Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 décembre 2007 7 16 /12 /décembre /2007 20:50
Fred... Vous en avez déjà entendu parlé sur ce blog, et peut-être aussi en dehors...
Alors, aujourd'hui, je vous propose un petit zoom sur notre triathlète national qui a tout juste... 1 jour de plus que moi!


Portrait express:
fred-B-8.jpg
Né le 14/02/80 à Poissy
Situation : Célibataire
Employé à la SNCF
Mensurations: 176cm, 64kg
Club : Beauvais

Web : www.belaubre.com

Palmarès international:
    Champion de FRA 2002.2004.2006.2007
    Champion d’Europe 2005.2006
    3e au Championnat du Monde 2006
    Vainqueur de la Coupe du Monde : Salford. Madrid. Pékin
    5e aux Jeux Olympiques d’Athènes 2004
    Champion du Monde junior



Fred, dis moi comment tu as attéri dans le monde du triathlon ?

Mon père étant entraîneur triathlon, je voyais tous les jours des triathlètes, j’étais toujours dans le milieu du triathlon, que ce soit à l’entraînement sur les stades ou sur les compétitions avec les concurrents. Il y régnait une superbe ambiance !

Si tu devais résumer ce qui te plait dans ton sport ?

C’est la diversité, les variantes de ce sport. Les différentes situations en fonction des niveaux de  pratique, les enchaînements.

Est-ce qu’il y a quelque chose que tu détestes ?

Les organisations galères : où nous nous marchons dessus en natation, où nous prenons des coups.

Les parcours vélos étroits sans difficultés de dénivelé, et très dangereux comme à Hambourg.fred-B4-copie-1.jpg

Sur une grande épreuve, voir le peloton de cyclistes revenir, alors que tu te défonces devant en  échappée. Sinon je déteste attendre lors d’un RDV.

Comme son nom l’indique le triathlon, c’est 3 disciplines... On ne peut pas être aussi bon partout ! Toi tu maîtrises plutôt quoi ?

Je maîtrise bien la natation, j’ai fait beaucoup de natation tout jeune, ça me sert maintenant.

Mais le triathlète d’aujourd’hui doit être complet, il faut pratiquer les 3 disciplines à niveau égal. C’est ce que je fais.

En quoi consistent tes entraînements ? Plutôt qualitatif ou quantitatif ?

Les 2 sont indispensables, ils varient en fonction des saisons : En début d’hiver ce sera le quantitatif qui va primer et à l’approche des compétitions ce sera le qualitatif.

Ca arrive souvent d’avoir des pépins en tri ?

Cela arrive, nous avons une partie mécanique avec le vélo, nous sommes donc tributaires de cette mécanique qui peut nous apporter quelques fois des soucis.

Cédric Fleureton s’entraîne seul, de ton côté, comment gères-tu ta planification et ta prépa ? Tu es suivi ? Tu as un entraîneur spécialiste par activité ?FRED-b--.jpg

Après mon père comme entraîneur, j’ai eu Patrick Dréano dans les débuts de ma formation, ensuite est venu se greffer les connaissances et la présence de Pierre Houseaux, puis seulement Pierre Houseaux, en l’absence de P.Dreano alors directeur de la piscine à St Raphaël.

Depuis quelques mois c’est Patrick qui refait mes programmes.

Tu n’as jamais des moments de lassitude, des envies de prendre ta retraite ?

Non, je pense avoir encore de beaux jours devant moi avant la retraite. J’ai des moments de fatigue, dû aux entraînements proposés, rien de plus normal.

Ton meilleur souvenir en tri ?

Les moments de victoires, les Chts d’Europe à Autun, les Coupes du Monde comme celle de Pékin, mais aussi les instants de délire avec les triathlètes à l’entraînement.

Et le plus mauvais souvenir de ta carrière si tu en as un….

Ma crevaison à  Edmonton lors d’une Coupe du Monde, alors que j’étais en tête avec une minute d’avance.semaine-olympique-018.jpg

Quel est ton objectif sportif ?

En permanence les meilleurs résultats possible dans un maximum d’épreuves, pour moi, pour le club de Beauvais, et sur les courses internationales. Ma première cible reste les Jeux de Pékin.

Tu comptes continuer après les JO ?

La forme est là, l’envie de réussite m’anime toujours, le jour où ce ne sera plus le cas on verra.

La vie de triathlète me plait, je la vis avec passion.

De ton côté, comment tu gères l’avant course ? Certains sont très détendus, d’autres expansifs, d’autres s’isolent dans leur coin… Qu’en est-il pour toi ?

Sans trop de stress dans l’ensemble, avec un peu la pression comme pour tous les athlètes. Lors de grosses épreuves, nous nous retrouvons entre triathlètes quelques jours avant, ce qui détend l’atmosphère. Je m’isole un peu seulement quelques heures avant le départ.

Sur la ligne de départ d’une course hyper importante, tu penses à quoi ?FRED-B-9.jpg

J’essaies de faire le vide de ne pas trop penser à quoi que ce soit, de toute façon je me dis qu’à ce moment précis tout est déjà programmé. C’est le meilleur en présence qui gagnera. Inutile de penser à ce qui a été fait ou à ce qui aurait du être fait. Reste la configuration de la course : «  faut-il rouler ou pas rouler en vélo suivant ce qu’il y a devant »

Le triathlon, un sport exigeant, difficile qui fait souffrir… Qu’est-ce ça t’apporte dans la vie de tous les jours, dans ton boulot, dans tes attitudes, dans tes relations avec les autres ? (Des choses bien, des choses moins bien…)

Rien de spécial je crois que je vis comme tous les sportifs de haut niveau : avec des obligations, les habitudes d’entraînement par exemple, et une passion. Une passion qui permet d’accepter les contraintes de ce sport. Il ne reste pas beaucoup de loisirs, pas de vacances l’été. Les loisirs sont courts mais intenses également. La pratique d’un sport est parallèle au comportement dans la vie de tous les jours. Le sport reste l’école de la vie.

Tu es un sportif de haut niveau reconnu en France et par les médias… à ton avis, à quoi le dois-tu (mis à part que tu es le meilleur triathlète français)?

Difficile de répondre sans paraître prétentieux. Il faudrait poser la question dans mon entourage. Je crois pour l’avoir entendu :

- Que j’ai un caractère jeune,
- Que je ne me prends pas la tête,
- Que je suis curieux de toutes les nouvelles technologies,
- Que j’aime ce contact avec tous les jeunes qui sont passionnés par le triathlon comme moi et qui m’écrivent pour m’encourager et pour me regonflent à bloc.

Est-ce que tu estimes que le tri est suffisamment reconnu ?

Non j’estime que le triathlon n’est pas suffisamment reconnu, il faut le dire très fort. Tant que nous n’attirerons pas les télés, la reconnaissance sera difficile.FRED-B-10.jpg

Quels sont les autres activités qui me tiennent à cœur :

Tous les sports surtout la glisse !! Il n’y a qu’à faire une petit tour sur mon site pour s’en rendre compte… www.belaubre.com

Qu’est-ce que tu penses des raids multisports ?  Est-ce que tu penses qu’un bon triathlète ferait un bon raideur ? Quels pourraient être ses points forts/ faibles ? Est-ce que tu as déjà pensé toi-même te reconvertir ?

Un bon triathlète sera forcement bon sur une épreuve très physique, surtout sur les raids.
Ses points forts "l’endurance". Ses points faibles "sa fragilité".

Tu as une deuxième passion, le design… notamment dans le textile … C’est suffisamment rare venant d’un mec pour être souligné ! Est-ce que tu peux nous parler un peu de tes créations ?

Cette facette là de ma passion est dans un petit coin de mon cerveau. Je n’ai vraiment pas le temps avec le triathlon de développer aucune autre activité, mais j’ai des projets, je verrais plus tard.

Ces projets me permettent de m’évader quelques fois sur d’autres horizons.fred-B-11.jpg

Dernières questions subsidiaires pour toutes les filles qui vont, à coup sûr me harceler pour avoir ton n° après cette interview…

Des gens que tu admires particulièrement ?

Tous ceux qui peuvent vivrent autour de moi : famille, club, etc.
Mes copains d’entraînements qui forment le noyau dur.

Un petit plat ?

Le nougat fait maison

Le moment préféré de ta journée :

L‘arrivée chez moi après le vélo. Ou alors la sieste du sud (avec le soleil)

Une bonne adresse à nous donner ?

La plage de St Raphaël au mois de novembre

Le dicton du jour par Fred :

« Chercher n’est rien, le principal est de trouver »FRED-B-12.jpg


Merci bien Fred pour cette petite interview qui permet d'en savoir un peu plus sur toi et tes passions... Bien que le mieux pour te connaître, est de passer quelques semaines Olympiques avec toi et te voir à l'oeuvre en soirée ou sur le snow... avec tes compagnons Guigui et Vincent!
RV à Pékin alors...

Partager cet article
Repost0

commentaires