Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 10:01

Elle n’est pas du genre à se faire remarquer. Plutôt réservée, parfois timide même … d’une gentillesse et d’une générosité sans égal. Et pourtant, lorsqu’elle grimpe sur son petit bateau, Marion n’est plus la même : une compétitrice qui sait se faire sa place et montrer que c’est ELLE la Championne de France du moment… Sans aucune prétention, mais avec détermination.
Après des mois de galère, des blessures à répétition, des moments de doute et un forfait lors des derniers championnats de France en 2010, l’amie Marion Rialet vient de reconquérir son titre, celui de meilleure skiffeuse française avec plus de 9 secondes d’avance sur ses poursuivantes !

184615_1750146767260_1646591421_1698626_4672146_n.jpg
Crédit photo FFSA

L’aviron est un sport où l’on exprime peu la fierté et la satisfaction. La discrétion et l’humilité sont de mise. Mais c’est vrai qu’aujourd’hui, j’ai envie de dire « Marion je suis fière de toi ! ». Tu n’as pas baissé les bras et te voilà récompensée. Ce n’est certes qu’une étape dans la longue et difficile ascension vers le haut niveau international MAIS il faut savoir en profiter !
Alors la parole est à toi :

Ton age : 24 ans

Tes origines : Je suis née à Annemasse (74) et aujourd'hui je vis et m’entraine à Annecy et à Lyon !

Tes études : actuellement en 4ème année à l’Ecole Supérieure de Commerce de Grenoble en formation aménagée par correspondance.

17452_1281591533672_1646591421_714353_2110859_n.jpg

Palmarès :
Avril 2011 : Championne de France en skiff séniore femme
2010 : 3ème en double au championnat de France bateaux longs
2009 :
-Championne de France en skiff séniore femme,
-Championne de France en quatre de couple à la coupe de France,
 -Championne de France en quatre de couple au championnat de France bateaux longs,
-3ème en skiff aux Jeux Méditerranéens,
-3ème au Championnat du monde -23 ans en double,
-6ème au championnat d’Europe en 8+ séniores femmes.
2008 :
-4ème en skiff au championnat de France bateaux courts,
-2ème en quatre de couple au championnat de France bateaux longs,
-10ème au Championnat du monde -23 ans en double,
-9ème en skiff au Championnat du Monde Universitaire.
2007 :
-7ème  en skiff au championnat de France bateaux courts,
-9ème au championnat du monde -23 ans en double.

AVRIL-2011-2480.JPG
Crédit photo FFSA
Si je peux me permettre l’expression « tu reviens de loin » après un titre de championne de France en 2009 puis plusieurs mois sans pouvoir faire tes preuves au niveau national à cause d’un enchainement de blessures et de problèmes de santé. C’est un sacré défi que tu as relevé en reprenant ton titre cette année, et ce avec une avance considérable ! Peux-tu nous décrire cette période en quelques mots ?
Mon année 2010 est ma plus grande déception au niveau sportif. Dès le mois de décembre, j’ai commencé à être fatiguée et à récupérer de moins en moins bien. Ensuite, cela a été de la « survie » pendant quelques mois jusqu’au moment où je n’en pouvais plus. J’ai vu mon forfait au championnat de France comme un échec. « J’étais au fond du trou et j’ai creusé encore un peu ensuite». Cela s’est ajouté à une autre déception survenue plus tôt dans l’année. L’addition de tout cela, l’incompréhension de la part de certaines personnes pendant l’année m’ont conduit au « burnout ». 
Aujourd’hui tout est rentré dans l’ordre et cela n’aurait pas été possible sans le soutien de mon entourage. Ils ont tous répondu présent.

Justement à ce propos : comment as-tu fait pour rester motivée et repartir avec de nouveaux objectifs en tête ?
Il a été difficile de se remotiver au début. Mais en pensant à tout ce que j’ai ressenti  en franchissant la ligne d’arrivée en 3ème position aux Championnats du monde -23 ans, alors cela m’a aidé à re-déclencher le processus de motivation. Je me suis dit « Tu t’es entrainé pour arriver là et cela à fonctionné. Tu es donc capable de recommencer ! ». Mon objectif était simple cette année : je souhaitais être meilleure qu’en 2009. Bien évidemment, à ce jour je suis consciente qu’il y a encore beaucoup de travail pour être performante au niveau de l’élite international, mais je suis prête à relever le défi.

Et ce titre de Championne de France ? Racontes-nous un peu comment s’est passé ton week-end de championnats…
Mon wee-kend a été génial tant au niveau sportif qu’au niveau humain. Je logeais avec le club du CN Annecy, au camping à côté du bassin. Nous étions un groupe de 24 rameurs du club à participer au Championnat de France, sans oublier l’indispensable famille Laydevant, dont Fred mon entraineur de club. Un bon groupe de rigolos dans lequel, même si les fous-rires ne manquaient pas,  nous étions tous prêts à en découdre en course.
Ce championnat était le premier grand rendez-vous de l’année pour tous les rameurs de France. Chaque année, l’ambiance y est à la fois sympathique et très électrique à l’approche des courses. C’est cela qui est grisant, j’aime cette atmosphère !
Cette année le championnat se déroulait à Aiguebelette, à la maison. Nous avons eu un plan d’eau superbe pendant les 3 jours de course, accompagné d’un beau soleil. J’étais en forme donc toutes les conditions étaient réunies. J’avais à cœur de vraiment me faire plaisir, tout en participant à la bataille pour le titre.
Et c’est chose faite ! J’ai pris énormément de plaisir, sauf peut-être lors de la série qualificative du vendredi soir, qui a été difficile à gérer. C’était la deuxième course de la journée et je courais en toute fin de journée, à 19h, ce qui n’est jamais évident…
J’ai pris les courses unes par unes en essayant d’appliquer les consignes. A chaque fois, j’essayais d’améliorer les points ou j’avais pêché à la course précédente.

Et le dernier jour, comment as-tu abordé la finale ? 
Je suis toujours stressée avant une course. Mais c’était du « bon stress » comme on dit. J’avais envie de faire la meilleure course possible. Je devais faire une course pleine, de tout donner. Il est difficile de dire ce que j’avais en tête. Je crois que je savais ce que j’avais à faire et comment je devais le faire. J’étais prête. Malgré ce stress, j’étais très sereine. Stressée et sereine à la fois car je savais que j’avais travaillé et mis beaucoup de chose en œuvre  pour ce jour là.

Vu de la berge, tout semblait facile pourtoi, mais je suis tout de même curieuse de savoir comment s'est déroulée la course vu de l'intérieur ...
J’ai fait un bon départ. J’ai mis ma pointe tout de suite devant il me semble. Puis je me suis dit, que je n’étais pas assise si bien que cela sur ma coulisse. Alors après environ 10 coups d’aviron, j’ai sauté sur ma coulisse pour me rasseoir. Autant dire que je ne recommencerais pas cela, c’était pire ! Il fallait que je m’arrête à moitié pour bien me repositionner. A ce moment là, j’ai vu mes deux dernières années défilées dans ma tête. J’étais très énervée contre moi. Je me suis rassise correctement quand même. Ensuite, j’ai tourné la tête et toutes mes concurrentes étaient à côté de moi. Je ne suis pas affolée et je me suis dit « ce n’est pas grave, je vais repartir comme j’avais commencé ». Je me suis remise dans mon coup d’aviron et j’ai fait le travail pour commencer à creuser l’écart avec les autres. Je voulais me battre contre le chronomètre pour pouvoir comparer avec les temps des hommes. (Je ne peux que me faire chambrer ! C’est une erreur de débutante que j’ai commis. Mais j’assume !)
Après cette erreur, ma course s’est déroulée comme je voulais. J’ai fait ma course, en prenant un maximum de plaisir. Je n’ai pas réussi à faire un bel enlevage pour tout donner.
La finale, n’a donc pas été la meilleure course du weekend. Je n’ai pas respecté les objectifs que je m’étais fixé comme celui de faire un bon chrono et de réaliser une course où je donne tout…

Quand tu as passé la ligne, qu’est ce que tu t’es dit ?
Mais qu’est ce que c’est bon de passer la ligne d’arrivée en premier ! Je me suis dit « tu y es arrivée ! » Et ma première pensée est allée pour les personnes de mon entourage.

227754_1863316636436_1646591421_1859776_7753476_n.jpg

A quoi dois-tu cette force intérieure qui te caractérise, celle que tu as pour revenir en haut de l’affiche après plusieurs mois de galère et questions ?
C’est difficile de répondre à cette question. Je pense que ma force, c’est mon mental. Ma tête peut aller très loin, même parfois trop. Je suis très exigeante avec moi-même. C’est une force mais aussi un défaut car cela peut-être insupportable pour mes coéquipières par exemple. Parfois je voudrais baisser les bras mais ma tête reprend toujours le dessus et je repars. Et bien sûr, elle vient aussi de mon entourage. Ils sont tous présents dans les moments de doutes ou de questionnement.

Ton entourage justement... estimes-tu que tes proches ont une influence sur tes résultats  ?
 Il est certain que pour moi cela influence mes résultats. Mon entourage fait parti de mon équilibre et sans eux cela ne fonctionnerait pas.

Quels sont tes prochains objectifs en bleu ?
Prochainement je participe à la coupe du monde de Munich en skiff. Puis il y a le stage en juin avec des parcours chronométrés à la fin. Je suis contente, j’ai besoin d’expérience, besoin de faire des courses. Cela ne va pas être facile mais je pense avoir une bonne marge de progression et j’espère que l’on va me donner ma chance. A moi de prouver ma détermination et ma motivation en course comme à l’entrainement.

Et Londres, tu y penses ... parce que ca approche à vitesse grand V!
Londres, il est certain que j’y pense. Je ne sais pas s’il va être possible de qualifier un bateau cette année. Mais il faut se préparer quand même. Surtout que nous pouvons encore qualifier un bateau l’année prochaine.

Pour toi, être forte en aviron au niveau international, ça passe par quoi ?
Les filles, nous devons nous approcher de la façon de faire des garçons. Nous avons la chance d’avoir un groupe homme fort qui a des résultats, alors nous devons nous en servir. Il faut réaliser une grande qualité d’entrainement et une certaine quantité. Nous avons une grosse marche à franchir mais il faut pour cela aussi que l’on croit en nous.

Merci ma petite Marion pour toutes ces réponses! On en a presque fini avec toi, restent quelques petites questions diverses et variées, histoire de prolonger le plaisir...

Si tu avais dû faire un autre sport, qu’est ce que tu aurais choisi ?
Sans hésiter j’aurais fait du ski de fond ou du biathlon. J’aime la montagne, la glisse sur la neige, la nature, les grands espaces, l’effort physique. Et le ski de fond offre tout cela.
Quelles sont tes autres passions dans la vie?
J’aime passer du temps avec mes amis… J’aime la montagne…, et aussi marcher, courir, nager, pédaler, faire la sieste, écouter de la musique, voir un bon film. Aussi j’adore les coquelicots, la Photo, les fringues!
Ce que tu détestes le plus?
La malhonnêteté.
Tes références en aviron et ailleurs :
-Mes références en aviron, Steve Redgrave et Julia Michalska, Vincent Vittoz en ski de fond et  Laure Manaudou en natation.
-En musique, Red Hot Chili Peppers, Jack Johnson, Morcheeba, Dire Straits, U2, Cocoon, Sum 41 et David Guetta…
-Les destinations qui m’attirent: la Norvège et la Nouvelle-Zélande, le Chili, le Pérou, et l’argentine.
-Mon plat favori : crozets au reblochon avec une bonne bouteille. Une gourmandise : le chocolat.
-Un film (un bon film de fille): « Entre deux rives »
Ton meilleur souvenir :
En aviron, ma 3ème en double au championnat du monde -23 ans. Et sinon, j’ai énormément de meilleurs souvenirs avec mon entourage!
Ta bonne adresse :
Le glacier des Alpes à Annecy
L’expression du jour par Marion Rialet :
Profitons de la vie chaque instant !
Et ta conclu !
Je te remercie Caro pour l’interview. J’aime aller faire un  tour sur ton blog. Ta façon, d’écrire est très agréable à lire, on s’y croirait presque.  Tes récits et tes photos à l’appui nous font nous évader quelques instants de notre ordinateur. Bref la lecture de ton blog est un moment très sympathique !

Merci chère amie. Aujourd'hui l'évasion, c'est toi qui nous l'a fait vivre!! Je te souhaite bon vent et une carrière longue et riche dans l'aviron et ailleurs !!!


 
 




          






Partager cet article

Repost 0
Published by Carotte pour tous - dans Des personnes d'exception:
commenter cet article

commentaires

alison 03/05/2011 21:53



Très sympathique de mettre en avant des gens de cette qualité en avant si souvent oubliés...


Je lui souhaite bon courage pour les évènements à venir mais aussi plein de réussite, elle le mérite.


PS: Je rejoins également Marion: beaucoup de plaisir à naviguer sur ce blog :-)



BLOG-copie-1

Recherche

Sans titre 6

Pages