Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 17:56

Aujourd'hui, j'ai la chance et l'honneur de vous livrer une interview toute fraîche de Nathalie MAUCLAIR, récente vainqueur de la Diagonale des Fous à la Réunion mais aussi Championne du Monde de trail en 2013, vainqueur de la TDS et membre du team LAFUMA... Rien que ça ! Nathalie c'est à la fois le regard déterminé, la foulée résolue d'une compétitrice et le sourire d'une personne humble et accessible...Bref une grande championne qui gagne a être connue et reconnue!

mars-13-4495.jpg

Salut Nathalie,
Tout d’abord merci de te prêter au jeu des questions après ta magnifique victoire au Grand Raid de la Réunion et aux Championnats du Monde (sans compter la TDS et toutes les autres courses qui ne te résistent pas ! pfiou !!). C’est toujours un plaisir d’en savoir un peu plus sur une athlète comme toi, qui cumule les succès !
Ma première question, c’est : Après ton retour du Grand Raid, quel est ton ressenti ? Est-ce que tu es déjà prête à repartir pour de nouvelles aventures ?

Suite à ma saison 2013, j’ai le sentiment d’avoir réalisé quelque chose d’impensable. J’avais positionné toutes ces courses à mon calendrier mais je ne pensais pas être performante sur chacune d’elles. Alors à ce jour, plus d’un mois après le Grand Raid, je suis encore la tête dans les nuages réunionnais avec l’envie d’y retourner l’année prochaine. ..
La Saintélyon ? oui ? non ?
Pour ce qui est de la fin de l’année, je ne prendrai pas le départ de la Saintélyon, je n’ai pas eu l’énergie et le temps nécessaire pour me remettre dans une nouvelle prépa.
Quelles sont les plus belles images que tu gardes après cette saison de folie ?
Mes plus belles images sont celle de l’arrivée des mondiaux, ce dernier km qui me conduisait vers la victoire et le titre est inscrit en moi. Et quand l’organisateur me tend un drapeau Bleu-Blanc-Rouge, je me dis « ça y est … c’est gagné ! ».  Il y a aussi le Départ du Grand Raid sur cette route du Front de mer maculée de supporters qui nous encourage et alors je n’ai qu’à courir… portée par tous ces encouragements et puis tous ces supporters tout au long de la course qui sont là pour nous, pour nous voir passer, nous encourager et partager cet instant furtif avec nous. Il y a aussi les paysages tant dans les Alpes avec la TDS qu’à la Réunion…
Que de bons souvenirs…. Et les plus mauvais alors ?
J’ai beau chercher en 2013 je n’en ai pas eu…
2013, à inscrire dans les archives donc ! Nathalie, en quelques années, tu as su te placer parmi les meilleures. Comment expliques-tu ce succès fulgurant ?
Je crois que cette ascension rapide vers de belles performances est liée à un équilibre de vie. J’ai la change d’avoir une petite famille sans problèmes particuliers (Hannibal 10 ans et Miléva 6 ans). Mon  mari me soutient et partage mes projets. J’arrive à m’imposer une hygiène de vie très rigoureuse et je suis là encore soutenue, ça veux dire très peu de soirées tardives entre amis dans l’année (pas plus de 5) et des WE essentiellement consacrés au sport avec des entraînements bi quotidiens.

mars-13-3040.jpg

Mon travail qui est, à certains moments, une contrainte est aussi une ressource puisque que ça me permet d’évoluer dans un autre milieu et de rester en contact avec la vraie vie. Même si mon souhait serait de pouvoir diminuer un peu mon temps de travail pour pouvoir ainsi mieux me préparer et mieux récupérer après chaque événement.
Parlons entraînement justement… Une question me turlupine. Tu habites au Mans. Alors comment une fille de la Sarthe arrive à se préparer pour des courses d’ultra en montagne où il faut savoir appréhender et surtout encaisser le dénivelé ? (TDS, Diagonale etc) Peux-tu nous en dire un peu plus sur ta préparation et ton entraînement quotidien durant l’année ?
J’habite bien à 10 km du Mans, dans la campagne, ce qui me permet en partant de chez moi de pouvoir partir à pied, en VTT ou sur la route. Je m’entraine 6 jours sur 7 et je fais entre 8 à 10 sorties par semaine avec 1/3 de vélo (que je fais avec mon mari) et 2/3 de course à pied. Je n’ai pas d’entraineur qui suive mes entraînements. J’aime cette liberté et pouvoir organiser mes séances en fonction de mon boulot et de ma vie perso.  Depuis 4 ans, j’ai repéré ce qui marchait bien et ce qu’il ne fallait pas faire, comme tous les coureurs, je prends des notes dans un cahier. Il y a aussi Dominique Chauvelier avec qui j’ai de très bons contacts et que j’appelle en période de doutes (souvent un peu avant des gros objectifs) ou pendant la période hivernal, pour qu’il me fasse bosser la vitesse.

mars-13-2460.jpg

Alors à la question comment je fais pour réussir en montagne, je pense que c’est la part d’entraînement en vélo qui me permet de compenser le manque de dénivelé.  Aussi, la montagne… j’aime ça, alors c’est comme un manque en Sarthe et quand j’arrive dans vos montagnes, je me surpasse et me fais plaisir ! Pour le travail des descentes, je fais du fractionné de descente et je fais un travail de visualisation. Enfin, il y a ma pratique du raid multisports avec le team raid Lafuma, c’est un sport d’équipe et cela me permet de m’enrichir de l’expérience de mes coéquipiers.
Question qui me tient à cœur, j’ai 33 ans, tu en as 10 de plus et tu gardes une pêche d’enfer. Quel est ton secret pour rester en forme et surtout sans blessure car beaucoup de filles plus jeunes sont déjà bien cassées !
Même si je suis une p’tite vielle (expression que j’utilise souvent), je suis encore toute jeune dans le milieu de la course à pied et du sport en général. Ce ne sont pas les quelques années de VTT vers la trentaine qui m’ont beaucoup fatigué. Alors mon corps et mon cerveau ont encore l’énergie et l’envie de se surpasser !!!
En 2010, à la fin de ma première saison, j’étais toute cassée de partout et j’ai surtout eu une tendinite du moyen fessier qui a duré 6 mois c’est pour ça que je n’ai fait que Les Templiers en 2011. Dominique m’avais dit « tu en fais trop… » il avait raison !!!
Alors, grâce à cet ennui, j’ai appris et j’ai mis en place un réseau de professionnels (kiné, ostéo, médecin rééducateur) que je contacte quand je commence à avoir des gènes (avant que ça ne devienne une blessure). Mais j’ai remarqué que j’allais de moins en moins souvent les voir, car je connais mieux mon corps et je sais faire la différence dans mes ressentis. Les étirements et le renforcement musculaire ont été d’après moi,  deux éléments importants qui m’ont sorti de cette blessure et je les pratique régulièrement encore.
En tant que femme, aurais-tu un message à faire passer aux autres traileuses, débutantes ou confirmées ?
Le trail, la course à pied en général ou toute autre activité de loisir, nous permet de nous épanouir, de sortir de chez soi, de faire des rencontres…, c’est tout ça qui est intéressant. Bien sûr,  je milite un peu plus pour le trail ou le multisports, mais l’important c’est de pratiquer une activité où l’on se fait plaisir et où on prend du plaisir. Peu importe la performance. Après, il y a les compétitrices (comme moi) et celles qui sont là pour finir, et c’est très bien comme ça ! L’important c’est de faire ce qui nous plait… la vie est remplie de contraintes alors utilisons le sport pour les oublier !!!
Il ne faut pas croire que c’est une contrainte. Il faudrait que chaque femme puisse s’autoriser à avoir un moment pour elle-même sans culpabiliser de laisser un peu sa famille. Il faut juste conserver des moments partage et rester un peu disponible.

mars-13-4613.jpg
Merci pour ce petit message d’espoir pour toutes les femmes qui nous lisent ! Après tous ces succès, tu n’as plus rien à prouver alors qu’est-ce qui te fait encore courir ? Quelles sont les raisons profondes qui te font aller encore et toujours plus loin ?
Effectivement, je n’ai plus grand-chose à me prouver sauf que je veux maintenant confirmer et j’espère durer encore un peu. Au fond de moi, je suis toujours à la recherche de mes propres limites. Je les ai touchées du doigt l’année dernière lors du championnat du monde des raids multisports lors du Raid in France 2012 (500 km, 24000 m de D+ en trek, VTT, canoë, rafting soit 7 jours de course et 15 heures de sommeil). Du coup, je crois les chercher maintenant en course à pied… et tout simplement c’est une belle manière de découvrir le monde…
Quels sont tes prochains principaux objectifs (à court et long terme) ?
A court terme, je vais repartir sur quelques cross, le 20 km du cross Ouest France au Mans, puis ensuite je vais me lancer dans quelques épreuves du World Ultra Trail Tour : il y aura la Transgrancanaria début mars, le Grand Raid en octobre et il me reste à me décider pour le milieu de saison.
Un beau programme en perspective, en espérant que 2014 te sois aussi réjouissante et pleine de succès que l’année 2013. En tous cas, c’est tout ce que je te souhaite !
Et pour en savoir un peu plus sur qui tu es vraiment… quelques questions complémentaires :
Un dicton ? La fameuse phrase de la maman de Forest Gump «  la vie c’est comme une boîte de chocolat, on ne sait jamais sur quoi on va tomber »
Ton plat préféré ? C’est un dessert, le café gourmand
Tes passions en dehors du trail ? La lecture, mais malheureusement en ce moment je n’ai pas le temps de me plonger dans un bon livre de science fiction !
Ta bonne adresse ? Ma maison, j’y suis bien et j’aime bien cuisiner
Une remarque ? Tout ce qui m’arrive en ce moment est vraiment magique pour moi, je ne savais pas que la vie me réserverait une si belle surprise…
J’adore… merci  Nathalie pour ton enthousiasme, ta façon de voir les choses et de nous avoir fait partager tout ça ! Nous te souhaitons bon vent et bonne chance dans tous tes projets. Vive le trail et vive le sport !

Partager cet article

Repost 0
Published by Carotte pour tous - dans Des personnes d'exception:
commenter cet article

commentaires

BLOG-copie-1

Recherche

Sans titre 6

Pages