Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 avril 2008 1 14 /04 /avril /2008 08:42
Sur les bords du lac de l'Uby, entre les gouttes, la tendance aura été à l'émotion et aux surprises ce week-end...

(ambiance... le bassin de récupération)

En cette année olympique, les rameurs ont les dents longues et chacun veut se montrer sous son meilleur jour...

C'est ce que n'ont pas manqué de faire les skiffeuses Sophie BALMARY (sans grand suspens), Coralie SIMON au terme d'une belle bagarre avec Béné DORFMAN. Béné qui cède ainsi ce qui aurait pu être son 13è titre en skiff poids légers!!

(Tu prends quoi toi? La bille ou le calot?)

Du côté des skiffeurs "toutes catégories" (= lourds ou  pas poids légérs comme on préfère), c'est au tour de Julien BAHAIN de lever les bras au ciel une fois la ligne franchie, succédant ainsi à Cédric BERREST pour le titre de Champion de France. Une finale gagnée de très belle manière, malgré les attaques incessantes d'un Jonathan Coeffic très en forme et beau second !

En deux-sans-barreur "Toutes Catégories" la bataille a été menée sans coup férir par Juju DESPRES et  Dorian MORTELETTE, très en forme ce week-end et qui ont fait la démonstration de leur niveau actuel.

(Pour Franck et JC, en finale, la menace ne viendra pourtant pas du ciel ...)

Chez les filles, là encore une course sans suspens menée de bout en bout par l'équipage Inène PASCAL / Stéphanie DECHAND. Un bateau fort sympathique à regarder et qui devrait bientôt tenter la qualif pour les JO.

(Prise d'eau devant Touminet!)

Côté PL garçons, les bouleversements sont de mise. Dans la course du skiff poids léger, la jeunesse a montré toute sa fougue demontrant que la relève est assurée pour les années à venir ! Fred Dufour doit malheureusement céder sa place sur le podium après plusieurs années de domination à Rémi DI GIROLAMO, Jérémy AZOU & Max GOISSET.

(le photographe de Chasse Pêche Nature & Tradition est parmi nous... Ah non! c'est Igor Meijer)

Enfin, chez les deux sans barreur poids léger, la tête de course a pris une dimension palpitante grâce à la hargne de Guillaume RAINEAU & Vincent FAUCHEUX, venus pousser Franck SOLFOROSI et JC BETTE dans leurs retranchements jusque dans les derniers coups de pelle...  Un très bel équipage, soutenu par un public conquis !
(Mon regret sera que Franck et JC auront, du coup, été fort peu applaudis par les spectateurs sur le podium, peut-être trouve-t-on leur victoire "banale"?). Un 6è titre consécutif pour JC en 2 sans barreur...

(Prise d'eau devant les gars!)

Reste dorénavant aux entraîneurs et sélectionneurs de "plancher" sur les meilleures compositions à trouver pour les JO : changements? pas changements?... Je leur souhaite bien du courage et espère qu'ils sauront prendre les bonnes décisions.

Pour ma part, j'ai bien mon avis sur la question mais je préfère le garder pour moi puisque ce n'est pas mon job !
En attendant, mes pensées vont à ceux qui sont passés à côté de leur week-end, ceux qui n'ont pas pu être de la partie, bref ceux qui n'ont pas pu exprimer toute leur rage de vaincre (Fafa, JD, et bien d'autres...)

Partager cet article
Repost0
10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 08:00

 

...Ca donne ça !

 

 


 



 

 

 

A la veille des Championnats de France, je vous propose une petite interview sympa, réalisée par Jonathan COEFFIC  en personne (en photo ci dessus)... Vice Champion du Monde en Quatre de couple l'an passé, Champion de France en skiff en 2006, Jo défendra lui aussi ce week-end, sa place dans le Quatre de couple pour les JO.

MAIS, une fois n'est pas coutume, aujourd'hui, c'est lui qui pose les questions... à Benjamin RONDEAU !
(Benjamin que vous pouvez retrouver également sur cet article : Benjamin Rondeau sur Carotte pour tous)

 


Jo : "Bien sûr Benj, s’il y a des questions auxquelles tu ne veux pas répondre, y a pas de soucis. Faut tout de même garder ses armes secrètes…

D’abord comment s’est passé votre stage ?"


 


 



Benj : "Les deux semaines à Soustons se sont très bien passées, du fait d’avoir changé de lieu de stage ! (Temple sur Lot, ça fait maintenant 9 ans que j’y vais…Ça commençait à m’énerver)"






"À la veille
des championnats, une question s’impose, même si je connais la réponse : est ce que tu te sens bien ?"

 


"Je me sens très bien mentalement, nous avons bien bossé techniquement depuis le début de la saison  avec Germain. J'étais un peu fatigué physiquement ces derniers jours, mais c’est normal, c’est le programme qui veut ça, je vais récupérer progressivement jusqu'aux premières courses."


 



"Votre objectif est certainement la victoire, mais vous êtes plusieurs bateaux à vouloir gagner : que peux-tu me dire sur tes « adversaires » ?"


"Une année olympique est toujours une année très difficile car tout le monde cherche à gagner ! Il faut donc se méfier de tous !"




 


"Comment vis-tu le fais d’être en concurrence avec des gars qui sont tes coéquipiers en équipe de France (tous bateaux confondus) ?"


"Je le vis bien, car je pense à mon principal objectif : être Champion Olympique. Alors plus j'irai vite en pair-oar (autre appellation du 2 sans barreur), mieux ce sera pour la suite de la saison en quatre sans barreur!"



 


"Comment comptes-tu aborder les premières courses ?"


"Nous sommes entraînés pour réaliser toutes les courses à fond. Je ne me poserai donc pas de question sur la première…"


 



"As-tu préparé spécifiquement ces championnats par rapport aux autres tests hivernaux, en terme de régime alimentaire par exemple ?"


"Non pas spécialement, pas de régime particulier, j’ai mangé de tout, en grande quantité !"



 



"Durant votre stage y a-t-il des « manœuvres psychologiques » entre les bateaux, afin de mettre la pression aux autres ?"

 

"Non, je n’ai pas remarqué de telle chose, mais chaque équipage à ses habitudes (pour certains bateaux : ramer plus tôt par exemple...)"


 

 



"Vois-tu les tests comme une compétition indépendante, ou simplement comme une étape sur le chemin des Jeux?"

 

"On ne fait que nous répéter qu’il s’agit que d’une étape sur le chemin des Jeux…Mais j’ai appris par ma propre expérience, qu’il faut aborder ces tests nationaux comme une compétition indépendante ! Car si tu loupes ce test, tu deviens comme un pion sur un jeu d’échec…T’as de grande chance de sauter !"


 



"Est-ce un surplus de pression que ces championnats soient une étape de la sélection Olympique ?"

 


"Je pense l’avoir exprimé au-dessus... lol."



"Pense-tu qu’être à deux est un avantage ou un inconvénient pour gérer la pression ?"


"C’est ni un avantage, ni un inconvénient, la pression ce gère personnellement, chacun réagit différemment."


 


"Que vas-tu faire dimanche soir et la semaine prochaine ?"

Dimanche soir, toute la pression que j’aurai ce week-end, je vais la mettre dans mon (mes) verres ! Et la semaine d’après, je reprendrai progressivement mes entraînements biquotidiens.

"En tout cas, bonne chance mec !!"

 "Bonne chance à toi man !"
Partager cet article
Repost0
9 avril 2008 3 09 /04 /avril /2008 09:19

Plus que 2 jours avant le début des hostilités à Cazaubon (Gers), territoire d'aviron...

En effet, ce week-end se déroule le traditionnel Championnat de France "bateaux courts", épreuve qui sert de sélection pour l'Equipe de France.

Cette année, l'événement revêt un caractère particulier puisqu'à quelques mois des Jeux, (rappelons au passage que les JO, sont avant tout un événement à caractère sportif, on aurait tendance à l'oublier), les places sont chères, TRES CHERES, pour ceux qui rêvent de porter du bleu/blanc/rouge cet été...

A l'approche de ces Championnats, j'ai voulu en savoir un peu plus sur l'état d'esprit de nos champions. Et pour ne pas faire les choses à moitié, j'ai choisi de m'adresser à la JET SET des bassins, à la crème des rameurs...
JC (Bette) et Adrien (Hardy), tous deux Champions Olympiques à Sydney pour l'un et à Athènes pour l'autre, et tous deux actuellement en stage de préparation à Souston et Saint Cassien ont accepté de se poser les questions qui vont bien...

Une interview croisée des 2 hommes qui permet d'en savoir un peu plus sur leur motivation et leur état d'esprit à quelques mois de leur envol pour Pékin...

 


Adrien :

"JC, pour commencer cette interview, j’ai appris que tu avais des conditions d’entraînement difficiles, penses tu que cela puisse être préjudiciable pour les championnats de France Bateaux Courts ?"

 


 


JC :

"Non, ce n’est pas préjudiciable... Même si le programme d’entraînement en bateau n’a pas pu être réalisé à la lettre à cause des conditions météo qu'on a subi à Souston, l’expérience de ces dernières années nous permet Franck et moi, d’être moins exigeants sur le nombre de kilomètres à faire ensemble.
L’important reste le travail de vitesse qui est fait la dernière semaine et par lequel il faut retrouver les sensations de course.

... En parlant de conditions difficiles et du fait que l’on ne s’entraîne pas au même endroit, une question me vient à l’esprit....
Cela fait maintenant quelques saisons que le choix à été fait de séparer le groupe « couple » du groupe « pointe », aussi bien en termes de lieux de stage que de budget. Penses-tu que cela a pu installer une sorte de rivalité entre couple et pointe, et au final penses-tu que c’est une bonne chose pour les rameurs ?"


 


Adrien :

"Je pense qu’il a toujours existé une rivalité entre les deux secteurs, même du temps ou nous faisions les stages ensemble. Cette rivalité qui a toujours été saine entre les rameurs est, je pense, un des facteurs de la réussite du groupe comme celle qui existe entre TC et PL.
Maintenant, le fait de faire des stages séparés a peut-être pu créer des dynamiques différentes et un manque de repères pour certaines catégories en manque de leader, comme les filles ou la pointe TC sur l’olympiade précédente.
Cela leur a demandé de se forger tout seul, ce qui prend plus de temps. Mais maintenant l’équipe de France est, je pense à un niveau de performance très élevé dans presque tous les secteurs, et va aux Jeux avec un potentiel exceptionnel. Du coup, au final ces rivalités auront été une bonne chose.


... De ton côté, cela fait maintenant 6 années que tu gagnes ce titre de Champion de France, quelquesoit ton coéquipier. Quels sont tes secrets pour que ta motivation reste toujours intacte au moment d’aborder la tête de rivière ?"

 


 


JC :

"Chaque année est un challenge différent. Chaque année on se remet en question. Le passage des Championnats de France bateaux courts est une étape importante et c’est en même temps la première vraie course de la saison. J’ai donc à chaque fois la même envie d’en découdre à l’approche des courses, et plus les titres s’accumulent, plus le challenge est beau...

Mais dis donc Adrien! je pourrai te poser la même question ?!
Cela fait maintenant quelques années que tu es le leader du groupe couple en étant Champion Olympique en titre et régulièrement médaillé au niveau international. Comment abordes-tu l’étape des Championnats de France bateaux courts, sachant que tu n’es pas forcément le skiffeur N°1 chaque année ?"

 

 


 


Adrien :

Dans ma catégorie, comme dans d’autres, le niveau individuel général s’est densifié à vitesse grand V en 4 ans. Pour rappel, en 2004 un bon ergo était autour des 5’56. En février, pour être simplement dans les 3 premiers, il fallait taper le 5’51!!
Le niveau technique s’est bien homogénéisé aussi en 3 ans. C’est pourquoi, comme tu l’as fait remarquer, je ne suis plus qu’"outsider" sur les championnats de France Bateaux Courts !
Mais mon palmarès, l’expérience qui va avec, et mes qualités dans un bateau long me servent encore et j’essaie toujours d’en faire profiter le groupe en vue de ces tests... Mais, il est évident que je ne suis pas dans ta position et qu’il ne faudra pas que je « laisse ma part aux chiens » ce week-end, les jeunes ont les dents longues !!


En ce qui te concerne, vu que nous sommes en année olympique, j'aimerais savoir si tu as fait quelque chose de spécial dans ton entraînement pour parfaire ta préparation ?

 


 


JC :

Non, de mon côté la préparation reste la même qu’une année normale, la seule chose qui change c’est que je serai détaché complètement de mon travail après les Championnats de France bateaux courts, comme ce sera d’ailleurs le cas pour un certain nombre de rameurs sous convention.


 


 

Adrien :

La hiérarchie française paraît assez stable dans ta catégorie. Penses tu que ce soit plutôt un avantage ou un inconvénient pour progresser en bateaux longs ?

 


 



JC :

C’est vrai que la hiérarchie en deux sans barreur poids-léger n’a pas beaucoup changé ces dernières années, mais le niveau de performance des leaders s’est toujours situé parmi les meilleurs si l’on s’en réfère aux temps pronostiques.
Par contre, la densité n’est pas là... Et même si pour l’instant, on arrive à sortir un collectif A de 6 rameurs compétitifs au niveau international, la relève n’est pas encore là et c’est un petit peu inquiétant pour les années futures...

 


 


 

Adrien :

Tu es déjà champion olympique et tu seras le seul dans ton bateau à avoir déjà participé aux J.O. Comment comptes-tu partager cette expérience et utiliser cet atout ? Tes coéquipiers sont-ils demandeurs et curieux ?

 


 


 


JC :

J’ai la chance de ramer avec les mêmes équipiers depuis le début de l’olympiade et cette expérience j’essaie de la partager à chaque fois que cela est possible. A l’heure actuelle, je n’ai plus grand chose à apprendre à mes équipiers en termes de gestion de course ou de sensation, la seule chose que je puisse leur apporter en tant que Champion Olympique, c’est la confiance en notre équipage et l’envie de gagner.

Et toi de ton côté Adrien,  tu es Champion Olympique en titre du 2X. Cette année si tout se passe bien, tu vas avoir la chance de défendre ton titre et pour cela beaucoup d’adversaires et aussi beaucoup de médias vont t’attendre au tournant ! Est-ce une pression supplémentaire sur tes épaules ou une autre source de motivation ?

 




Adrien :

Le fait d’être champion Olympique sortant sera évidemment une pression supplémentaire qu’il va falloir gérer parmi tous les éléments de la performance. Je compte plus utiliser la construction du titre que l’on avait mis en place il y a 4 ans avec Jean-Raymond (Pelletier, entraîneur) et Seb (Vieilledent, coéquipier), qui elle est une source d’inspiration de tous les jours.
Enfin en ce qui concerne la pression au départ d’une course, on a tous 2000 mètres à faire et on va tous en chier si tu me permets l’expression ! Aux JO, j’essayerai surtout d’aborder cette course comme n’importe quelle autre, de façon à ne pas perturber mon jugement!

Question subsidiaire à réponse facultative...
Si on met sur un même pied d’égalité les médailles olympiques et non olympiques, JC tu es le rameur français qui a le plus beau palmarès. Sur les trois dernières années, tu es dans le seul bateau médaillé à chaque fois. Pourtant tu n’es pas forcément le rameur le plus sollicité par les médias. Comment expliques-tu cela et comment le vis-tu ?

 

 



JC :

 

Je pense qu’une grosse part de l’explication réside dans le fait que je fasse partie d’un équipage de 4 rameurs. Du coup, c’est beaucoup moins facilement « médiatisable », du moins si l’on veut mettre en évidence une seule personne.
Mais ce n’est pas une chose qui me gêne... Bien sûr j’aimerai que l’on parle parfois un peu plus d’aviron dans les médias, mais personnellement je ne cherche pas spécialement à être mis sous les feux des projecteurs.

Et maintenant à mon tour de poser la question subsidiaire à réponse facultative!
Ce sera pour toi la 3è participation aux JO et donc déjà quelques années passées loin de ta femme et de tes enfants en cumulant les stages d’entraînement. Comment gères-tu ta vie de famille ? Comptes-tu continuer le haut niveau une fois les JO passés ?

 

 


Adrien :

Parmi mes qualités, j’ai surtout une femme formidable !!! En plus de comprendre la situation, elle a aussi eu l’excellente idée de devenir institutrice.
Cela nous permet de nous voir assez souvent même pendant les stages car elle et mes filles, viennent me voir.
En plus de cela, mes résultats internationnaux  et les quelques pépettes qui en ont découlées nous permettent aussi d’aménager encore son temps de travail pour que tous les 4 nous puissions trouver un équilibre.
Enfin, en ce qui concerne l’après JO, pour l’instant j’ai toujours la fibre alors j’espère pouvoir continuer encore un peu, mais je vais prendre chaque année l’une après l’autre!

 


 

 

JC : 

Nous avons tous les 2 cette année, l’opportunité d’être les premiers doubles Champions Olympiques de l’aviron. Déjà ma question c'est : est-ce que cela représente un aspect fort de ta motivation pour les JO ?

 

 




Adrien :

Depuis 4 ans, j’ai cette idée en tête, ce n’est pas mon leitmotiv tous les matins, mais de temps en temps je l’utilise pour me motiver ! En effet, qui m’aurait dit qu’un jour je pourrais égaler et peut être dépasser les grands noms de mon enfance : Rolland-Andrieux ?
Comme en plus, je ne me présente jamais à un Championnat quelqu’il soit pour faire autre chose que premier, il est évident que je ne compte pas aller en Chine pour la visite... et toutes les sources de motivation sont bonnes à prendre.

 


 

 


JC:

Ok, et penses-tu que le fait de rentrer dans le cercle fermé des multiples Champions Olympiques, pourrait permettre à la discipline d'avoir une place plus importante de le paysage médiatique français?  

 




 

Adrien :

Je pense en effet que ces résultats amèneront une meilleure connaissance de notre discipline mais surtout une meilleure connaissance de 1 ou 2 personnalités de l’aviron français.
En effet, si on prend Tony Estanguet, Laura Flessel ou Florian Rousseau, ils ont acquis auprès du grand public une meilleur notoriété. Mais ce n’est pas pour ça que l’on voit plus d’escrime, de canoé-kayak ou de cyclisme sur piste à la télévision ou dans les journaux...
Hélas, à mon avis, le foot restera sport numéro un !



Je n'ai qu'une chose à ajouter ... Vivement ce week-end, qu'on assiste à des courses à suspens, et des finishes impressionnants sur le lac de l'Uby.

Et bon vent à vous deux...

 

Partager cet article
Repost0
7 avril 2008 1 07 /04 /avril /2008 12:48
66...

C'est la position de Bertrand VECTEN parmi les athlètes qui ont l'honneur de brandir cet après-midi la flamme olympique sur le parcours...


Espérons que notre vice-Champion Olympique d'aviron à Atlanta en 1996, en sortira vivant!
Bientôt son compte-rendu de cette expérience "sensible"...

Crédit photos FFSA

Pour ma part, je suis vraiment navrée de voir à quel point l'être humain peut parfois toucher le fond
... et aussi très énervée d'entendre les discours ridicules de certain(e)s (cf télématin)...

Partager cet article
Repost0
6 avril 2008 7 06 /04 /avril /2008 20:14
Cette flamme que nous avons eu l'honneur de brandir à Courchevel, arrive ce soir à Paris après un parcours pour le moins tumultueux à londres, ballotée entre défenseurs de la cause du Tibet et pro chinois...


Après être passée entre les mains du british Sir Steven Redgrave, quintuple champion Olympique en aviron, la voilà qui s'apprête à traverser la manche pour débuter son parcours Parisien depuis la Tour Eiffel.

La flamme parcourera 28 kilomètres à travers les rues de la capitale française, passant par de nombreux édifices emblématiques (Trocadéro, place de l'Etoile, Champs-Elysées, Concorde, Tuileries, le Louvre, Hôtel de ville, siège de l'Assemblée nationale française) avant de rejoindre le Stade Charléty pour la fin de sa balade parisienne.  



Au total ce sont 79 sportifs et personnalités qui porteront la flamme olympique à commencer par Stéphane Diagana, l'ex-champion du monde du 400 haies, choisi comme premier relayeur.

Espérons que les 3000 personnes mobilisées autour du parcours permettront à la grande fête olympique d'avoir lieu dans le calme et dans une ambiance pacifique...
Partager cet article
Repost0
4 avril 2008 5 04 /04 /avril /2008 08:42
Les voilà au 5è jour de l'aventure, nos coureurs de l'extrême...
Avec une journée de repos bien méritée.



L'occasion pour Lo et Christophe de nous livrer à chaud leurs impressions après une 4é étape de 75,5 km!!
Rien que ça!

Christophe Aubonnet - dossard 201

"Malgré 6 semaines de préparation minutieuse des pieds, j'ai les pieds explosés! Talons, doigts pieds, dessous... Les 76km d'hier ont été un défi mental comme je n'en avais rarement vécu. On s'adapte..

Quelques passages techniques (jamais assez à mon goût) et des zones roulantes interminables. C'est le lot quotidien. Mais surtout et toujours des paysages, un cadre exceptionnel.

J'avance en permanence, ne m'arrête jamais aux CPs et tout est a portée de main dans mon sac.

En 14h de course hier, 1min d'arrêt pour purger les chaussures. Même pipi, c'est en marchant...question d'entraînement !

2 mirages pour aujourd'hui :

* Plusieurs fois la sensation réelle de marcher avec des chaussures de ski sur les lacs asséchés. A cause des ampoules, je ne bougeais plus les chevilles et la chaleur tapant sur la tête faisait le reste.

* Au coucher du soleil, sur les dunes, j'ai vu un petit bonhomme avec des bouclettes blondes. Il m'a dit "dessine moi une marmotte"..."



Laurent Valette - dossard 127

"Voilà les dernières nouvelles ...

Tout commence par percer un ongle noir puis un repas partagé avec Halasan et une discussion avec Olmo dans la tente d'attente du départ de 12h15 avec les 50 1ers. On part sous la fournaise pour 76km.

Départ prudent, très beau parcours mais difficile. Je termine en 9h24 je crois, avec une belle hypo en prime à 6km de l'arrivée. Vomissement arrivé à la tente. Christophe me fournira un bonbon pour passer la nuit et récupérer du sucre.

J'ai bien pensé à vous durant la course : à Sandrine B dans une descente technique, à Mélissa et mes parents pour partir cool, à vous tous pour votre soutien.

Je le confirme, c'est une course au mental. T'es pas bien, tu fais passer, et ça repart pour 10km...

Journée de récupe, un peu brassé le lolo, vais me reposer sous la tente avec du frais à la tête.

Marre des Lyos et des barres, envie de Coca, produits frais, bières… J'ai rêvé que je buvais un coca. Qlqs ampoules mais rien de grave."


Affaire à suivre!
Partager cet article
Repost0
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 21:16
Ca donne ça...



Un petit reportage sympa, agréable à regarder depuis son canap', une bière à la main!
Courage à vous Lo et Chistophe, on pense bien à vous ici!!!

Partager cet article
Repost0
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 08:00
C'est plus fort que moi...

Un (rare) soir tranquille, toute seule chez moi...et me voilà sur le web, en train de farfouiller à la recherche d'infos sur le trail et l'ultra... Ben oui, on ne se refait pas!

C'est alors que je découvre cette vidéo de Petzl... qui me donne comme des envies d'UTMB...
Un jour peut-être...

Partager cet article
Repost0
2 avril 2008 3 02 /04 /avril /2008 21:01
En voilà une petite pub sympa en cette période de Marathon des Sables!

Partager cet article
Repost0
2 avril 2008 3 02 /04 /avril /2008 16:06
Merci à Fred, notre triathlète national qui signe là un bel article sur sa vision du boycott.


"Boycott Olympique, au moins tout le monde en parle..." 30 mars 2008


Je partage ton opinion et ton sentiment quant à l'hypocrisie ambiante et les donneurs de leçons qui devraient d'abord balayer à leur porte....
Partager cet article
Repost0