Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 12:52
Première rencontre importante de l'année, la tête de rivière interrégionale lance le début de la saison d'aviron...

* Une tête de rivière c'est quoi? Un 6000m contre la montre, avec un départ toutes les 30 secondes. La tête de rivière de Marignane regroupait tous les clubs du Sud Est de la France depuis le Jura jusqu'à la côte d'Azur en passant par le bourgonnais et le lyonnais.

Pour Béné et moi, sous les couleurs du Club d'Aiguebelette, une "mise dans le bain" plutôt mitigée puisque, dépendantes d'une logistique compliquée, nous n'avons pu nous retrouver qu'une petite heure avant l'horaire de départ de notre course... Pas forcément évident de partir avec toutes les cartes en main :

- Pas d'entraînement la veille pour se mettre dans l'ambiance...
- Une barre cassée, réparée mais pas remise dans l'axe (et pas le temps de rectifier donc obligée de garder le pied de travers pendant toute la course)
- Une arrivée au départ en retard (ce qui nous fait partir en 5è position alors que nous devions partir 3è)
- Une mauvaise direction qui nous conduit droit dans la berge dès les premiers coups de pelle.... à cause de ces fameux problèmes de barre.

Bref des conditions pas évidentes pour travailler le relâchement, la cohésion et la glisse....

2-.jpg

Au final, nous réalisons une course loin d'être transcendante, sans grandes sensations... Plutôt frustrant mais mieux vaut vivre ça à Marignane qu'aux Championnats de France... Nous terminons à la 3ème place à 34" des premières et à 7" des deuxièmes.
Tandis que JC et Fabien de leur côté, réalisent un beau parcours et remportent l'épreuve avec une facilité déconcertante...

La suite dans 8 jours où nous jouerons à domicile pour la Coupe Rhône Alpes d'Aiguebelette !


Partager cet article
Repost0
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 10:34
Avis à mes lecteurs : en ce début de semaine, point de photos de vallées alpines ou de sommets enneigés... Non, cette fois, nous partons vers le Sud, histoire de prendre le soleil et quelques embruns!

oct-2009 6817
Photo : Société Nautique de Monaco

En effet, ce week-end avait lieu le Challenge du Prince Albert à Monaco. Une régate d'aviron de mer des plus prestigieuses comptant parmi ses participants des français bien sûr... mais aussi des italiens, des anglais, des américains, des ukrainiens et même... des australiens. Tous venus découvrir le cadre magique du célèbre rocher et l'ambiance si particulière propre à la Principauté.

Impossible donc de refuser l'invitation du Club d'aviron de Monaco à participer à la fête.

Notre joyeuse petite équipe se retrouve donc en Yole à 4 dès le samedi, avec à son bord : Mathias Raymond, le local de l'étape, Jean Marie Imbert, Guillaume Rochet, JC ... et moi-même, qui suis pour cette fois, assignée à la barre du bateau!!

P1000507bis.jpg

On pourrait s'imaginer que la Méditerrannée, à Monaco, c'est un peu comme... le lac d'Aiguebelette par jour de grand calme. Et bien non, pas du tout! Pour ce week-end, le soleil est bien au rendez-vous mais le vent et la houle aussi !
Alors forcément, avec mon légendaire pied marin, je ne suis pas au mieux, au milieu des vagues de 2 / 3 m dans cette embarcation qui parait soudainement si petite et si instable... Heureusement, l'esprit de compétition prenant irrésistiblement le dessus, le stress s'envole dès les 5 coups de corne sonnés, annoncant les 5 dernières minutes avant le départ.

Pour les novices, voici les quelques principes élémentaires de la course :

A 5mn du départ, 5 coups de corne sont donnés, puis 2 coups dans la dernière minute et enfin 1 coup pour lancer la course. Comme en voile, le principe est de s'approcher au plus près de la ligne de départ sans la dépasser avant que le dernier coup ne soit donné (sinon, l'équipe a des minutes de pénalités).

Une fois le départ lancé, le parcours de 8km tourne autour de 3 bouées formant ainsi une sorte de grand losange composés de 4 bords. Bien sûr, à chaque bord, l'action du barreur est déterminante puisque selon l'orientation il s'agira de surfer les vagues, de les prendre de côté ou de face en conservant un maximum de vitesse. Il faut également tailler les courbes le plus intelligemment possible pour ne pas perdre de temps aux virages et conserver la priorité (un peu comme en rallye auto... un peu moins rapide, mais tout aussi secoué!).

oct-2009-6938.JPG oct-2009-6374.JPG
Photos : Société Nautique de Monaco

Du côté des rameurs, il faut bien sûr pousser fort sur les jambes et tirer fort sur les bras.... Ca on le sait déjà.
Mais il faut aussi conserver la cohésion quelque soient les conditions de mer, en l'occurence, même quand le bateau gîte dans tous les sens, que les pelles ne sont plus dans l'eau, qu'on saute de son siège quand le bateau retombe dans un creu etc... Il faut aussi être à l'écoute des consignes du barreur et réagir au quart de tour pour prendre les vagues au bon moment, les surfer le plus longtemps et le plus souvent possible.

Bref, un vrai travail d'équipe à 5!

Voilà pour les quelques explications.

En ce qui nous concerne, la première course du samedi se passe plutôt bien puisque nous sommes dans le trio de tête avec St Malo et Thonon jusqu'à l'approche de la 1ère bouée. Le bateau est secoué dans tous les sens mais nous tenons bon... Jusqu'à ce que la pelle tribord de Jean Marie tape violemment une vague, s'engouffre sous la coque et casse aussi sec. Aie... Tanpis, nous repartons avec notre pauvre Jean Marie qui rame avec sa seule pelle babord. Et là  à peine 30 secondes plus tard patatra... gros coup de malchance, c'est au tour de Guillaume de casser sa pelle! Impossible de continuer la course dans ces conditions. 1/2 tour, nous rentrons tout penauds au port...

Heureusement, la soirée de gala est là pour nous faire oublier nos malheurs...

Dimanche matin, après une petite nuit de sommeil, je me fais embaucher par 4 grands noms de l'aviron pour barrer leur équipage en Yole à 4 "catégorie Masters" (qui aurait cru que j'allais me lancer dans une carrière de barreuse? sûrement pas moi!). Pour les connaisseurs : Philippe Giraldi - Luc Crispon - Pascal Body - Thierry Renault. Quatre ex rameurs internationaux de renom qui se sont donnés RV à Monaco, 30 ans plus tard, pour reformer un équipage. L'histoire est belle! Au terme de 40mn de course, nous franchissons la ligne en 2è position entourés d'équipages Italiens.

oct-2009-6709.JPG  P1000527bis.jpg
L'équipe des Masters et la remise des médailles au prestigieux Yacht Club de Monaco.

A peine débarqués, je rempile pour la 2ème course de la matinée avec mes gars, dans une mer bien agitée.  Remontés à bloc après notre déconvenue de la veille, nous partons en tête de la course avec l'équipage de St Malo victorieux de la veille et Champions du Monde de leur catégorie. Quelques beaux surfs nous permettent de passer la 1ère bouée légèrement en tête. Le bord suivant est un peu houleux, nous sommes au coude à coude pour le passage à la 2è bouée... Quelle course! Je commencerais presque à aimer la barre moi!

oct-2009-6940.JPG
Passage à la 1ère bouée (Nous sommes en tête et on aperçoit St Malo derrière la vague)

Je m'apprête à lancer une série pour passer la dernière bouée en tête quand le drame se produit. Cette fois c'est un collier de la pelle qui se dévisse et empêche Mathias de poursuivre la course !!! La suite, on la devine... Nous terminons la course à 3 rameurs: Jean-Marie, JC et Guillaume, ce qui forcément nous pénalise aussitôt. St Malo s'enfuit, nos poursuivants nous doublent les uns après les autres. Pourtant, jusqu'à l'arrivée, personne dans le bateau ne lâchera un coup d'aviron.... Bravo les gars, vous avez été bien courageux !

P1000529bis.jpg

Promis, la prochaine fois sera la bonne. Je suis même prête à vous barrer de nouveau... Si si Mathias, je t'assure!

Merci à toi en tous cas, car ce fut un week-end vraiment sympa et très bien organisé
Partager cet article
Repost0
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 10:41
Il fait gris en ce dimanche matin à Crest Voland... Hésitation : skating ou rando? Allez il faut se motiver : ce sera rando ...

Bien nous en prend puisque quelques mètres plus haut, la couche nuageuse s'efface, laissant place à un soleil flamboyant ! J'attrape la carte : au menu du jour, ce sera le col de la Gittaz au départ de la station d'Hauteluce.

moi1

Une belle rando au coeur du massif du Beaufortain avec le Mont Blanc comme compagnon...

moi2.jpg


jc-copie-2.jpg

La récompense est au sommet : la Pierra Menta sous un angle nouveau et tout le Beaufortain enneigé.

pm

beaufortain.jpg

Ahhh j'y retournerais bien là haut !!!
Partager cet article
Repost0
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 10:00
Une petite surprise m'attendait vendredi soir... Une soirée au clair de lune et une nuit en mode "esquimaux" dans un igloo au Semnoz !

marche.jpg

La température aux alentours des -15° pendant la soirée a malheureusement fait geler le goulot de la bouteille de vin (et mes mains par la même occasion), mais la bonne soupe de Julien était là pour réchauffer les coeurs...

repas

Après le repas, une nuit ambiance "Grand Nord" nous a permis de tester les qualités techniques du duvet. Dur dur de se déshabiller quand la température est négative mais une fois bien emballée de la tête au pied, la nuit fût "presque" douce !

igloo
"Sourire crispé avant d'enlever les épaisseurs..."

Et quel bonheur de se réveiller au milieu de la forêt enneigée et de prendre son petit déj au dessus de la mer de nuage...

vue.jpg

Merci JC, merci Julien pour cette soirée d'exception. C'est sûr, je me souviendrai du 13 février!

 
Partager cet article
Repost0
1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 08:21
En préambule de cet article, je dirai d'abord : "BRAVO LES BLEUS"!!!!
Et oui... Notre équipe de Hand nous a fait rêver hier avec une séries d'actions magnifiques face aux hargneux croates. Encore une démonstration que l'esprit d'équipe et la cohésion sont les vrais moteurs de la performance!
N'ayant pas touché une balle de hand depuis mes années STAPS (cad il y a fort longtemps), je préfère m'abstenir des traditionnels commentaires d'après-match et revenir à l'objet initial de cet article... : le ski et le blanc

Voilà 2 hivers que l'ami Alex me transbahute d'un domaine à l'autre pour me faire découvrir les joies du ski de fond dans le Jura : la Pesse, la forêt du Massacre en passant par Giron, la Vatay ou encore les Moussières... Il était grand temps de lui renvoyer l'ascenseur! A mon tour de lui divulguer mon spot favori... Les Saisies, Balcon du Mont Blanc.

alex-me.jpg

L'occasion de croiser les skieurs de l'Equipe de France en préparation pour les JO.
Dommage pour moi, qui rêvais secrètement de croiser Vincent Vittoz au détour d'une piste (ou disons plutôt... de me faire doubler), je n'ai pas eu ce plaisir...

Heureusement, la déception fut vite oubliée après une matinée en compagnie de mon ami Dawa Sherpa, lui aussi en phase finale de préparation pour Vancouver. Affûté comme une lame, notre célèbre traileur s'entraîne et affine sa technique avec l'Equipe de France sur les pistes des Saisies pour représenter le Népal aux JO.

dawa&me

J'ai donc pu profiter de ses conseils avisés et d'une de ses journées "de repos"  pour travailler la technique, expérimenter de nouveaux éducatifs et me découvrir un don pour le pas sauté... (pour le reste, y'a du boulot).
(Côté repos, nous avons tout de même passé plus de 2h30 sur les skis!)

Ne reste plus qu'à lui souhaiter bonne chance pour Vancouver, à lui et à toute l'Equipe de France !!
Partager cet article
Repost0
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 00:00
6h dimanche matin : le réveil sonne. Mais pourquoi si tôt ? Ah oui c'est vrai; nous avons RV avec le Raidlight Winter Trail à Marlhes dans la Loire...Dur dur de se lever aux aurores en ce jour du seigneur. C'est parti pour 1H30 de route en direction du Parc Naturel du Pilat. Heureusement, le temps s'annonce plutôt clément, nous allons pouvoir profiter des paysages de cette belle région quelque peu méconnue du grand public...

  Au total, ce sont plus de 700 coureurs qui se sont donné RV sur les 3 parcours proposés.

9h : Après avoir avalé mon désormais habituel et indispensable couple "smecta-maalox", me voilà parti à l'assault des 32km et 1600m D+ . Nous sommes 280 coureurs au départ de ce format. Pour ma part, j'ai choisi de mettre les Yacktrack sur mes chaussures, sachant que la quasi totalité du parcours est enneigée.  JC fait de même.

Je pars avec prudence et me retrouve rapidement en 2ème position au bout de quelques km. Je sais déjà que la forme n'y est pas, les jambes n'ont pas de répondant dans la neige... Nul doute que l'enchaînement "2 courses à Giron + 2 séances de musculation en 3 jours + 27km de ski de fond la veille" y est pour beaucoup.
Tanpis, aujourd'hui sera un jour "sans" et la première montée me le confirme. J'adopte un rythme plus cool et me fait rapidement dépasser par Josiane Piccolet puis Anne Ruelen avec qui j'avais livré bataille dimanche dernier.

Au sommet de la bosse, vers le 7èkm, les choses se corsent un peu. La neige est vraiment poudreuse et épaisse. Mes jambes refusent de lutter, je trébuche, je glisse ... Bref, j'avance à la vitesse d'un randonneur en raquette du dimanche... Mais finalement, peu importe, je me suis déjà mis en mode "prend le comme un bon entraînement, ce sera déjà pas mal"

J'atteins le premier ravito sans m'y arrêter et poursuis mon jeu d'équilibriste dans la neige. Mes Yacktracks me gênent plus qu'elles ne m'aident dans cette neige légère. Je regrette de les avoir pris. Petit à petit, je comprend qu'il ne sert à rien de s'énerver toute seule (car oui oui, j'étais bien énervée à ce moment là de la course !! ) et je me mets en quête de pensées positives : sers toi de tes bras pour t'équilibrer, fais des plus petits pas, relève la tête etc etc...

A force, j'arrive à retrouver quelques sensations et j'oublie presque que mes jambes sont restées dans mon lit... Nous atteignons une portion de neige dure, ce qui facilite les choses. J'accélère un peu le pas. Un coureur me double puis, quelques mètres plus loin, se retourne : "Ah mais dis donc !! On n'aurait pas courru ensemble il y a 2 ans? Je me souviens de toi!". Le temps que ça atteigne mon petit cerveau (encore plus rétréci avec la course), je réalise : "Oui c'est vrai! Je m'en rappelle, c'était à mes débuts ! Je courrai mon 2è trail après la Saintélyon! Le Val Cottey". Le temps de se saluer en se souhaitant bon courage et il prend le large.

Je me sens bien et je réalise que je n'ai presque pas mal au ventre... Quelle belle sensation! Merci Smecta-Maalox! J'atteins le second ravito où j'aperçois mon pote Jeff qui sert les boissons. Il m'informe qu'Anne n'est pas forcément très très loin devant. Je regarde le GPS, il reste encore un peu plus de 10km.

Je décide de prendre un rythme un peu plus soutenu, histoire de tenter... (on se sait jamais?). J'attaque désormais les montées au pas de course (lent certes...) et appuis dans les descentes. Après 5km, j'aperçois finalement Anne en haut de la bosse. Elle est encore assez loin, à peu près à 2mn30 d'après un chrono pris vite fait. Je me rend compte que cette petite accélération m'a bien séchée et que je ne pourrai pas revenir. Je termine donc tranquillement la dernière descente, il reste un bon km sur le bitume et me voilà dans le gymnase de Marlhes !

Au final une 4è place chez les filles (73è au scratch et 1ère seniore) en 3H36 et la satisfaction d'avoir fait une bonne séance d'entraînement ! Place à la récup' pour retrouver mes petites gambettes ...
JC quant à lui termine 7è après s'être perdu et en ayant été obligé de s'arrêter pour cause de mal au bide...

Merci à l'organisation pour ce beau parcours, bravo à Benoit Laval qui l'emporte sur son terrain de jeu et vive la Brasserie du Pilat !




Partager cet article
Repost0
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 11:13
17 janvier... Il était temps pour moi de remettre un dossard. Le Giron Snow Week-End tombait donc à point nommé !

Le défi du jour aura été d'enchaîner 2 courses dans la même journée : un défi physique mais aussi contre le temps puisqu'il s'agissait de terminer la 1ère course avant que ne soit donné le départ de la 2ème...
Mais les défis, ça a parfois du bon !

Petit retour en arrière :

Samedi après-midi:
Après une petite sortie d'1 heure en ski de fond dans la forêt du Massacre, JC et moi rejoignons l'ami Alex pour l'encourager sur la course d'orientation en raquette de nuit (prologue du Giron Snow Week-End). Il est 18H30 quand il s'élance dans la nuit et sous la neige pour 2 heures de recherches de balises à la lueur de la frontale. Nous préférons quant à nous, nous attabler au chaud, au bar du Centre Montagnard ... Chacun son truc !
Plusieurs balises (et plusieurs bières) plus tard, notre athlète est de retour trempé jusqu'aux os mais bien placé puisqu'il termine 2ème de l'épreuve en ayant trouvé presque toutes les balises. Chapeau bas!

P1000306.JPG

Un bon plat de pâtes et au lit car demain une grosse journée nous attend...

Dimanche matin : le Run & Skate
La pluie est tombée dans la nuit, transformant la neige devenue lourde et chargée d'eau. Au programme de la matinée : le Run & Skate en relais. Je me charge du trail blanc (13km en 2 boucles) et JC enchaîne en skating (17km).

9h, le départ est donné : Je décide de partir prudemment avec l'idée de repérer le terrain sur la 1ère boucle et d'appuyer un peu plus sur la 2ème. Je constate que le parcours débute par une grande descente de 3km environ avec des passages dans la neige molle, la boue et les flaques d'eau. Ca tombe bien, j'aime bien ce genre de situation... On ne s'ennuit pas au moins ! S'ensuit un long plat puis une grande montée dans la forêt jusqu'au point de départ.
Je passe en tête sur la 1ère boucle. Les sensations sont plutôt bonnes puisque pour une fois, je n'ai presque pas mal au ventre. (sans doute les bienfaits de la bière de la veille?).
A la sortie du point de ravitaillement, ma poursuivante me double et s'élance à toutes berzingues dans la descente. J'ai beau allonger la foulée, je n'arrive pas à la suivre... Mon pote Cédric s'accroche et me dit de lui emboiter le pas. J'obéis et petit à petit, sur le plat puis dans la montée, nous revenons à son niveau. Cédric m'abandonne dans la grimpée, payant un peu ses efforts... Nous restons l'une derrière l'autre jusqu'à l'arrivée. C'est donc premières ex-aequo que nous terminons la boucle. Sauf que moi je passe le relais à JC et elle, continuera l'épreuve en individuel ... Quelle santé !  JC enchaîne alors sur 17km ski, dans une neige molle. Je le retrouve un peu plus tard à l'arrivée. Il ne s'est pas fait doubler, nous terminons donc 1ers en mixte et aux environs de la 5ème place au général (résultats confirmés dans la semaine)

jc-copie-1.jpg

A peine l'épreuve terminée pour nous que nous sautons dans la voiture pour aller acheter un sandwich quelque-part dans Giron. Sandwich que nous n'aurons malheureusement pas le temps d'avaler car la 2ème épreuve débute dans 30mn. D'ici là nous devons remonter en voiture, nous garer avec difficulté, monter les vélos, nous changer, attraper les skis, mettre les dossards etc... Pas le temps de changer les pédales, tanpis, je ferai le parcours avec mes baskets et mes pédales automatiques... Nous atteignons le parc à vélo à la fin du briefing. Juste le temps de mettre le matériel en place pour les transitions et nous voilà partis pour l'épreuve de tri des neiges.

Dimanche après-midi : le triathlon des neiges
Cette fois, au programme : Une épreuve individuelle comprenant : 7km de trail blanc (même boucle que le matin), 12km de VTT sur neige et 9km de ski de fond. Je décide d'y aller pour le fun puisque mes jambes sont à peine remises du matin et que mon estomac est quasiment vide...
180 coureurs au départ et c'est reparti pour ma 3ème boucle en trail de la journée! Je la connais par coeur celle-là !
Je suis étonnée du petit rythme pris par le peloton. Du coup, dans la montée, je tente de doubler même si cela me demande de gros efforts car dès que l'on sort de la trace, il faut patauger dans la poudreuse...
D'ailleurs, j'en profite pour noter que, aussi bien à pied qu'avec le vélo, un petit % d'hommes ont eu la facheuse tendance à oublier les notions de galanterie ou de sportivité et n'auraient laiser passer personne pour rien au monde, quitte à accélérer quand on tente de les doubler...Bizarre comme état d'esprit, m'enfin...

moi

J'atteins le parc à vélo en 2ème position avec les cuisses bien entamées. Dommage pour moi car la suite promet : la neige molle et humide, pétrie par le passage des coureurs ne permet pas de grimper sur le vélo. Il faut donc le pousser pendant quasiment 50% du parcours. Heureusement, les muscu enchaînées de ces dernières semaines m'aident à aller chercher l'énergie suffisante... Je finis par rattraper Anne Ruelen (Au passage merci Joel pour les encouragements). Nous atteignons le village de Giron roue dans roue sous les applaudissements de Mike, Raph, Fred etc...
Sauf qu'il reste 1,5km de montée jusqu'au point de transition, et là...la Carotte commence à deviner l'hypo qui pointe le bout de son nez. Je manque cruellement d'eau et de sucre... J'ai l'impression que la montée fait 20km, plus de jus, plus de jambes et mes pieds qui glissent sur les pédales auto... Heureusement, le team outdoor experience, présent en force, m'encourage sur le bord de la route. Merci Manu, Vincent, Markus ...

DSCN3514.JPG
(le fameux gros coup de barre) Photo Manuela P.

J'atteins le parc à vélo avec environ 2mn de retard sur Anne. Tanpis... le plus important est de se ravitailler sinon, je sais que je ne finirai pas la boucle en ski. Je prend donc quelques précieuses secondes (minutes) pour m'alimenter, récupérer un peu malgré la pression du podium. La 3ème arrive quand je chausse les skis. C'est reparti pour 9km au taquet. Au bout de quelques minutes, je sens que les pâtes de fruit et le coca font leur effet.
Loin d'imaginer reprendre du temps sur Anne, je cherche à faire glisser, à trouver le bon geste, efficace et économique, dans la neige molle. Je retrouve les supporters d'outdoor experience en haut d'une bosse "Allez caro Allez, elle est pas loin ! Tu lâches rien!". Effectivement, quelques km plus loin, j'aperçois ma prédécesseuse en haut d'une bosse. Il reste 5 km environ. Petit à petit, je sens que l'écart se resserre entre nous. Je cherche à ne pas me griller en voulant la rattraper trop vite. Il reste environ 1,5km quand je la double. Je lâche les résidus de force qu'il me reste, j'ai des grosses crampes au vaste interne mais j'aperçois la flamme de l'arrivée. Plus que 500m, et je franchis la ligne en tête, quelques secondes devant Anne.

DSCN3523.JPG
Photo Manuela P.

Une belle course à jouer au chat et à la souris, malgré le manque de sucres et d'eau... Bien contente de ma rentrée sportive, je retourne à l'entraînement dès aujourd'hui pour garder l'influx! Merci à tous ceux qui m'ont encouragé sur le parcours, c'était vraiment chouette!

podium.jpg

JC quant à lui, termine 10è après avoir fait une hypo  lui aussi (mais plus grosse que la mienne semble-t-il). Il se fera doubler par 5 concurrents en ski... La morale de l'histoire : ben....y'en a pas... parce qu'on n'aurait pas pu faire plus vite entre les 2 courses !



Partager cet article
Repost0
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 12:22
Toujours en vadrouille cette Caro... Oui mais la vie est tellement courte qu'il faut en profiter !

Cette fois, c'est aux côtés de mon ami Christophe que je chausse les skis de rando malgré un temps relativement "décourageant" : froid, brouillard et gros flocons...
Tanpis ! Après tout, ce ne sont pas quelques chutes de neige qui vont nous arrêter. Hop, le fidèle Torok dans la voiture et c'est parti pour une petite balade du côté de la montagne de Sulens, au dessus de Thônes.

Copie-de-P1000375.JPG

Pas le courage de sortir l'appareil photo de la poche à cause de la neige et du vent qui souffle au sommet ... Du coup c'est Christophe qui s'y colle! Merci à lui pour les clichés et promis, la prochaine fois, il fera beau !

Copie de P1000382

Torok lui, ne semble pas perturbé le moins du monde par les conditions...
Quelle santé! J'aimerais bien avoir la même caisse que lui pour les prochains trails blancs ...

Copie de P1000380
Partager cet article
Repost0
13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 19:03
A la découverte de la Forêt du Massacre et de la Vattay

C'est en compagnie de mon ami Alex que je découvre le domaine de ski de fond de la forêt du Massacre, entre Prémanon et la Joux.

panneau foret massacre

Mais pourquoi la forêt du Massacre? Un petit chapitre "histoire" s'impose pour les plus curieux :

La forêt du Massacre était autrefois appelée forêt de La Frasse.  Elle fut appelée « Massacre » dès 1535, après un affrontement entre 600 mercenaires italiens envoyés par François Ier, et des armées du Duc de Savoie Charles III.

Les mercenaires italiens furent envoyés secourir la ville de Genève qui avait demandé de l'aide au roi de France. La cité, à cette époque capitale de Haute Savoie, était assiégée par les Savoyards. Les mercenaires italiens - aux services de François Ier - après avoir été stoppés au Col de la Faucille, furent repoussés dans la vallée de la Valserine, puis dispersés et anéantis dans cette forêt. Deux autres batailles s’étaient déroulées un an auparavant entre les armées de François Ier et les armées savoyardes dans les plaines autour de Gex. Lors de ces deux batailles, les troupes du roi de France, François Ier, furent également défaites.

Les habitants du Jura, témoins de ces terribles tragédies, renommèrent cette forêt de « La Frasse » : « Forêt du Massacre »


Ca c'était pour le côté culturel...
Pour le côté sportif, la forêt du Massacre culmine à 1485m et le domaine y est vaste et vraiment sympa à skier (surtout depuis que la neige est arrivée il y a peu!)

La matinée achevée après une vingtaine de km, nous trouvons non sans difficultés un lieu pour se sustenter... Pour le déj, ce sera... kebab/frites (seul et unique resto ouvert aux rousses à 13H15)! sympa pour la digestion ! Après un passage éclair à l'Ecole Nationale de Ski de Fond de Prémanon pour faire un coucou aux copains en stage d'Equipe de France d'aviron (dommage ils étaient presque tous à la sieste !! ), Alex me conduit sur un nouveau spot : la station de la Vattay, pour y découvrir d'autres pistes et une autre ambiance.

Nous skions sur le balcon du Lac Léman et des Alpes Suisses et françaises. Du pur bonheur pour les yeux !!

mont blanc-copie-1

Une petite pensée s'impose pour ces pauvres genevois, enveloppés par l'océan cotonneux qui s'étend à nos pieds.

alex-et-moi.jpg

Malgré le froid, l'après-midi passe à toute allure et nous enchaînons les km jusqu'à la tombée du jour, au moment où les nuages se font plus menacants, en montant de la vallée...

fin d'am

Bilan de la journée : 37km et plus de gambettes...
Un grand merci à mon pote Alex pour la visite, c'était top !! Vivement la prochaine !




Partager cet article
Repost0
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 22:30
Tandis que la France des vallées panique et frémit sous l'emprise de la neige, la France des sommets alpins, elle, se montre sous son meilleur jour...

Au royaume des hauteurs, le Blanc est roi...

arbre-1.jpg
Comme en témoigne cette photo prise en ski de rando ce matin du côté du Crest du Midi au dessus de Megève

arbre é
Ou encore celle-ci prise du côté du refuge du Petit Tetraz qui porte bien son nom puisqu'à cet endroit, un couple de Tétras Lyre se sont envolés à nos pieds...

Une belle balade facile au départ du Planay - 1300m (Notre Dame de Bellecombe) qui nous conduit au Ban Rouge à travers les sous bois - 1983m. Une belle journée à l'image de cet arc en ciel ...
 
arc en ciel

... Si belle que de retour à Crest Voland, je profite de la tombée du jour pour refaire une dernière montée en peaux au sommet du Lachat pour admirer le coucher du soleil sur les Aravis et le Mont Blanc, et la mer de nuage qui s'étend à mes pieds...

coucher-de-soleil.jpg

mer de nuage

Comment ne pas se sentir bien là haut ? Mieux que partout ailleurs ...


Partager cet article
Repost0