Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mai 2007 7 06 /05 /mai /2007 14:17

Ouh là là! Mais... il ne me reste que 3 semaines avant l'échéance fatidique (fatale?) du Grand Raid 73... et ses 5000m de déniv +...

Le raid ESC Chambéry ayant révélé mon manque d'entraînement actuel en terrains montagneux, je prends rapidement la décision reprendre les bâtons et d'arpenter monts et vallées autour de Lyon. Sinon, c'est sûr, mon pauvre organisme risque de souffrir plus que de raison le 26 mai!

Un petit coup de fil à Cédric, Franck et Flo... et c'est parti, direction Vernas pour une belle sortie trail dominicale comme on les aime.

Autant dire qu'en compagnie de ces trois inconditionnels de la course à pied, mon coeur et mes jambes n'avaient qu'à bien se tenir et surtout....s'accrocher...

Bilan: 2h26 de cavalcade, 23,5km et 1094m de déniv + sur le territoire de l'Isle Crémieu au sud est de Lyon. Coin que j'ai déjà eu l'occasion de venir explorer avec Lo il y a quelques temps et que j'apprécie beaucoup.

Bref, une belle matinée sportive que je compte bien réitérer dès que possible avec mes compagnons, histoire de commencer préparer la tête et les jambes à plus de 10h d'efforts!

 

J'en profite d'ailleurs pour féliciter Franck, (redoutable concurrent sur la Grimpée du Mont Thou qu'il gagne à chacune de ses participations), pour son temps de 2'52 au marathon de Lyon. Chapeau bas...

 

Partager cet article
Repost0
5 mai 2007 6 05 /05 /mai /2007 20:07

"Penser local... agir global"

 

Telle est la sage devise de l 'association "Mountain Riders" qui milite pour une prise de conscience collective des problèmes d'environnement en montagne... et ailleurs.

 

 

 

Si nous agissions tous, comme le français moyen, il nous faudrait 3 planètes pour survivre... Alors, à ce niveau, chaque petit geste compte...

 

Et Mountain Riders en sait quelque chose... Sur une opération de nettoyage de printemps en station, ce ne sont pas moins de 30 000 mégots que les bénévoles ont ramassés sous 1 seul télésiège!

(Sachant qu'1 mégot = 1M3 de neige polluée)

 

Alors, snowboarders, freeriders et freestylers ont eu la bonne idée de mettre en ligne quelques clips vraiment... excellents!

 

En voici un petit extrait, à regarder sans modération...

http://www.youtube.com/watch?v=4RnB27AXDA8

 

Si vous en re-demandez, RV sur http://www.mountain-riders.org/ à la rubrique vidéos

 

Partager cet article
Repost0
5 mai 2007 6 05 /05 /mai /2007 10:25

Pas peu fière de cet évènement, je profite de mon blog pour faire partager mon enthousiasme...

En effet, c'est pas moins de 2 fois que je suis en (petite) photo dans le magazine Endurance, bible incontestée des traileurs et raideurs de tous poils...

Evidemment, ce n'est pas le genre de photo portrait qui prend toute la page, style.. Karine Héry qui prend la pose pour Lafuma.. Non non! ... pour me voir, il faut vraiment avoir l'oeil affûté! 

Mais bon, moi j'dis, c'est déjà ça!

Partager cet article
Repost0
3 mai 2007 4 03 /05 /mai /2007 18:20
En ce jeudi 3 mai, je ne résiste pas à la tentation de vous faire partager cette petite "colonne" du Progrès... avec une sympathique photo en prime (merci Captain)!
J'en profite pour remercier "Clip", partenaire du Team "Planète-Tonique", grâce à qui nous pouvons aller vaillamment défendre nos couleurs sur les raids!!
Partager cet article
Repost0
1 mai 2007 2 01 /05 /mai /2007 17:53

Toujours par monts et par vaux, traversant les continents au rythme infernal des Coupes du Monde, Coupes d'Europe, et autres compétitions mondiales, Cédric Fleureton n'est pas vraiment du genre à se poser 5'...

Beau défi pour moi donc, que de parvenir à le retenir le temps d'une après-midi pour lui poser les questions qui me turlupinent! C'est donc avec gentillesse et sincérité que ma victime du jour, interviewé dans Stade 2 dimanche dernier à propos de l'AFT, a accepté de me répondre entre deux de ses trois entraînements quotidiens, rien que ça...

Voici donc le portrait d'un garçon passionné, et atypique..

Portrait express:

Né le 7 novembre 1973 à Lyon 

Situation : Marié avec Séverine, 2 enfants Yanis et Thibo 

Employé à la SNCF 

Mensurations: 170 cm, 58kg

Blog: http://cedric-fleureton.onlinetri.com/

Club : EC Sartrouville pour le triathlon, Lyon Natation pour la natation, AS Rispoli pour l'athlétisme

Membre actif  et cofondateur de l'AFT (Athletes for Transparency), programme de recherche sur la lutte contre le dopage.

www.athletesfortransparency.com


Palmarès international (et encore, ce n'est qu'un extrait !):

2006

Vice champion d'Europe
2ème du France Iron Tour
Vainqueur XTerra France
5ème World Cup Cancun

2005   

7ème championnats du Monde
Vice champion d'Europe
Vice champion de France
4ème ITU World Cup de Pekin


2004   

Vainqueur ITU World Cup Cancun
Vainqueur du France Iron Tour

Cédric, peux-tu nous raconter comment tu es venu au triathlon ?

Ouah la question qui déchire tout ! Alors... Comment je suis venu au triathlon? Je peux déjà te dire que j'y suis venu relativement tard, aux environs des 20, 21 ans. A l'époque, j'étais à la fac de Biologie à Lyon (la Doua).C'est alors que je me suis lié d'amitié avec un gars qui faisait du triathlon. Il qui m'a fait découvrir cette activité que je ne connaissais pas du tout. J'ai fait mes premières armes en « loisir », pendant pas mal d'années d'ailleurs.

Puis, crescendo, les résultats sont arrivés. Je me suis mis à gagner quelques courses, et, au fur et à mesure, je me suis aperçu que j'avais un réel potentiel pour cette discipline.

Si je comprends bien, tu as mis un moment avant d'envisager de faire de la compétition et du haut niveau?

C'est clair ! Moi, vraiment au début, j'ai fait du triathlon comme ça, par hasard, juste pour essayer. Pour tout dire, avant ça, j'avais touché à pas mal de sports. J'ai fait plein de trucs différents sans vraiment m'y investir pleinement. Du coup, quand j'ai commencé le triathlon c'était pareil. J'avais envie de découvrir autre chose, en aucun cas je n'avais pas la prétention de dire qu'un jour, j'irai en Equipe de France ou quelque chose comme ça...

Du coup, comment t'es venue l'idée de t'inscrire à ta première compétition ?

Ma première compétition ? C'était une compétition universitaire. Ce sont mes potes qui m'ont poussé à venir avec eux. Sans ça, je n'aurais jamais eu l'idée ! Du coup, j'y suis allé, et j'ai terminé dans les 5 ou 6 premiers. Mon résultat me permettait de participer aux Championnats de France Universitaires, mais je n'y suis même pas allé !

Ensuite, je suis monté en puissance, aussi bien dans les résultats que dans l'investissement.  Si tu veux, au début je m'entraînais 3 fois par semaine. L'année suivante, j'étais plutôt à 6 fois, et aujourd'hui et bien, je m'entraîne 3 fois par jour!


Si tu devais résumer ce qui te plait dans ton sport ?

Hummm, grande question à laquelle je répondrai TOUT ! Souvent, les gens vont dissocier Vélo, Natation, Course à pied et te dire qu'ils préfèrent plutôt tel ou tel truc. Moi, je prends vraiment le triathlon dans sa globalité car c'est une discipline à part entière. Non vraiment, j'aime tout, en particulier les transitions : quand tu passes de la natation au vélo, du vélo à la course à pied...

OK, tu aimes tout, mais est-ce qu'il y a une discipline dans laquelle tu as certaines lacunes ou d'autres que tu maîtrises mieux ?

Disons que je me suis mis à nager relativement tard. J'ai dû beaucoup bosser pour rattraper le temps perdu et aujourd'hui encore, je suis obligé de nager un maximum pour rester au top. Mais, comme j'aime l'eau, je ne considère pas la natation comme une contrainte !


A priori tu es vraiment tombé sur LE sport qui te convient !

Exactement! Comme je le dis souvent, de mon point de vue le triathlon est une mine d'or pour celui qui aime s'entraîner et qui cherche à se connaître vraiment. C'est mon cas ! Finalement, à bien y réfléchir, ce que j'aime le plus dans ce sport, c'est l'entraînement avant la compétition.

Quand tu enchaînes 3 disciplines comme ça, ça te permets de vraiment bien te connaître aussi bien physiologiquement que mentalement sur le bout des doigts, c'est ça que je trouve vraiment sympa ! Et puis quand tu es en accord avec toi-même, avec tes propres sensations, c'est extra. (C'est beau ce que je viens de dire non ?)

Magnifique Cédric!

3 entraînements par jour... Peux-tu nous en dire un peu plus ? Tu pratiques les 3 disciplines à chaque fois ?

Te dire que je vais faire « Vélo, natation, course à pied » tous les jours, non... pas tout le temps. Par contre, j'essaie systématiquement de nager 6 jours par semaine (tous les jours sauf le dimanche, Jour du Bon Dieu oblige!).

Tu vois par exemple aujourd'hui, je suis allé rouler ce matin pendant 1h30, ce midi j'ai nagé 1h et ce soir je vais courir 1h. Bon, aujourd'hui c'est ça, mais demain ça peut être courir / nager /  recourir. En gros, je fais 3h30 de sport par jour quoi!.


C'est assez énorme !

Oui, c'est vrai mais bon, Je vois bien comment ça se passe chez les rameurs par exemple. (Car Cédric a AUSSI fait de l'aviron dans son jeune temps ! quel touche à tout ce garçon !). Le rameur, il s'entraîne 2 fois par jour, mais il va aller plus dans le dur. Un triathlète, lui, il va passer 2h sur son vélo, mais il va plus gérer son effort. On fait plus d'heures d'entraînement, mais avec une intensité moins élevée.

Avec tout ça, est-ce que tu es soumis aux blessures régulièrement ?

Oui c'est clair que les triathlètes sont sujets aux multiples blessures, notamment en course a pied car c'est assez traumatisant. De mon côté, je dois bien l'avouer, ça fait environ 2 ans que je suis régulièrement blessé, tous les 6 mois, ça revient en boucle. (NB : au moment de l'interview Cédric était blessé à la cheville, une douleur inexpliquée qui l'a contraint a arrêté l'entraînement quelques temps). Je dirais que c'est un peu le lot de tout sportif de haut niveau. On est toujours sur la brèche, sur le fil du rasoir. On est forcément fragile entre les risques liés au surentraînement, ceux dus aux chutes!.

Et les blessures typiques du triathlète, c'est quoi ?

Ce sont surtout des tendinites, des inflammations. Des blessures dues à l'usure de l'organisme.

Tu te dis autodidacte, tu n'as jamais eu d'entraîneur attitré ?

Non jamais, mis à part il y a quelques années : quelqu'un me suivait en course à pied sur les séances qualités, mais aujourd'hui je m'auto-gère. On peut dire que je me suis construit tout seul de A à Z.

C'est volontaire de ta part ?

Non non, le fait est que j'ai commencé le triathlon assez tard, et le haut niveau encore plus... Du coup, je n'ai pas vraiment suivi le « cursus classique » de sélection où on repère les jeunes espoirs, on les prend en charge, etc...

J'ai toujours été un électron libre de la fédération et je le suis resté. Alors à 25/26 ans, quand tu te construis seul, tu n'as plus besoin de personne. Je ne suis pas contre un suivi occasionnel. La preuve c'est qu'avec des potes, de temps en temps, on essaie de se filmer sous l'eau, sur la berge... J'aime bien ça, c'est tout ce qu'il me faut.

Et tu ne penses pas qu'un entraîneur pourrait t'apporter un regard critique, un point de vue extérieur intéressant ?

Je n'éprouve vraiment pas le besoin d'avoir quelqu'un derrière moi pour me booster, me botter les fesses pour aller m'entraîner. J'ai pas mal de connaissances en matière d'entraînement, je lis, j'observe beaucoup les autres... Bref je me tiens très informé de ce qui se fait dans le domaine de la préparation.

Je dirais que le plus dur dans le triathlon, c'est de maîtriser la charge d'entraînement. Pour ça, il faut vraiment avoir de la maturité et une très bonne connaissance de soi, de ses propres ressentis. Il faut savoir placer la bonne séance au bon moment, et ça... rien de mieux que l'athlète pour le percevoir. Pour moi, c'est la clef de la réussite dans ce sport.

Après pour certains détails techniques, je ne suis pas contre le fait de faire appel à un cadre technique. Ca a été le cas par exemple, lors du dernier stage en altitude à Font Romeu où on a analysé mon geste en natation pendant une semaine.

Par contre, avoir un entraîneur pour faire de la planification, pour te « dicter des recettes », ça ne m'intéresse pas du tout.


A ce propos, tu as un avis critique sur l'aviron où tout est planifié au niveau national et où les athlètes suivent un programme pré-établi (une recette) ?

 
Je pense que c'est totalement différent. A l'aviron, tu es en équipe. En ramant à plusieurs, tu es forcément obligé d'être plus ou moins dans le même moule.

Dans le triathlon, au contraire, si tu commences à faire ce que font les autres, là tu vas droit dans le mur ! C'est LE sport individuel par excellence. On n'a pas tous les mêmes caractéristiques physiologiques.

Regardes, même en aviron, quand tu as 4 gars qui ont le même gabarit, globalement les mêmes caractéristiques physiques, qui font le même entraînement, c'est déjà difficile d'obtenir des pics de forme au même moment. Alors imagines au triathlon ! Tu as 3 disciplines, des entraînements hyper variés etc.. tu mélanges tout ça... tu vois la complexité de l'entraînement. C'est là qu'il faut être judicieux, avoir une préparation optimale... Moi je suis à fond pour l'expérimentation, je teste, j'essaie plein de combinaisons, j'adore ça !

Et les autres triathlètes?

Il y en a qui ont des entraîneurs, Fred (Belaubre) par exemple. Pour ma part, je pense que quand tu commences à être autonome, à sentir avec précision quelles charges d'entraînement te conviennent, là tu deviens bon. Moi je fonctionne beaucoup au feeling. Ca peut paraître étonnant pour un athlète de haut niveau comme moi, mais par exemple, je ne tiens pas de cahier d'entraînement. Si tu me demandes ce que je fais dans 2 jours ou demain.... Ben je ne sais pas encore... J'adapte vraiment au moment des entraînements en fonction de avec qui je suis, comment je me sens.

Parmi tous les résultats que tu as obtenus, quel est ton meilleur souvenir ?

En premier lieu, je dirais ma 2è place à Autun, aux championnats d'Europe, l'an dernier. Monter sur la 2è marche du podium en France, c'était vraiment classe ! Il y a aussi Athènes en 2003, c'était le « Test Event » avant les JO et j'avais terminé 2è au sprint (Cf photo). Et puis, je dirais également ma victoire en Coupe du Monde à Cancun en 2004.


Aujourd'hui quel est ton objectif ?

Les JO de Pékin en 2008.  Pour l'instant, on est 9 garçons en préparation olympique, seuls 3 français auront la chance d'y participer, alors j'aimerais bien faire partie du tiercé gagnant! Il va progressivement y avoir un « écrémage » des prétendants, jusqu'aux 3 courses de sélection qui auront lieu en 2008 où là, on ne devrait être que 4 ou 5.

L'ambiance est bonne entre vous malgré cette échéance ?

Oui, il y a un bon esprit. On ne se voit pas souvent, mais comme on fait un sport assez confidentiel, on se connaît tous très bien. Certes, nous sommes concurrents, mais chacun fait avec ses possibilités et l'adversité dans le sport n'empêche pas l'amitié en dehors. C'est sûr qu'on ne va pas faire de cadeaux pour représenter la France aux prochains JO !


Parles nous un peu des courses : comment tu gères les moments qui précèdent le départ ?

Tout mon esprit est dans la course. Est-ce que j'ai bien mis mes baskets, comment je vais me placer sur le ponton, comment je vais gérer les transitions ?

Les transitions... Parlons en, car c'est quelque chose que je découvre dans les raids ! Quelles sont les choses que tu travailles?

Il faut faire le plus vite possible, donc d'abord tu étudies avec précision où se trouve ton vélo au milieu des centaines d'autres. Il faut aussi anticiper l'endroit d'où tu vas arriver au parc à vélo, donc tu essaies d'étudier la meilleure place possible pour ton casque, tes chaussures afin de les enfiler le plus vite possible (à droite, à gauche, devant...). Tu regardes également quelle direction tu vas prendre pour sortir le plus vite possible, tu reconnais le parcours avant. (Les bouées, le parcours vélo, là où tu as le droit de monter, de descendre, etc.). Tout ça mis bout à bout, va te faire gagner de précieuses secondes.


Avec du recul, qu'est-ce que tu penses avoir développé grâce au triathlon ?

J'aime relever des challenges, donc même si je ne faisais pas du triathlon, j'aurais ça en moi.

Mais avec le triathlon, je me suis pris pas mal de gadins, il faut savoir se relever, aller de l'avant malgré les déceptions (comme les JO d'Athènes par exemple). Au début, ça te touche beaucoup, et puis après tu anticipes, tu relativises et tu deviens plus dur au mal « psychologique ».


Une question qui me tient à coeur : quel est ton point de vue sur l'activité « raid » ?

J'adore, je trouve ça génial ! Faire un sport en équipe, sur plusieurs jours, ça doit être l'éclate ! Après le triathlon, ce serait bien le genre de chose que j'aimerais faire! En plus j'adore tout ce qui est « outroad » et rustique : VTT, trail, ne pas dormir pendant 2 jours, etc... ça me dirait vraiment! J'ai fait un peu de course d'orientation à l'armée, ça me plaisait bien. Bon... j'ai un peu le vertige, je suis relativement trouillard, mais en course, je pense que tout peut passer pour peu que tu aies le goût du challenge!

Ah? Biiiien ! Quand tu arrêtes le triathlon, tu es prié de me le faire savoir que je t'embauche dans mon équipe !

Et l'aviron ?

Il y a un truc qui me saoulait quand j'ai ramé dans ma jeunesse : c'est que mes coéquipiers de l'époque n'étaient pas du tout sur la même longueur d'onde, ils n'étaient pas là dans l'optique de « faire un bon entraînement, transpirer, etc. » mais plutôt ... glander. Moi ça ne me convenait pas.

Et maintenant quand je vois des gars comme le 4 sans barreur poids légers qui font tout ensemble, qui s'entendent trop bien et qui ont atteint le top niveau mondial...ça me donne envie ! Un effort commun, c'est sensationnel! Ce côté camaraderie, le fait d'être tous fixés sur le même objectif, ça crée des liens uniques. Partager une victoire à 4 c'est encore plus fort que tout seul.

Une chose que j'ai constatée, c'est qu'entre triathlètes et rameurs, il y a vraiment un respect mutuel. Il y a un joli parallèle à faire entre nous car c'est un peu la même famille de sports. Des sports confidentiels, durs, des gens qui ont le goût de l'effort.


Mon cher Cédric, on ne se lasserait pas de t'écouter! Pourtant nous voilà déjà à l'issue de notre interview. Avant de te rendre la liberté, voici les quelques dernières questions habituelles :

Est-ce qu'il y a des gens que tu admires particulièrement ?

Ce serait un mélange entre Noah, Diagana et Candeloro, Teriitehau,.

Un petit plat préféré ?

J'ai envie de te dire des pâtes ! Des bonnes pâtes all dente à l'huile d'olive avec de la levure de bière et un bon comté dessus. (Ouahhhh comme moi dis donc !)

En plus, j'ai une machine pour faire des pâtes!

Y'a plus fun comme plat mais bon, c'est vrai que c'est pas mal un bon plat de pâtes avec de la levure...

Ton moment préféré de la journée ?

Le soir, quand les petits sont couchés, et que je me mets sous la couette !

Le dicton du jour par MONSIEUR Fleureton :

"No pain no gain"

"Train hard and win easy !"

Avec tout ça, les gens vont vraiment de prendre pour un singlé fondu d'entraînement ! Mais on t'aime comme ça...

Merci pour tout Cédric, je te souhaite toutes les réussites possibles pour la suite du programme et sois sûr que je te suivrai avec intérêt (à travers ton blog notamment), car après les Jeux n'oublies pas que je t'embauche pour faire des raids !


 

Partager cet article
Repost0
30 avril 2007 1 30 /04 /avril /2007 11:59

C'est au terme de 5h19 d'efforts (sans communes mesures en ce qui me concerne) que Lo et moi montons sur la deuxième marche d'un podium mixte composé de raideurs de hauts rangs...

Une 7è place au scratch et la satisfaction de se placer devant des équipes comme "les Arcs Quechua, Raiders 74, etc..."

En voici le résumé:

Après un départ en trombe, nous donnons le tempo en arrivant en tête à la 1ère section kayak. 

Une première place qui ne durera pas car nos poursuivants, Sandrine et Sylvain, font une vraie démonstration de l'art du maniement de la pagaie et creusent ainsi l'écart dès le début. Nous ne les reverrons d'ailleurs plus par la suite.

6,5km sur le lac du Bourget, d'huile pour l'occasion. Mes épaules brûlent déjà mais, comme je dis toujours.... "La douleur n'est qu'une information"!

Débarquement à Aix les Bains pour enchaîner sur la section course d'orientation. Environ 15km et D+ 500m à travers la forêt. Lo tient la forme des grands jours.... Il faut que je m'accroche pour rester dans la course. 1 balise puis 2 puis 3... Mon coeur bat fort... Une montée à la grotte aux fées, une descente où je trépigne un peu derrière un coureur peu assuré, puis ... une remontée... Aie, j'ai des frissons, mon coeur s'emballe... Allez, je ne lâcherai rien! Un gel et ça devrait repartir....

Ca tient....

Retour à la plage d'Aix les Bains, nous sommes 5è au scratch, nos rivaux Sandrine et Sylvain sont déjà loin là-bas, je les apercois... Pas de répis, c'est reparti pour 4km de kayak à fond les ballons...

Débarquement à la plage du Bourget, nous avons 10mn de retard sur nos poursuivants, il faut vite rejoindre la section VTT en courant, à 1,5km d'ici.

Hop! On enfile casque, chaussures, sac et c'est parti pour 30km de VTT orientation à travers le massif de l'Epine. La 14è balise m'est fatale... La montée est vraiment raide et me semble interminable, Lo me tracte mais mon souffle ne suit plus, je dois être à plus de 190 de pulsations. Je pose pied à terre, il pousse les 2 engins... Après quelques minutes, je parviens à reprendre le dessus, je me retourne et que vois-je? "Ooh malheur" une mixte à nos trousses! Impossible de les laisser nous passer!!

Rappel: "la douleur n'est qu'une information, la douleur n'est qu'une information...."

Nous voici en haut: la fille n'est plus à portée de vue et la satanée balise 14 est là! Ouf... Pointage puis descente technique où je tombe puis fini à pied. Plus que 3 balises à fond de cale, un dernier effort et nous voilà à Technolac... Fin du parcours!

A l'arrivée Sandrine et Sylvain sont là depuis.... 50 mn!!!! Impressionnants ces deux là!

Une bien belle deuxième place pour Lo et moi en tous cas!

Bilan, mes pensées d'aujourd'hui: 

1. J'ai mal aux jambes mais je pensais que ce serait pire, (je peux même descendre un escalier!)

2. Ca peut paraitre bizarre comme réflexion mais... "Ok, ca fait mal mais qu'est-ce que c'est bon!"

3. Lo, t'es vraiment infatiguable comme garçon.

4. Sandrine.... Mais comment fais-tu????

5. Beau papa et belle maman: Merci d'être venus m'encourager... Ca change de l'aviron non?

6. Bravo Erwanito, le roi du bike sans roulettes!

7. Sympa d'avoir fait ta connaissance Sylvain. Promis, si un jour tu me doubles en AX, je te laisse passer...

8. Alex: cette fois, c'est à mon tour d'avoir perdu un poumon!

Partager cet article
Repost0
27 avril 2007 5 27 /04 /avril /2007 15:59

Deux évènements me frappent dans l'actu aujourd'hui et j'ai décidé de vous les faire partager. 

Indubitablement, le sport, les JO sont la vitrine idéale pour faire valoir ses idées politiques.... Mais que doit-on en penser?

Jeux Olympiques: Pékin 2008: Royal pour le boycott

Invitée mercredi soir sur France 2 dans le cadre de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle, la candidate socialiste, Ségolène Royal, a évoqué la possibilité d'un boycottage des prochains Jeux Olympiques de Pékin en 2008 afin de faire pression sur la Chine dans le dossier du drame du Darfour, au Soudan.

"A vous de juger, on sait que la Chine est un acteur important dans cette partie du monde... Il y a l'échéance des JO. Il faut lever la menace des Jeux olympiques... Il faut que tous les moyens soient utilisés pour que cela bouge."

Taïwan refuse de participer au relais de la flamme

 

 

 

 

 

 

 

 

Les organisateurs des Jeux olympiques de Pékin 2008 ont présenté hier un projet grandiose pour le parcours de la flamme olympique mais se sont tout de suite retrouvés pris au piège d'une controverse sur le passage de la torche sur le sol de leur rival politique Taïwan.

Quelques heures après la présentation de ce qui doit être le plus long relais de l'histoire olympique -- un parcours de 137 000 kilomètres et de 130 jours à travers cinq continents et une escale au mont Everest -- Taïwan a refusé d'en faire partie.

«Ce parcours est un parcours national qui constitue une tentative de dévaloriser notre souveraineté», a déclaré Tsai Chen-wei, le président du Comité olympique taïwanais. «C'est quelque chose que le gouvernement et le peuple ne peuvent pas accepter.»


Parmi les étapes chinoises, figure un autre lieu sensible, le Tibet et le mont Everest.

Des responsables du Parti démocratique et progressiste (DPP), au pouvoir à Taïwan, avaient déclaré ces derniers jours qu'un parcours reliant Taïwan à Hong Kong ne serait pas acceptable car il nourrirait le désir de la Chine de faire apparaître que l'île était rattachée au continent.

Pékin, de son côté, espère que le relais de la flamme servira ses revendications à la fois sur Taïwan et le Tibet. Son thème sera «Un voyage en harmonie», et son slogan, «Allumer la passion».

Une question se pose à moi:

Que fait-on des athlètes dans tout cela? Ceux qui sont au devant de la scène, ceux qui sacrifient tant pour accéder au titre suprême?

A ce sujet, je vous invite à lire cette colonne du Figaro en faveur du boycott des Jeux Olympiques: "Les 5 bonnes raisons de boycotter les JO de Pékin en 2008". A méditer!


Partager cet article
Repost0
27 avril 2007 5 27 /04 /avril /2007 13:15

Jean Claude Killy a dit un jour: "Pour gagner, il faut risquer de perdre".

Alors voilà.... Je prends le risque! Me voilà inscrite au Grand Raid 73...

Pourquoi vouloir participer à un "ultratrail"?

Il est clair qu'en s'attaquant à une telle distance: 73km, et un tel D+: 5000m (soit 200m de plus que le Mont Blanc) , je vais souffrir, connaître des passages difficiles, des moments pénibles.

L'idée dans tout ça, c'est que j'en sorte avec quelque chose de "plus", comme une petite valeur ajoutée à ma personnalité. 

  • Aller chercher la fatigue pour la surmonter,
  • Provoquer la douleur pour la combattre,
  • Atteindre ses limites, là où le doute s'installe pour être capable de le déjouer.

Quel qu'en soit l'aboutissement, je vais en découvrir un peu plus sur moi. Jusqu'où peut aller ma volonté? Quels sont mes faiblesses physiques, techniques et mentales? Quelles sont mes forces?

Autant de choses que le sport poussé à son extrême permet d'aller "gratter"....

Alors ben..... Vivement!

Partager cet article
Repost0
26 avril 2007 4 26 /04 /avril /2007 10:38

Des centaines de km parcourus, les joies des glissades dans la boue, dans la neige, les rencontres fortuites avec les ornières, les pierres, les trous, quelquefois le goudron....

Des instants de plénitude totale comme un coucher du soleil au refuge de la Grande Montagne, ou une montée au Bec Rouge par exemple..

 Que de souvenirs impérissables des moments vécus ensemble depuis cette fameuse Saintélyon!

C'est pourquoi aujourd'hui, j'ai décidé de dévoiler au grand jour, celles qui m'accompagnent inlassablement dans mes aventures depuis ma "reconversion" en tant que coureuse... 

Mes " Vasque AMP Women"

Un confort à toute épreuve, une stabilité précieuse dans certaines situations, une accroche sur quasi tous types de terrains et une forme sympa...

Seul petit hic (il en faut bien un): les lacets qui ne peuvent pas être intégrés dans la languette...

Bref, je suis bien dedans et ça, c'est essentiel!

Partager cet article
Repost0
24 avril 2007 2 24 /04 /avril /2007 16:36

Voilà 2 week-ends que mes petites jambes n'ont pas vécu le grand frisson de la compétition! Il est temps d'y remédier... Ainsi, c'est avec Laurent que je m'apprête à vivre une nouvelle fois ces instants mêlés de souffrance dans l'effort et de plaisir dans le dépassement de soi, le partage et l'harmonie avec son environnement

6 km de canoë + 15 km de course d'orientation + 5 km de canoé + 30 km de VTT. Le tout en compagnie de bien belles équipes concurrentes, car cette fois je ne pense pas que Sandrine aura mangé des pâtes au pistou... cf articles précédents!

Et puis... je n'ai plus l'excuse de découvrir mon vélo en même temps que le parcours, puisque le raid de Vallon Pont d'Arc m'a fait entrer de PLEIN pied dans l'activité...

Il ne me reste donc plus qu'une seule chose à faire... suivre mon fougueux coéquipier et donner tout ce que j'ai!

Partager cet article
Repost0