Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 avril 2008 1 14 /04 /avril /2008 18:02

A 24 heures de sa victoire à Cazaubon, le nouveau Champion de France Julien BAHAIN, vice Champion du Monde en 4 de couple l'été dernier sur le bassin de Munich, nous livre ses impressions sur sa course et sur ses rêves. Des rêves qui semblent de plus en plus "à portée de main" pour ce jeune angevin de 21 ans...

 


Récit :

Julien, tu viens de gagner les Championnats de France en skiff. Tout d’abord félicitation ! Car une année olympique comme celle-ci, la performance n’est pas anodine !

La 1ère question qui me vient à l'esprit est de savoir : « qu’est-ce que tu as fait aujourd’hui lundi ? »

Tu as acheté l’Equipe à 6h ce matin ? Tu as dormi toute la matinée ? Tu t’es remis des coupes de Champ’ que tu as bu hier soir ? Tu as bossé comme si de rien n’était ?

J’ai fait la queue à la Poste ! Sinon j’ai dormi tard ce matin. J’en avais besoin. La route fut longue pour revenir. Je ne suis pas rentré dans mon club donc je n’ai pas encore eu l’occasion de fêter ça comme il se doit, mais ce sera chose faîte dès la semaine prochaine.

Avec 24h de recul. Quel est ton sentiment dominant après cette victoire ?

Ce sont des sentiments mitigés. D’un côté j’ai l’impression d’avoir réaliser une course de folie, j’y ai pris beaucoup de plaisir, et d’un autre côté je me dis que tout ça, c’est pour que dans 4 mois, LE rêve se réalise.

J’ai tellement travaillé pour parvenir à obtenir ce titre, que maintenant j’ai presque l’impression que ça devait m’arriver…ce n’est pas le hasard !

 


Peux-tu nous raconter ta course en quelques lignes ?

Quand je me suis aligné, je savais qu’il ne fallait pas que je refasse la même erreur que l’année dernière : laisser partir Cédric (Berrest) devant. Dès les premiers coups de pelle, nous nous sommes retrouvés tous les 3 devant avec Jo et Cédric qui avait, lui, pris une petite demi longueur d’avance.

Dès qu’il a voulu creuser, j’ai répondu immédiatement en me replaçant à sa hauteur. Jusqu’au 1400m, c’est en bord à bord, à 3 que nous avons donné chaque coup, répondant aux attaques incessantes des uns des autres.

C’est passé à une vitesse folle ! Je me suis retrouvé au 1400 avec un léger avantage et j’ai tout de suite décidé de partir. 600m d’enlevage à plus de 39 coups/min pour passer finalement en tête à l’arrivée devant Jo et Cédric.

As-tu redouté Jo à un moment ?

Jo a fait une course formidable aussi. « Méfiez-vous toujours du Jo qui dort ». J’ai effectivement eu un instant de doute au passage du dernier 250m. Je voyais que Cédric avait plus ou moins « décroché » mais je sentais Jo qui ne lâchait pas un pouce de terrain. Il a attaqué très fort pour essayer de revenir, mais je ne sais pas où j’ai eu la force de trouver (en demi-coulisse c’est vrai !!) ce reste de vitesse pour finalement contre-attaquer.

Avant le jour J aurais-tu pensé que cette course se passerait ainsi ou avais-tu envisagé un autre scénario ?

Mon entraîneur (Nicolas Derouet) peut l’attester, ce que j’ai dit que je ferais avant la course, c’est exactement ce que décrivait François Freslon (ton cher Papa!) au micro pendant la course. Nous nous connaissons bien chacun et je savais qu’en attaquant à tel endroit, je prendrais un avantage sur mes adversaires

Le skiff TC est une épreuve très disputée, surtout depuis quelques années.  Dans ton secteur, la couple toute catégorie (2 avirons par rameur), le niveau des rameurs actuels est non seulement dense mais aussi très élevé. Il suffit pour s’en convaincre de voir vos résultats au niveau international : pas moins de 6 rameurs médaillés aux Championnats du Monde (1 médaille d’or en Double et 1 médaille d’argent en 4 de couple).

De ton côté, quels sont tes objectifs dans les semaines et mois à venir au niveau international ?

Nous allons à présent nous remettre sur notre objectif « quatre de couple ». Il y a les étapes de Coupe du Monde qui approchent. Nous aimerions pouvoir nous affirmer lors de ce point de passage important de la saison et pourquoi remporter ce circuit ?

 


Penses-tu que ton expérience « quatre de couple » a influé sur ta façon de ramer et t’a aider lors de ces championnats ?

Je pense effectivement qu’individuellement cela m’a servi. Techniquement, j’ai énormément progressé du fait de ma place à la nage (compacité, dynamisme, légèreté,…). Même si la façon de faire est différente entre un quatre et un skiff, il faut savoir retirer le meilleur de l’un pour ramer dans l’autre

Et dans ta façon d’aborder la course ?

Je pense surtout avoir gagner en maturité lors de ce championnat. J’ai pris chaque course comme un exercice avant de réaliser le parcours du WE, le dimanche à midi. Et cette expérience, je l’ai surtout acquise au fil du temps, sur le circuit international avec mes 3 coéquipiers. Je maîtrise beaucoup mieux mon stress, je le canalise pour être le meilleur au bon moment. Je sais de plus en plus qu’une course, même si cela tourne autour de 7 min en skiff, et bien si on ne la prend pas à son compte dès le 1er 500m, c’est difficile d’être compétitif dans le dernier. Et cela est encore plus vrai en Quatre de Couple !

Est-ce que le fait de connaître tes adversaires qui sont aussi tes équipiers au niveau international t’a servi ?

Je crois que c’est là aussi où l’on peut un peu expliquer ma victoire d’hier. Nous nous connaissons presque par cœur ! et je sais où sont les points faibles de mes coéquipiers. C’est ce qui fait aussi notre force à quatre. Je sais que Cédric part fort, que Jo est toujours présent à la fin car il réalise un travail au milieu qui est très constant. Mais je sais aussi qu’en restant à côté dans le premier 500, en attaquant Jo constamment, je peux réussir à les déstabiliser ! Néanmoins, ce fut une course magnifique de l’intérieur et je salue Cédric et Jonathan qui sont tout autant méritants.

 

 

Que penses-tu des résultats dans les autres courses ? Quels sont les trucs qui te surprennent ?

Il est vrai que les résultats sont impressionnants cette année. Le niveau national est très relevé. La preuve en skiff PL avec le « jeune » Azou qui s’adjuge une 2ème place devant des ténors de la discipline. La course du 2- TC fut très disputée ainsi que celle du 2- PL. Je pense que malgré certaines surprises, cela veut dire que le niveau est bon, que les secteurs se densifient et que cela présage de belles courses aux JO

Julien, quel est ton programme pour les jours à venir ?

Je pars 1 semaine aux Pays Bas chez les rameurs du double qui préparent la qualif’, afin de me changer les idées, de changer d’espace et de récupérer mentalement des semaines de stress. Je vais me remettre tranquillement à l’entraînement, partager cette victoire avec tous mes proches et me tourner vers Pékin.

A tous les plus jeunes qui rêvent de devenir Champion de France, as-tu quelque chose à dire ?

Je pense qu’il faut qu’ils sachent que c’est toujours possible. C’est comme dans une course, jusqu’au dernier coup, il faut y croire. Mais il n’y a pas de secret. Il faut travailler. C’est chaque jour qu’on devient Champion de France et pas seulement le jour de la finale.

Ce sont des moments fabuleux qu’il faut savoir partager.

 


Un petit message à faire passer en particulier ?

Je voudrais juste remercier toutes les personnes qui sont venus me soutenir lors de ce Championnat, amis, famille, supporters,… . Cette victoire c’est aussi la vôtre. Un grand MERCI.

Et puis… Vous pouvez aussi suivre la suite de la saison sur mon blog : julienbahain.centerblog.net

Merci à toi Julien pour toutes ces réponses.

Je sais que les sollicitations vont aller grandissantes à l'approche des Jeux, alors merci pour ta disponibilité… Et bon vent vers Pékin !

Partager cet article
Repost0

commentaires