Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 20:40
Au début du mois, Christophe Dumarest, 28 ans et Aymeric Clouet, 30 ans, 2 jeunes alpinistes français ont réussi un exploit sans précédent : l'enchaînement des 8 plus hauts sommets du Massif des Ecrins par leurs faces nord (les plus difficiles).



Extrait de la dépêche de l'AFP:

Dumarest, originaire d'Annecy et Clouet, natif de Grenoble (ils sont connus chez les montagnards sous l'acronyme AC/DC) avaient commencé leur course de l'extrême le 25 septembre.

En 10 jours, ils ont gravi successivement par les voies septentrionales les plus périlleuses, La Meije (3.700m), La Roche Méane (3.712m), La Roche d'Alvau (3.537m), Le Dôme des Ecrins (4.015m), Aile froide (3.954m), Les Bans (3.670m), Le Pic Bonvoisin (3.481m) et Le Sirac (3.441m).

Les deux hommes avaient fait une première tentative de cet enchaînement inédit en avril dernier, mais avaient dû abandonner leur course en raison d'une série d'avalanches.

Alpinistes chevronnés, Christophe Dumarest et Aymeric Clouet font partie du cercle très fermé des figures montantes de l'alpinisme français. Les deux hommes, hormis l'arc alpin, sont notamment familiers des plus hauts sommets du monde dans l'Himalaya et la Cordillère des Andes.

"Nous venons de réussir la course la plus difficile et exigeante de notre carrière d'alpinistes, tant physiquement que mentalement", a déclaré à l'AFP Christophe Dumarest qui totalise pourtant avec son compagnon de cordée plusieurs centaines des plus hauts sommets du monde, notamment au Pérou et au Pakistan.

"Nous sommes allés aux limites de nos possibilités techniques, physiques, de résistance et d'endurance", a-t-il ajouté.

Dans le monde de la haute montagne, chacun de ces sommets représente à lui seul un défi d'alpiniste. Les enchaîner est une performance jamais réalisée à ce jour

Selon un axe nord-sud, les deux hommes sont partis du village de La Grave (Isère).

"Nous sommes partis avec l'hiver, nous revenons avec l'hiver, a ajouté Dumarest. Le plus difficile a été l'ascension de Aile froide dans la purée de poix, le brouillard givrant et des coulées de neige qui nous descendaient sur la tête depuis 1.000 m d'altitude. On a navigué dans la nuit opaque et sans lune à la boussole, à la carte et à l'altimètre. A la descente en rappel, on a mis 3 heures à trouver le refuge qui se trouvait à 70 m de nous..."

Evoluant successivement sur de longues plaques de glace et des rochers très enneigés, les deux alpinistes se ravitaillaient dans des refuges où leurs amis déposaient de la nourriture.

"Il y a eu un raté à la descente des Bans. Aucun ravitaillement ne nous attendait. Nous étions à bout, éreintés, on est resté 20 heures sans manger, avant d'attaquer le Pic Bonvoisin", poursuit l'alpiniste.

"Mais quel grand voyage inoubliable et hors du temps sur cette planète parallèle, parmi les chamois et les choucas, les seuls êtres vivant que nous avons rencontrés. Nous n'avons pas vu un autre alpiniste tout au long de notre périple de folie", conclut-il.

"Leur performance repose entièrement sur l'union, la solidarité, l'osmose de la cordée. Ces deux hommes ne font qu'un", explique Patrick Gabarrou, 56 ans, référence de l'alpinisme mondial et auteur de plus de 250 "premières", dont une quinzaine dans le massif du Mont Blanc.

"Ce n'est pas une aventure égoïste. L'un dépend de l'autre, à la fois physiquement et mentalement. En alpinisme, une erreur et c'est la sanction immédiate. AC/DC, c'est la cordée à la vie à la mort. Leur exploit n'en est que plus remarquable", conclut Patrick Gabarrou.

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
un dernier passage sur les<br /> blogs a la une de l'actu o.b
Répondre