Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 14:33
Extrem'Trail pourrait-on l'appeler...

En effet, cette 7è édition du Trail des Allobroges aura été marquée par des conditions dantesques. Après les pluies de ces derniers jours, le parcours s'est transformé en un véritable champ de bataille noyé de boue...

Plus que ma 2è place, c'est donc le fait d'avoir bouclé ces 55km et surtout 3800 m+ qui me donne satisfaction aujourd'hui! Après une semaine chargée et marquée par un gros coup de fatigue, le doute était là...et pourtant je suis allée au bout après 9H16 d'effort.



Petit résumé:

7H, le départ est donné. Tout le monde a le sourire aux lèvres prêt à en découdre avec les montagnes alentours... Mais ca ne va pas durer. A peine 2km que nous sommes partis et nous voilà en forêt à pateauger dans la boue sur un sentier devenue patinoire après le passage des premiers coureurs. En montée, à chaque pas on recule de 15cm...accroché à une racine ou à une branche. Une chose est sûre, ca va être très long.

De mon côté, les sensations ne sont pas bonnes. J'ai les jambes lourdes et mon coeur bat fort. Une descente dans la forêt puis dans un pré me rappellent un peu le ski ... Mais en beaucoup moins drôle. Je suis sur des oeufs.... Le risque de chute est omniprésent, et je suis empêtrée entre mes bâtons et mon petit doigt hors service depuis 1 semaine.. Tout le monde me double.



Au 10èkm,décision est prise.... Je ferai le petit parcours.

En effet, 5km plus loin, les deux parcours se séparent : le 32 km avec ses 2200m+ et le 55km avec ces 3800m+. Au départ, la direction de course nous avait prévenue : "Avec les conditions d'aujourd'hui, mieux vaut être sûrs de terminer le 32km que d'abandonner sur le 55km, à vous de voir!"

J'arrive au ravito... Là le fléchage indique qu'il est temps de prendre la bonne décision... Petit, grand?
Sans raison ni hésitation, mes pas me conduisent finalement vers le grand...Incorrigibles ces pieds... D'un seul coup, Les rangs sont beaucoup plus clairsemés.

Petit à petit, je trouve un rythme et me mets à penser à JC qui est en finale de la Coupe du Monde à Lucerne. Je me demande à quelle heure il court (j'ai oublié de lui demander) et espère que la perf sera au RV. Je pense aussi à Anne, je me dis qu'un jour on fera un truc comme ça ensemble...Bref, j'occupe mon esprit.


Un peu plus loin, dans une montée interminable et raide, je commence a rejoindre quelques coureurs, dont une femme et son mari. Elle semble souffrir physiquement et pourtant ... il reste encore beaucoup à parcourir.

Mes sensations sont finalement plutôt bonnes au bout de 3h de course. Vers le 25km, je rattrape une autre fille. On discute un moment... Bénédicte connaît mon blog, son mari Marc Paturel fait des raids, ils sont lyonnais, ont bossé à Compiègne & sont passionnés de sport nature... Bref pleins de trucs sympas en communs. Vraiment cool de tomber sur toi Béné !


Après quelques beaux passages dans la neige ( l'occasion de faire un peu de luge sur les névés, ca change de la boue!), nous pointons en 3è et 4è positions au ravitaillement du 29èkm.

Puis peu à peu, au fil des grimpettes, je m'éloigne pour finalement me retrouver seule au monde. Point de coureurs à l'horizon... Je croise des randonneurs, ils m'encouragent et me disent que la 2è fille n'est pas loin... Aie, il va falloir tenter une remontée, et ca va faire mal aux cannes... Je décide donc de garder mon rythme sans accélérer...Il reste tout de même 25km à parcourir et pas des moindres!

Je l'aperçois devant moi au 35èkm.  Je passe devant en montée, elle repasse devant en descente... Pas la même ambiance qu'avec Béné... Je la laisse finalement derrière moi au ravito du 37èkm, dans la montée vers la Pointe d'Ireuse, point culminant du parcours à 1891m.


Là... Gros coup de mou de la carotte qui tire la langue... Voilà plus de 7H que nous sommes partis. Depuis le début, le parcours est d'une exigence extrême tant physiquement que techniquement. Chaque descente est un défi aux lois de la gravité et demande une concentration de tous les instants pour éviter l'entorse ou pire.

Après l'ascension à 180 de puls'... la descente de la Pointe d'Ireuse est un vrai calvaire pour moi... avec mes bâtons et mon p'tit doigt en l'air, au milieu des rochers glissants et de la boue. L'arrivée au ravito du 45èkm se fait par un passage de cordes en quasi rappel... Le top quand on a 3 doigts! Bref, je me fais reprendre par la 3è.

Au ravito, j'aperçois Maman qui attend là depuis 3H... Pas trop le temps de m'arrêter si je veux garder ma position. Un verre de coca, un abricot et je repars donc aussi sec (jeu de mots...).


Une dernière montée au Perthuis, plus douce cette fois et il nous reste une longue LONGUE descente dans la boue (pour changer) de 1200m-. Je décide de me lâcher un peu dans cette descente qui ressemble beaucoup à celle parcourue tant de fois avec Laurent au refuge de la Grande Montagne. La fin approche, il reste 8km. Je me retourne, personne à l'horizon à part le coureur qui m'accompagne depuis le dernier ravito. La descente se fait sans encombre mis à part un beau plouf dans une marre de boue.


En bas, il reste encore 3 ou 4km de plat qui me paraissent interminables. Heureusement nous sommes 2... Une dernière bosse et nous arrivons dans le centre du village... pour enfin franchir l'arche salvatrice, épuisés mais heureux d'avoir vaincu ce parcours difficile après 9H16 de course.


Mes remerciements:
- A Catherine pour l'accueil, le prêt de voiture... et le gouter/apéro de récompense... Ah cette Auberge d'Anthy...
- A Maman qui est venue spécialement de Touraine pour assister à son 1er trail, et quel trail!
- A Barbara, fidèle lectrice de mes récits, qui me donne envie de continuer à faire vivre ces modestes pages...
- A toutes celles et ceux qui m'ont encouragé sur la parcours, coureurs comme bénévoles, spectateurs ou randonneurs de passage. Dans ces moments là, chaque petit mot de soutien a son importance!


Un grand merci aussi aux organisateurs pour le bouquet de fleurs et ...(après négociation) la bouteille de vin du Jura et le Reloch'....Ben oui quoi... Après tout, pourquoi il n'y aurait que le podium masculin qui aurait droit aux bonnes choses...



Mon bilan:
Juste la satisfaction d'avoir été au bout une nouvelle fois, alors que rien ne m'y prédisposais...

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
je ne vais pas faire tres inovent, mais felicitaion pour ta 61ieme place, pour ma part je finis en 9h28min. je te tire, en plus mon chapeau car tu avais l'air encore fraiche quand tu m'as doublé dans la descente de l'ireuse. de plus il faut vraiment dire qu'en plus ce trail est considere comme l'un des plus dure quand il fait beau, alors avec ces conditions...
Répondre
B
Vraiment Caro, Félicitations pour avoir choisi en définitive le grand parcours malgré la fatigue de la semaine précédente et ton petit doigt ... Merci de nous motiver tous ! A bientôt ! 
Répondre
L
bravo pour ta belle perftu vas etre en pleine forme pour le TGV  bonne recupà bientôtlaurent
Répondre
R
bravo caroles sensations vont revenircontinue à garder le plaisirbibiche from kikourou
Répondre
P
Super, Caro !Pour avoir quelques informateurs parmi les organisateurs, j'ai sû que les conditions étaient dantesques, ce qui donne encore plus de valeur à la perf ! Respect total... Mais je ne fais pas de soucis, je sais que tu nous impressionneras encore de nombreuses fois... De mon côté, je me promenais modestement sur la version courte de La Transju Trail...Bonne récupération et à bientôt dans les bois. Pascaloup.  
Répondre