rafraîchir les jambes. Quelques passages en surplomb de l'Ardèche avec une simple main courante à laquelle se raccrocher et bien peu d'endroits où caler ses pieds à mon goût, me procurent quelques sensations fortes... Heureusement Alex est là pour m'encourager.

Puis nous entamons le fameux "marmitoning" qui n'est autre qu'un canyon à remonter. Ce qui suppose de sauter tout habillé dans les trous d'eau (gelée) et d'escalader jusqu'au sommet à l'aide de cordes et d'échelles. Drôle d'impression que celle de se plonger toute entière dans une eau gelée alors qu'on est encore en sueur! J'ai vraiment compris que ce c'est que d'avoir "le souffle coupé".

Encore quelques km de course où mon collègue commence à sérieusement souffrir de ces ampoules avant d'atteindre le parc à vélo.

29è km et déjà 3h30 écoulées: départ de la section VTT. Là, la partie difficile est passée pour Alex.... Elle commence pour moi! En effet, tous les commentaires étaient unanimes la veille pour dire que le parcours VTT allait s'annoncer technique, long et difficile! Et c'est le cas!

Les débuts sont laborieux: à peine 100m et je pose dejà le pied! Je n'ai quasiment jamais roulé avant ce raid, je ne suis pas vraiment  du genre "casse cou" et ... il reste 44km avec très très peu de parties roulantes! Pauvre Alex, il va devoir être patient et tolérant! A ce moment de la course, je me demande bien comment et  surtout quand on va passer la ligne (cette nuit? demain?.... après demain??)

Et puis, au fur et à mesure, je commence à prendre confiance, et même! à me faire plaisir dans quelques descentes! Je me surprends à ne plus freiner sur certains passages techniques. Alex est toujours là pour m'encourager et me donner du courage... On commence petit à petit à rattraper des équipes, on passe une mixte avec laquelle on sera au coude à coude pendant un moment.. Mais pas questions de "lâcher le morceau"! On décide de sauter le dernier ravito pour prendre de l'avance.

Voilà quasiment 7h que nous sommes partis, un dernier et difficile col nous attend et je commence à sérieusement souffrir... Il faut pousser le vélo, reprendre le dessus, surmonter les douleurs... Il reste une quinzaine de km et le pari sera gagné!

Ouf, le sommet! Une dernière descente où je suis tellement fatigué que je trébuche, pose souvent le pied et fini en trail avec le vélo sur le côté (la bonne vieille coureuse refait surface!). Puis les derniers km s'égrainent à toute vitesse le long de l'Ardèche, Alex et moi puisons dans nos dernières ressources pour passer cette fameuse ligne tant attendue!

17h15....Pari gagné! J'ai fait ce parcours, j'en suis fière et je remercie grandement Alex qui aura été adorable tout le long. Un coéquipier à recommander!

Le bilan:

- Une nouvelle expérience riche en enseignements sur le monde du raid et sur moi-même.

- Des paysages plus que grandioses avec ces canyons, ces grottes, les gorges, les points de vue extraordinaires par lesquels nous sommes passés

- Une organisation sans faille (petit bémol sur la pose des rubalises au sommet de la première section)

- Une aventure humaine avec Alex, qui je l'espère gardera un bon souvenir de cette longue journée!

- Et.... SURTOUT! Ne pas manger de pâtes au pesto la veille!!! hein Sandrine!

Partager cet article
Repost0
18 mars 2007 7 18 /03 /mars /2007 15:28

C'est au terme de près de 3H30 d'efforts inconsidérés que je m'octroie la première place du podium du fameux Trail des Cabornis. Podium sur lequel je grimperai d'ailleurs avec difficultés vu l'état de mes muscles et articulations...

Je vous livre ici les premières impressions à chaud (très chaud) de mes mollets (avec lesquels, soit dit en passant, je vais sans doute devoir négocier âprement pour avoir le droit de recourir de sitôt).

Récit de mes mollets:

"Après un départ en montée qui nous rappelle d'entrée de jeu que nous sommes partis pour 1650m +, nous voilà partis sur un bon rythme de croisière, prêts à affronter ces 35km de pied ferme (c'est le cas de le dire).. Bref rien de bien méchant par rapport à ce que nous fait subir habituellement notre propriétaire . Des montées... des descentes... Mais c'était sans compter sur le dépassement intempestif d'une, puis deux coureuses, qui avaient décidé de donner une autre allure à cette course! Evidemment, il va sans dire que notre propriétaire n'avait aucunement envie de se laisser passer de la sorte. Sans nous laisser d'autre choix, nous dûmes accélerer la foulée et nous accrocher à nos baskets!

Imaginez un instant notre soulagement extrême, quand, au 15ème km, cette lutte acharnée prit miraculeusement fin! En effet, ces deux adversaires choisirent l'option de bifurquer sur le petit parcours (qui fait tout de même 22km), laissant notre propriétaire et nous, pauvres mollets que nous sommes, seuls, au milieu de tous ces hommes, avec encore 20 km à avaler. 

Nous reprîmes alors un semblant de rythme humain, n'oubliant pas qu'à tout instant, notre propriétaire pouvait nous solliciter de plus belle. Mais la concurrence semblait être suffisamment loin derrière pour nous sentir hors de danger...  Le plus dur fût la fin de parcours. Dans les 10 derniers km, nous étions tous deux, raids comme des bouts de bois et, de leur côté, nos amies les cuisses commencaient elles aussi à sérieusement fatiguer.. Mais notre propriétaire ne semblait pas pour autant avoir l'intention de baisser la cadence et avait décidé de s'accrocher coute que coute à un groupe de coureurs - forts sympathiques au demeurant - qui l'encouragaient et la poussait dans ses retranchements (et les nôtres par la même occasion).

Nous arrivâmes épuisés, à St Romain à l'issue d'un parcours difficile. Notre seule demande, si nous pouvions l'exprimer, serait de prendre 24h de repos bien mérités!! 

Mon bilan de ce trail:

 Un bien beau parcours que nous avait concoté l'organisation. Bien que particulièrement difficile et éprouvant du fait des cassures (montées, descentes s'enchainaient à un rythme effrené), ce trail est une supère expérience en terme de gestion de l'effort. D'autant plus que j'ai dû faire avec un début de course très rapide pendant les 15 premiers km pour rester au contact de 2 coureuses qui, finalement, opteront pour le petit parcours... Déjà bien entamée la première heure, j'ai fait appel au mental pour ne rien lâcher et m'accrocher aux autres coureurs pendant les 2h30 qui restaient...

Au final, une première place chez les filles, une 29è place chez les hommes, et encore une expérience qui va certainement m'apporter quelques compétences supplémentaires.

Supère ambiance, encore une fois que de gens sympatiques...

Un grand bravo à Franck (Bussière) qui s'octroie la 3è place et qui semblait aussi fracassé que moi à l'arrivée. Un grand merci à Fabien et à mon homme d'être venus me voir. Pendant le cparcours, j'ai pensé que vous seriez contents si j'arrivais en tête et ça m'a donné du courage... Et puis merci à Raph pour les encouragements pendant la course!!

Partager cet article
Repost0